Histoire et bibliographie sur le scoutisme à Madagascar

Le scoutisme a d’abord été fondé à Madagascar par les catholiques à partir de 1925 à l’initiative du RP du Mas de Paysac.. L’annuaire SDF 1930 mentionne l’existence d’une province de Madagascar avec une troupe à Tamatave et deux à Tananarive.

Le scoutisme protestant va aussi très vite apparaître dans la Grande Ile et s’y developper de manière plus importante semble-t-ilque les SDF. Jean Beigbeder (Totem : Z’oeil de chouette, 1894-1965) en est le fondateur entre 1924 et 1927. Il retourne à Madagascar de 1934 à 1938. Sa biographie est parue dans le « Dictionnaire biographique des militants » publié en 1996 aux éditions l’Harmattan sous la direction de Geneviève Poujol et Madeleine Romer, p 42. Beigbeder avait auparavant joué un rôle important chez les Éclaireurs unionistes en France. Il en est l’un des fondateurs et commissaire national en 1914. Il faut parmi ses nombreuses autres responsabilités président du Scoutisme français de 1949 à 1952. Une photo de Z’oeil a été publiée par Arnaud Baubérot dans son livre « L’invention d’un scoutisme chrétien, Les éclaireurs unionistes, 1911-1921 », ed Les Bergers et les mages, 1997. C’est l’édition de sa maitrise d’histoire.

Sur le scoutisme à Madagascar, Raymond Delval a publié dans le tome 1 de l’ouvrage collectif « Les jeunes en Afrique », ed L’Harmattan, 1992, p 286-306 une contribution intitulée « Les débuts du mouvement scout et notamment du guidisme à Madagascar ».

Le pasteur Marc-André Ledoux a publié « Pasteur en mission avec les Éclaireurs unionistes à Madagascar, 1947-1954 », éditions Les Bergers et les Mages, 1995. il y raconte la création du mouvement de scoutisme protestant des Tily, le sentinelles, terme pris au sens du guetteur, du prophète, de celui qui voit poindre l’aube. Tout était à reconstruire dans un pays ravagé par la terrible repression des émeutes de 1947.

La revue « Le Chef » des Scouts de France a publié dans son n° 291 de janvier 1953 un article de 5 pages sur l’historique du scoutisme à Madagscar, à lire avec prudence car ce genre de texte est rarement critique. On y apprend quand même que le recrutement était réservé uniquement aux blancs. Des troupes malgaches apparaitront dans les années 30. Le premier camp-école SDF aura lieu en 1937 à Tananarive. Des difficultés surgiront entre le clergé et les SDF. L’article est pudique sur le sujet. Il signale des suppression d’unités et une vive concurence des Coeurs Vaillants, « organisation beaucoup plus large, ouverte à tous et dont les ecclésiastiques assurent les cadres ». Décidement, les débats sont les mêmes sous les tropiques et en métropole…

Le scoutisme sera très actif sous Vichy et continuera après le débarquement anglais de mai 1942. Avis aux chercheurs : un volumineux dossier à ce sujet existe aux Archives de la France d’outre-mer à Aix-en-Provence. Personne ne l’a pour l’instant ouvert…

Un important rallye en 1950 rassemblera 450 SDF. Il va marquer une malgachisation du scoutisme avec la rédaction d’une loi adaptée à la culture et aux réalités locales. Des commissaires malgaches vont être nommés et les manuels scouts traduits en langue malgache.

PS

Cet article était originellement publié sur Scout un jour, un site animé entre 2004 et 2014 par des passionnés de l’histoire des Scouts de France.

Publié le (mis à jour le )