Huitpat

LaToileScoute

LaToileScoute.net

La saga du Prince Eric


L’histoire d’Eric et Christian contée par Serge Dalens a été pour beaucoup dans le succès des célèbres « Signes de Piste ». Cette histoire, celle de l’extraordinaire amitié entre deux jeunes scouts, a été suffisamment riche pour occuper plus de 6 livres. Les quatre premiers volumes (Le bracelet de vermeil, Le Prince Eric, La tache de vin, La mort d’Eric) sont parus aux alentours de la 2e Guerre Mondiale, d’où l’influence très importante des événements de cette époque dans le récit. Les deux derniers volumes de la saga sont plus récents : Eric le Magnifique est ainsi paru en 1984, et Ainsi régna le Prince Eric en 1992.

Tous ces ouvrages sont illustrés par Pierre Joubert, le troisième élément de la « triade » Dalens-Foncine-Joubert qui a fondé la collection « Signes de Pistes ». Mais les dessins ne sont pas toujours les mêmes d’une collection à l’autre : Pierre Joubert a ainsi recréé certaines illustrations, sans doute pour mieux profiter de l’évolution des techniques d’impression.

Si elle compte six volumes, la saga du Prince Eric a aussi inspiré d’autres auteurs : Jean-Claude Alain, auteur de la série « Mikhaïl » aux « Signes de Piste », a ainsi associé son héros dans Eric et Mikhaïl, dont l’action se déroule quelques temps après les événements contés dans La tâche de vin. Serge Dalens a lui-même repris l’histoire de ses héros dans d’autres récits (Les fils de Christian - écrit avec Jean-Louis Foncine - L’affaire Balzac, 2 et 2 font cinq…) On a également pu retrouver les trois premiers volumes en BD dans la revue Coeurs Vaillants, sous le crayon d’Alain d’Orange.

Pour ceux qui ignorent tout de la saga du Prince Eric, il faut savoir qu’elle se déroule entre 1936 et 1940, dans un contexte historique très précis donc. Si vous le connaissez, vous comprendrez mieux le récit, dans le cas contraire, c’est un excellent moyen de rentrer dans l’Histoire, par la petite porte…

Le bracelet de vermeil (1937)

Premier volume de la série du Prince Eric, le bracelet de vermeil a connu un extraordinaire succès, consacré par un tirage de plus d’un million d’exemplaires !

Rencontre prédestinée que celle d’Eric Jansen et de Christian d’Ancourt ! Un camp scout en Alsace qui se déroule bien autrement que prévu, des mystères qui s’accumulent, un drame soudain. Rien ne semblait destiner le jeune Prince des Neiges et le fils du chirurgien parisien à se rencontrer. Rien, si ce n’est ce bracelet qu’Eric porte au poignet, signe d’un terrible secret, vieux de cinq siècles, et rappel d’une mission dramatique.

Le Prince Eric (1939)

Cet épisode met en scène de nouveaux personnages et rapporte le sacrifice d’Yngve. Triomphe du courage de l’amitié… « Malheur à la ville dont le Prince est un enfant » dit la Bible. Et le Prince de Swedenborg n’a pas quinze ans… Seul ou presque, entouré d’ambitieux, de traîtres, d’espions et de lâches, Eric conservera-t-il la couronne que veut lui ravir Tadek, son Premier Ministre ? Jef le page préféré, Christian l’ami français, Yngve l’enfant mystérieux et les autres garçons qu’Eric connut au temps du Bracelet de vermeil parviendront-ils à l’arracher du piège ?

La tache de vin (1946)

Ce volume pose de douloureux problèmes. Faut-il préférer l’indulgence à la stricte justice ? Eric avait choisi le pardon. Le comte Tadek se charge de l’en faire se repentir, car il n’hésite pas à supprimer ceux qui contrarient ses projets. De justesse, Eric échappe à un premier attentat. Echappera-t-il au second ? Car cette fois, Tadek a tout prévu. Tout, sauf le courage de Jef et celui de Jean-Luc, l’ami secret d’Eric. Jean-Luc pour qui chaque jour serait une nouvelle épreuve, s’il n’y avait pas Marie-Françoise et Rémy.

Ce troisième volume tisse en une même toile les fils de plusieurs destins : celui de Rémy, le mal-aimé, celui de Jean-Luc, l’enfant au trop lourd secret, celui d’Eric enfin, dont la vie n’est faire que de luttes et de combats.

La mort d’Eric (1943)

Ce récit qui, à l’origine, était le troisième volume et couronnait l’ensemble, est moins une fin qu’un commencement. Si Eric meurt à la guerre le matin de ses dix-huit ans, l’Histoire poursuit son cours, car elle s’écrit moins avec le sang des morts qu’avec la résolution des vivants. Eric est mort, mais Christian vit. Et avec lui, presque tous ceux qui apparurent au cours de cette histoire, souvent drôle, parfois dramatique, mais toujours généreuse.

Eric le magnifique (1984)

Que faisait-il, cet Eric, avant d’apparaître dans le bracelet de vermeil, sans que l’on sût très bien d’où il venait et qui il était ? Comment gouverna-t-il après avoir retrouvé sa couronne et son trône ? Et surtout, que fit-il après avoir lu la lettre qu’Yngve lui avait écrit avant de mourir, et que lui avait remis Ralfsen ? Cette lettre dont nous découvrons enfin le secret et qui nous apprend l’existence de Sylvio, le seul ami qu’ait jamais connu Yngve, et avec qui il a souffert et lutté…

Ainsi régna le Prince Eric (1992)

"Lorsqu’on m’a demandé de vous conter ’les dernières aventures du Prince Eric’, j’ai répondu que tout était dit, et que je ne voyais pas ce qui pouvait être ajouté aux cinq titres déjà parus. Cette fin de non-recevoir étant, paraît-il peu satisfaisante, on m’a expliqué que bien des problèmes étaient encore posés, bien des questions demeurées sans réponse, et que je ne saurais me contenter d’un à-peu-près. Qui était Tadek ? Qui étaient les parents d’Yngve ? Pourquoi l’avaient-ils pratiquement abandonné ? Et surtout, quel était le véritable motif des attentats perpétrés, d’abord contre l’oncle d’Eric, puis contre Eric lui-même ?
Il est vrai que l’Allemagne nazie voulait à tout prix s’emparer des bases navales de la Principauté ; que ce petit pays s’est défendu de son mieux contre les ambitions démesurées de l’incendiaire qui mettait l’Europe à feu et à sang… C’est en partie sous cet angle que se déroulera le récit qui va suivre. On passera vite sur des événements relatés en détails dans les ouvrages précédents, mais de nouveaux personnages apparaîtront, dont l’Histoire a retenu les noms."

(extrait de l’avertissement de Serge Dalens)


Source : site (non officiel) Signes de Pistes
Illustrations : couvertures des premières éditions de chaque volume - (c) Editions « Signes de Pistes »
Page créée le , mise a jour le
LaToileScoute 2001-2017

Vos réactions

(1)

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

18 votes

Les Auteurs

NiKo

Après un an aux Louveteaux SUF de Verrières Le Buisson, j’ai rejoint à l’occasion d’un déménagement le groupe SdF (puis SGdF) de (...)

NiKo sur Google+ En Savoir +

Qui sommes nous ?

LaToileScoute n'est pas une association de scoutisme. LaToileScoute est une association au service du scoutisme, de ses membres et de ses associations.

Encore + de LTS

Galaxie LaToileScoute

Réseaux sociaux

Smartphones