Organiser un camp à vélo

Et la puissance de la chambre à air !

Chaud pour un camp vélo ?
Trop chouette !
Le voyage à vélo allie l’itinérance, l’écologie, le sport et le cohésion de groupe, rien que ça 💪

Mais comment organiser les trajets ? Quelle distance est faisable ? Voici quelques pistes pour construire ton camp vélo !

Rouler nombreux

Il est toujours préférable de rouler en petite équipe (autonomie, prise de responsabilité, inertie). Mais parfois, pas le choix, il faut rouler à plusieurs en peloton.

Peu importe la route où vous serez, à un moment ou à un autre, une voiture voudra dépasser. Si vous ne l’aidez pas, elle risque de forcer le passage et de vous mettre en danger.

Voici donc une proposition de système de convoi assez sympa à mettre en place :

  • des petits groupes : max 8 personnes
  • des groupes compacts : pas (trop) d’espace entre les cyclistes d’un groupe
  • des groupes espacés les uns des autres , suffisamment pour permettre à une voiture de se rabattre entre les groupes
  • plutôt à la queue leu leu, si la route est très passante
Rouler en groupe à vélo

Ces principes doivent être bien compris de tous. Même si certains auront des rôles spéciaux, la sécurité du convoi appartient à chacun. À chacun donc de faire des remarques lorsqu’il pense que c’est important : « voiture, rabattez vous ! », « moins vite devant » …
Comme avant une sortie bateau, un rappel des consignes de sécurité avant chaque départ ne fait pas de mal.

Pour avoir ces groupes compacts et suffisamment écartés, nous avons désigné trois rôles dans chaque groupe. Les rôles peuvent tourner pendant les pauses mais c’est important de vérifier que chaque groupe les a bien définis avant de repartir.

Quelques rôles utiles

Le Serre -file

Son rôle est de fermer le groupe. Il porte un gilet jaune, voire une lumière arrière rouge, pour être visible des voitures qui arrivent.

Il doit toujours être le dernier du groupe. Si une personne du groupe s’arrête ou à un problème technique, le serre-file s’arrête aussi.
C’est vraiment important qu’il soit bien à l’arrière. Comme ça, d’un coup d’œil, celui de devant peut voir s’il faut ralentir ou s’arrêter.

Le guide de groupe

Le guide du groupe a deux missions :

  • garder son groupe compact. Il doit être proche de son serre-file. Si son serre-file est trop loin, le guide doit ralentir ou s’arrêter. Il ne faut pas laisser de place au sein d’un groupe sinon une voiture risque de se rabattre au milieu et de mettre le groupe en danger.
  • garder la distance avec le groupe de devant. Si le serre-file du groupe de devant est trop proche, avec un espace insuffisant pour qu’une voiture puisse s’insérer, le guide doit ralentir son groupe.

Un guide de convoi

Le guide de convoi peut avoir plusieurs tâches :

  • connaître l’itinéraire avec les lieux de pause et les points d’eau
  • communiquer avec les différents groupes

Les membres des groupes

Chaque membre du groupe a aussi son rôle : garder le groupe cohérent. Cela signifie qu’il s’attache à suivre celui ou celle qui est devant. Mais il s’attache aussi à rester proche de la personne qui le précède. C’est cette partie qui est souvent oubliée par les jeunes, alors que c’est la plus importante. Ainsi, si on constate que derrière soi, ça ralentit, on ralentit aussi. La personne devant soit fera de même, et ainsi de suite, jusqu’au guide qui ne voit pas forcément bien son serre-file si le groupe est long ou dans des situations de virages et intersections nombreuses.

La communication dans le convoi

Dès qu’on est deux à rouler, on se cache mutuellement une partie de la route. Il peut alors être pratique de mettre en place quelques manières simples de prévenir les autres de danger potentiel :

  • en utilisant la voix : « Voiture ! », « Freine ! »
  • en utilisant des signes : tendre le bras pour indiquer qu’on va tourner, montrer du doigt un obstacle (comme au tour de France 😎 )

Lors de notre journée de test des vélos, durant l’année, nous n’avions pas de signe. Les jeunes en ont ajoutés d’eux même pour éviter certaines situations. Le « Freine ! » a été le premier, lorsqu’un feu rouge fût la cause d’un gros carambolage du peloton 🤪

Nous avons aussi utilisé des talkies-walkies entre les différents groupes. Cela permet à un groupe de prévenir le guide de convoi qu’il y a eu un souci dans le groupe et donc de les attendre. Ça peut permettre aussi de passer des messages importants, du style « attention route très abîmée », « crevaison dans le dernier groupe », « à votre gauche, c’est le Mont Ventoux » ou encore « j’ai faim, on s’arrête ».

Enfin, il est important de pouvoir faire remonter les problèmes et les propositions d’amélioration, lors des conseils par exemple. Après plusieurs jours, les automatismes commencent à rentrer et le convoi est d’autant plus efficace et souple. Attention quand même, habitudes et sécurité ne font pas toujours bon ménage.

La contemplation fait partie du voyage à vélo 🙏

L’inertie

Par définition, l’inertie est une force qui s’oppose au changement de mouvement 🤓

Dans un groupe, on la retrouve quand une personne annonce qu’elle va aux toilettes à l’heure du départ. C’est l’inertie qui va faire qu’une crevaison peut bloquer 20 vélos. Dans un groupe, on est donc nombreux et on ne fait jamais les choses en même temps (pipi, crevaison, fatigue, boire, remettre bien son garde-boue…).

Il faut donc la prendre en compte dans la gestion du convoi. Pour diminuer l’inertie, il faut de la prévention (vérifier que tout le monde a de l’eau, que les pneus sont gonflés…), de la régularité (des pauses toutes les 1h30 par exemple), tenir informées les personnes (difficultés du parcours, horaires…) et enfin responsabiliser chacun (maître du temps, responsables mécaniques).

Connaitre l’heure (théorique) de la prochaine pause est un élément important qui permet de lever du stress des participants : est-ce que je peux attendre ou dois-je demander un arrêt plus tôt que prévu ?

Rappelez-vous que plus on est nombreux, plus on avance lentement.

Combien de kilomètres par jour ?

La fameuse question
Combien de km par jour ? Et combien de dénivelé positif (D+) ?

Ça dépend :) Si on veut profiter, si on est sportif, si on a des vieux VTT, si la route est bien indiquée, si on veut visiter, si on veut se faire un défi, s’il fait chaud, si on a un problème mécanique…

Une de mes expériences : avec des pionniers caravelles (14-17 ans), sans chargement, sur route : des journées de 40km avec 400m D+ (dénivelé positif, c’est-à-dire la somme des montées), ça fait des grosses journées et ça ne laisse pas beaucoup de place pour le reste (vie quotidienne, activités, sommeil…). Si c’était à refaire, je ferai des journées plus légères. En revanche, le même parcours en une journée, mais par équipe de 6/7 c’était beaucoup plus facile (voir paragraphe sur l’inertie).

Un conseil, faite un week-end d’essai pour savoir comment vous vous débrouillez et combien sont prêts à mouiller le maillot.

Trouver le spot pour la pause, tout un art !
Lire aussi :

Calculer son itinéraire en vélo

Calculer son itinéraire à vélo est souvent chose pas si simple. Mais là, il faut tenir compte du fait qu’on fait un itinéraire pour soi ou sa famille, (...)

Sécurité

On ne le répétera jamais assez, la sécurité est la clé pour profiter du trajet en vélo ! Aussi, on te partage quelques éléments à intégrer à ta préparation de camp.

Équipement individuel et collectif

  • casque : on ne te fait pas un dessin ;)
  • gilet de haute visibilité (au moins à l’avant et à l’arrière de chaque peloton, idéalement un par personne, peut être accroché sur un sac)
  • lumière arrière et avant (au moins à l’avant et à l’arrière de chaque peloton, selon les projets, une par personne, voir météo et luminosité plus bas)
  • trousse à outils : l’idée n’est pas de tirer ton atelier de vélo derrière toi, mais d’avoir de quoi réparer les petites pannes sans devoir appeler la voiture du camp en renfort, on te propose :
    • de quoi réparer une crevaison : démontes pneu, rustines, colle, etc.
    • de quoi regonfler une chambre à air : embouts (grosses et petites valves), douilles, pompe, etc.
    • de quoi régler les différentes pièces du vélo (comme le guidon ou la selle) pour les réajuster si besoin : différentes clés à tête 6 pans notamment, les multitool vendus en magasin de sport et de vélo ont tout ce qu’il faut en general. Sinon une petite boite à cliquet avec plein d’embouts rends beaucoup de services !
    • différentes pièces de rechange : patins de frein, etc.

Météo et luminosité

On a beau commander le soleil dès le mois de janvier, on a beau partir tôt et faire des petites journées, il y aura probablement des jour où tu rouleras par temps de pluie ou à la tombée du jour (entre chien et loup). Alors oui, idéalement, on ne roule pas si on ne voit pas très bien la route, mais une crevaison, la participation à un évènement local ou un déplacement pour des promesses peut faire qu’on se retrouve à pédaler avec une visibilité diminuée (et donc on est moins visibles des automobilistes). Ici aussi, l’anticipation sera ta solution : gilets et lumières pour tout le monde, on roule groupés en en file indienne : tu limiteras ainsi le stress du groupe :).

Contact à terre

A priori, une personne conduira un véhicule pour transporter le gros des affaires. Pense à bien organiser la gestion du temps de cette personne. En effet, en plus de transporter les affaires, elle devra gérer les courses, les contacts potentiels avec les lieux vous accueillant pour la nuit, etc. Si son temps est bien organisé, tu sauras vite, en cas de blessure ou de panne irréparable sur place, combien de temps il faudra attendre le camion et donc de combien ta journée sera retardée.

Réglementation

Bien évidemment, pense à te renseigner sur la législation en vigueur pour les activités de groupes de jeunes à vélo. Mais aussi, vérifie si ton association de scoutisme n’impose pas des règles supplémentaires.

Bonus

Quelques conseils

  • 3 places dans le camion, c’était bien pratique : pour prendre des jeunes s’il y a des blessés/fatigués, pour aider aux courses ou encore gérer les soucis de vélo.
  • Voyagez léger, en prenant le strict nécessaire autant pour le commun (intendance, tentes…) que pour les affaires perso. Lors de notre camp, la caravane a décidé de ne prendre sur les vélos que le matos de la journée : pull, kway, eau, pic-nic, le reste était dans le camion.
  • Pour dormir nous avons utilisé des grands tarps (bâches), beaucoup moins encombrants que les tentes.
  • Pour trouver de l’eau, visez les cimetières ;)
  • Préparer les jeunes à rouler ensemble, sur une route plutôt simple, avant le camp et au début.
  • Avoir un compteur de vitesse (voire même un par peloton) te permettra de mieux identifier la vitesse de croisière idéale pour ton groupe (et tu peux même jouer avec en donnant des défis à tes jeunes !).

Le Go Fast

L’aspiration est très importante à vélo. Pour l’expérimenter, vous pouvez proposer des séances de Go Fast. Sur un itinéraire sécurisé (sans voiture, type voie cyclable) et assez long (plusieurs kilomètres), proposer, par petit groupe, d’aller le plus vite possible, en restant en groupe et en tenant la longueur.

Laissez les expérimenter, puis débriefer sur les difficultés et les solutions qu’ils ont mises en place.

Le Go Fast permet d’apprendre l’aspiration. Et avec l’aspiration, plus on est proche de la roue de celui devant, plus l’aspiration est efficace. Dans ce cas, il faut avoir confiance dans le groupe et bien communiquer (surtout lors de changement de vitesse). Il faut aussi se relayer à l’avant, car c’est le premier qui va « fendre l’air » et donc forcer le plus.

La puissance de la chambre à air

Un petit cadeau pour la route :)
Pour moi, le meilleur tendeur, écologique et économique, c’est la chambre à air.
Utilisez une chambre à air crevée. Ça permet d’accrocher à peu près tout et n’importe quoi sur le porte bagage. Et grâce à sa friction et à son élasticité, pas besoin de faire un gros nœud, une simple entortillade autour de l’autre bout suffit ;)

PS

Article proposé par Boon, l’auteur. Un énorme merci pour cet article de grande qualité !
Il a été enrichi par l’équipe LaToileScoute sur quelques points : ajout d’un paragraphe sur la sécurité ainsi que sur le rôle du membre du groupe et ajout d’un lien vers un article pour préparer son itinéraire.

Publié le (mis à jour le )