Accueil > ... > Forum 7768

Scoutisme d’extension

7 mars 2011, 18:32, Ecrit par Michel Bloch-Lemoine

J’ai déjà signalé sur ce site, il y a quelques années, l’erreur qui consiste à confondre de cette façon la Branche Extension des SdF et l’Arc en Ciel. Les informations que je donne ici sont valables surtout pour la période 1950 - 1960 ; j’ai été permanent au Quartier Général des SdF en 1952, 1953 et 1954, en qualité d’assistant de Jacques Astruc, qui était lui-même assistant du Commissaire Général (Georges Gauthier auquel succéda Michel Rigal). La Branche Extension a regroupé des garçons malades, atteints de handicaps physiques (mal-entendants, mal-voyants, polyo, myopathes, etc..), et quelques beaucoup plus rares handicapés mentaux. Il y a toujours eu, à cette époque, un Commissaire national chargé de l’Extension, permanent au Quartier Général : dans l’ordre chronologique pour l’époque : Jean Gouzi, Jean Muriel, François Girard-Buttoz, Yvon de Billy. Jacques Astruc, au retour du Quartier Général établi à Lyon durant l’occupation, n’a jamais eu de responsabilités directes dans la Branche Extension.

Il était à cette époque au QG, 45 Boulevard de Montmorency , puis Rue Georges-Picot, et enfin Rue de Dantzig, en charge des fonctions suivantes :
a) Documentation et Propagande du Mouvement (notamment par les films, la Radio (avec Roland Dhordain et Péricard) les publications (Signe de Piste), des revues comme celle des Anciens et des Amis des Scouts et des Guides, des liens avec des organismes publics et privés de jeunesse, etc … b) responsabilité des SdF à Lourdes : accueil des jeunes,initiation au service des malades durant les pélerinages, gestion du Camp international où l’on accueillait même le Pélerinage militaire, et animation du Clan des Hospitaliers Notre-Dame, composé de Routiers? et de Chefs de toutes nationalités engagés de façon un peu durable dans le service des malades à Lourdes, en lien avec le Feu Notre-Dame de Lourdes (animé par Marie-Jacqueline de Cools, membre de l’équipe nationale du louvetisme) qui regroupait Cheftaines de louveteaux? et de Guides et Guides ainées ;
c) L’Arc-en-Ciel, dont le nom fut repris par la Branche Extension après la mort de Jacques Astruc en octobre 1959. Mais, auparavant, l’Arc-en-Ciel était le titre d’un regroupement d’anciens Chefs et Cheftaines SdF, créé par Jacques Astruc, qui contribua considérablement à l’émergence et à la construction des professions d’éducateurs de l’enfance inadaptée (cas sociaux, délinquance, etc… tant en rééducation en établissements fermés qu’en prévention en milieu ouvert). Création d’un stage annuel de formation d’éducateurs, réuni d’abord à Marly-le-Roi puis à Jambville regroupant 60 à 80 personnes autour de responsables nationaux de la Justice, de la Médecine, de l’Action sociale et de professionnels de tout bord. Jacques Astruc collabora étroitement avec Henri Joubrel, de l’Equipe nationale des Éclaireurs de France, qui poursuivait de son côté des buts analogues. C’est de leurs actions que sont pratiquement nés tous les organismes professionnels et syndicaux des professions de la rééducation de l’enfance et de l’adolescence, après qu’ils aient réussi à faire fermer, dans l’immédiat après-guerre, les dernières « prisons d’enfants » (Mettray près de Tours, Belle-Ile, etc). Cet aspect du travail de Jacques Astruc a été poursuivi par Marc Ehrardt, Directeur d’Ecole régionale d’éducateurs, aujourd’hui décédé, et le Dr Victor Girard, neuro-psychiâtre. Dans les années 70, une équipe du CNRS a créé un centre documentaire et d’analyse de tout le travail réalisé dans le scoutisme pour la promotion qualitative et quantitative des professions de la rééducation. Le QG des SdF n’a pas poursuivi l’action de Jacques Astruc avec la même intensité, puis l’a laissé à la responsabilité de l’équipe qu’il avait réunie. C’est à partir de ce moment là, vers la fin des années 60 ou le début des années 70, que la Branche Extension a récupéré l’appelation « Arc-en-Ciel » : un symbole qui vaut bien autant pour les handicaps psycho-sociaux que pour les handicaps physiques !

Après la mort de Jacques Astruc, l’activité sur Lourdes a été reprise au QG par Xavier de Montecler, mais je ne pense pas qu’il en subsiste aujourd’hui grand chose, bien que le journal ronéotypé qui faisait le lien entre les membres, « le Foulard blanc » ait tenu le coup pendant quelques décennies.

Je m’arrête là. J’ai réuni toute une documentation sur cette période. La transformerais-je un jour en un bouquin sur cette époque passionnante de transition entre l’avant-guerre et la guerre d’une part et, d’autre part, l’après-guerre qui se transformait alors en « trente glorieuses ». Une époque passionnnate parce que nous avions entre 20 et 30 ans, et malgré la guerre d’Algérie. Une époque qu’aucun d’entre nous, jusqu’ici, n’a entrepris de raconter vraiment de l’intérieur.

En attendant, je me tiens à la disposition des camarades de tous âges qui souhaiteraient me poser des questions sur ces sujets et cette époque. Déjà, il y a quelques temps, j’avais donné quelques informations sur le Père Pierre-André Liégé, sur lequel le P. Gérard Reynal vient de sortir un bon livre. J’en parlais il y a encore deux jours avec Paul Rendu, passé me voir dans ma retraite bretonne, avec lequel nous évoquions ces années terribles de la crise de la Route sur la guerre d’Algérie, de la mort de Jean Muller et de la démission de l’équipe nationale Route.

Que reposent en paix tous les camarades partis, avec nos rêves et nos illusions, mais aussi que perdurent nos convictions, notre désir d’aller plus loin dans l’espérance « sans attendre d’autre récommpense que celle de savoir … » que nous créons tous les jours, tous ensemble, un autre monde !

Michel Bloch-Lemoine

ancien chef de troupe, ancien chef de clan
Breuil de Lozère 1954

Un message, un commentaire ?

Qui es-tu ?

Pour afficher ta trombine avec ton message, enregistre-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oublie pas d’indiquer ton courriel ici.

Votre message