Vis Tes Rêves... en équipe village

Tu as sans doute croisés sur Vis Tes Rêves des équipiers de village, reconnaissables à leur polo vert… Ils étaient en effet près de 300 pour assurer l’accueil et la vie quotidienne sur les 24 villages. Récit de Vis Tes Rêves par l’un d’eux…

Installation du village

Portique d’entrée de Pétra

Alors que le rassemblement commence le vendredi 27, c’est le mardi 24 juillet que 16 membres de l’équipe du village Pétra sont arrivés à Jambville. Hé oui, il fallait bien 3 jours pour préparer l’accueil des 900 villageois venus des territoires Rhône Ouest et Loire-Auvergne ! L’équipe du village est composée d’un maire (le responsable du village), d’une équipe d’animation de 4 personnes, de 2 intendants, d’une équipe santé (un médecin -également référent spi- et une infirmière), d’une équipe hygiène (2 personnes), d’un responsable sécurité et déplacements, d’un responsable matériel et logistique, d’une responsable bien-être, de 2 « jokers multitâches » et des Correspondants Jamborée des 2 territoires (qui arriveront vendredi avec les jeunes). Tout ce petit monde vient des équipes territoriales de Rhône Ouest et Loire-Auvergne.

Première étape pour les valeureux, la préparation du terrain pour installer tout le monde. Munis des effectifs des différentes unités et de rouleaux de rubalise, nous commençons donc par découper le terrain en parcelles de tailles inégales : 31 unités comptant de 15 à 54 jeunes et chefs, donc de 3 à 11 (!!) tentes, sont à répartir. Evidemment, il faut jouer entre les fossés, les arbres et les ronces pour réussir à faire rentrer tout le monde… Les ronces, d’ailleurs, c’est l’étape suivante : munis de faux nous passons de nombreuses heures à débroussailler le terrain pour gagner un peu de précieux espace…

La façade monumentale de Pétra

En parallèle, nous entreprenons de décorer la place du village, où est déjà installée une scène. Pour respecter l’imaginaire de la ville de Pétra, et pour faire suite aux idées délirantes de l’équipe d’animation, nous montons une grande façade de 6m de haut (hissée au Manitou !) représentant la célèbre Khazneh qui intègre une savante installation de projection et qui ne manquera pas d’attirer les curieux tout au long du jamborée, ainsi qu’un portail d’entrée, une grotte, un rocher, un terrain de fouilles… et le bateau fabriqué par les Éclaireurs de Tribu sur le parcours Robinson du BET [1] ! Un bateau au milieu du désert, quelle idée… Bah oui, mais c’est un bateau antique qu’on a retrouvé en faisant des fouilles, na !

Dernier élément de l’imaginaire assemblé sur place, et non des moindres, le couteau suisse de John Doeuf, l’inspecteur-explorateur du village. Ce couteau suisse, monté sur roulette, présente la particularité de mesurer 2m de haut, et d’inclure (liste non exhaustive) une main pour faire coucou, un chameau pliable (si si !), une lame porte-outils (scie, pioche, pelle), une lame pour ranger son petit matériel (dont l’indispensable porte-gobelet de café ou le miroir pour se raser !), une tablette avec tout ce qu’il faut pour écrire… Manquait juste le tire-bouchon, fonction pourtant essentielle dans un couteau suisse !

Durant ces 3 jours d’installation, est aussi arrivé le fond d’intendance… 800 litres de jus d’orange, 900 litres de lait, de la confiture par dizaines de kilos, de gros filets d’oignons,… Ah bah ça, c’est pas rien de nourrir 900 personnes pendant 5 jours ! Les réunions par commissions s’enchaînent aussi pendant lesquelles chacun reçoit les consignes correspondant à sa mission…

Mais nous ne sommes pas seuls dans le parc : toutes les équipes village se sont mises à l’oeuvre et de nombreux équipiers de service sont là aussi. Sans compter les pionniers, caravelles et compagnons qui sont là aussi… Lors d’une veillée préparée par des pionniers pour tous les présents le mercredi soir, nous sommes déjà près de 2000 !

Ils arrivent !!!

Alors que l’heure officielle d’arrivée est 8h00, les premiers villageois arrivent à 6h30 vendredi, après un voyage en car toute la nuit. En attendant l’ouverture de l’accueil, ils vont s’installer sur leur emplacement… et finir leur nuit !

Accueil des participants

Du côté de l’équipe village, tout est calé : vérification des inscriptions, pointage des missions des chefs, récupération de « totems » apportés par les unités, distribution des carnets du participant et de gel douche (!!), accompagnement sur les emplacements d’installation,… Chacun a son rôle. Les arrivées se font de façon quasi continue, petit à petit le village se remplit, et la fourmilière s’active bruyamment… accompagnée des premières gouttes de pluie… Grosse interrogation des équipiers : est-ce que tout ce monde va rentrer dans les emplacements et sur la place du village ?!

A 16h00, alors que tout le monde n’est pas encore installé, voire arrivé, le Jamborée est ouvert en village, par une bande de bédouins qui vont lancer l’animation et la grande enquête du Jamborée. Les scouts et guides font alors connaissance avec John Doeuf et son couteau suisse géant ! L’ambiance est lancée, les jeunes sont surboostés,… qui se souvient que cette cérémonie d’ouverture s’est faite sous la pluie ?

Chacun finit ensuite de s’installer, le village se transforme en tétris géant pour finir de caller les dernières tentes dans les petits emplacements tout en préservant un espace pour cuisiner et manger…
Les coins cuisine étant partagés avec une autre unité, c’est l’occasion de tisser de nouvelles amitiés avec le territoire voisin, de raconter son camp aux copains d’à côté ou de retrouver des connaissances !

Un village bien peuplé !

Pendant que le maire réunit les chefs d’unités pour leur communiquer les informations concernant l’organisation du village et la tenue du Jamborée, la distribution du repas est impressionnante : pas moins de 78 glacières sont livrées et réparties par l’intendance entre les différentes unités ! La fumée des braseros monte entre les campements, ce soir tout le monde mangera bien chaud !

Nouveau regroupement sur la place du village, animé par l’équipe animation qui fait monter l’ambiance, puis c’est le départ pour la veillée d’ouverture… En tant que responsable sécurité et déplacements, pendu au téléphone installé dans la mairie, à l’écoute de son faible buzzer malgré l’ambiance qui colle au plafond juste à côté, j’attends le top départ donné par l’équipe centrale. Lorsque nous partons, nous entendons dans les chemins voisins les chants des autres villages qui montent aussi rejoindre le podium central. Et les scouts et guides de Pétra ne sont pas en reste, ça crie et ça scande à qui mieux-mieux !

En atteignant le podium, la plupart des participants sont déjà installés. Première rencontre à 18000, ça en couperait presque le sifflet à nos jeunes tant cette foule est impressionnante ! Amplitude fait chauffer l’ambiance, la foule est en délire ! Pas facile de faire asseoir tout le monde malgré les consignes données, de faire baisser les drapeaux et étendards qui cachent la vue à ceux de derrière,…

A l’issue de la veillée, les jeunes épuisés par 10 jours de camp et un voyage de nuit pour la plupart, ne demandent pas leur reste et vont rapidement se coucher. Mais un certain nombre seront réveillés dans la nuit : l’orage gronde et la pluie tombe fortement ! Or, le terrain de Jambville est argileux… L’eau ne tarde pas à ruisseler dans certaines tentes, contraignant certains équipages à évacuer en plein cœur de la nuit, pour terminer celle-ci dans une tente voisine voire sur l’estrade du village ! Le tout sous la houlette d’équipiers du village qui ont eux aussi été réveillés par une rivière dans leur tente…

Le Jamboree est lancé !

John Doeuf et son couteau

Après un réveil et un petit déjeuner accompagné par Radio Pétra (l’équipe animation qui circule dans les campements pour présenter un flash info franchement déjanté), alors que les jeunes quittent le village pour le Talent Créativité et Astuce, ce sont près de 50 duvets qui sont envoyés au séchoir improvisé par l’équipe service ! Notre village n’a pas été le plus touché par ces inondations, loin de là…

Mais les évènements de la nuit n’ont que peu atteint le moral général et tant les jeunes que les chefs rejoignent gaillardement les activités de la matinée. L’occasion pendant ce temps pour l’équipe village de se doucher et de remettre un peu d’ordre en évacuant autant que faire se peut la boue qui s’est formée… Des réunions de commission, pour le maire et le responsable déplacements, sont également prévues pour faire un premier point sur le lancement du rassemblement et anticiper les évènements pour la suite !

Le rythme de cette journée sera identique pour les 2 jours suivants : accompagner les jeunes sur les espaces Talent, en profiter pour se promener un peu dans Jambville (tant qu’à faire…), puis gérer le retour des jeunes après le déjeuner et l’Explo du Jam [2] avant de les renvoyer sur l’activité de l’après-midi (Talent esprit le samedi sur lequel certains d’entre nous sont mobilisés, célébration le dimanche, grand jeu en village de clôture de l’enquête le lundi), puis de les voir revenir pour le temps de service et le diner, et enfin de repartir pour la veillée. De quoi bien occuper les différents équipiers du village !

Après le déluge, le déluge

L’après-midi du dimanche est marquée par le retour de la pluie… Alors que tous les duvets envoyés au séchage la veille ne sont pas encore revenus, la distribution de « couvertures qui grattent » est organisée en prévision d’une nuit qui s’annonce humide… Alors qu’elle était censée s’arrêter en fin d’après-midi, la pluie reste de la partie, et malgré la chaude ambiance qui règne sur la place du village dans l’attente du départ pour la veillée, c’est avec dépit que les veillées attendues par les Éclaireurs de Tribus d’une part et les plus jeunes de l’autre sont annulées… La nouvelle est saluée par un orage qui redouble !

Les inondations ont laissé des traces…

C’est alors que se produit un petit miracle comme seuls les scouts savent le faire… Ni une ni deux, sans réelle concertation, le village s’organise. Les chefs sont chargés de rester avec leur unité et de faire en sorte de limiter les dégâts des inondations qui arrivent (une forte pluie sur un terrain déjà gadouilleux, ça ne pardonne pas !) Pendant ce temps, 4 équipiers ont entrepris de passer la raclette dans les douches en dur pour commencer à y stocker un sac par équipage avec des affaires qui seront ainsi assurée de rester sèches pour le lendemain. Histoire de dédramatiser la situation et de rassurer les scouts-guides qui arrivent trempés jusqu’aux os et inquiets de se retrouver inondés, ces équipiers accueillent les jeunes dans la joie et la bonne humeur (chants de circonstance, plaisanteries,…) tant et si bien que les scouts-guides repartent vers leur campement avec le sourire. D’autres équipiers, spontanément rejoints par des équipiers de service qui accourent dans les village pour renforcer les équipes, ont entrepris de creuser avec des chefs des tranchées pour canaliser les eaux du déluge. Pétra devient la Venise du désert le temps d’une soirée ! Autres initiatives spontanées, les intendants font chauffer une grosse marmite de chocolat sur la place du village pour réchauffer les jeunes et les chefs tous mouillés, alors que d’autres équipiers gèrent sur un tableau la liste des places vacantes dans les tentes et la répartition dans celles-ci des jeunes dont la tente est devenue inutilisable en raison de nouvelles inondations. Au final, tout se gère dans un calme relatif, chaque jeune va se coucher au sec alors que la pluie s’arrête… et que nous réalisons que tout s’est bien passé au final parce que chacun a su prendre une tâche pour le bien de tous ! Jetons-nous quelques fleurs, mais y’a des fois comme ça où on est fier d’être scout !

Durant cette épisode, la tribu d’Andrézieux a réécrit le chant du jamborée (et sera ravie qu’Amplitude le reprenne le lendemain pendant la veillée de clôture !) :
Oser patauger dans la boue,
Se lever et r’glisser dans un trou,
Ecoper avant que la pluie n’s’achève,
Inondés on vit nos rêves !

Voilà, c’est fini…

Mardi matin, c’est le départ… le village se vide aussi vite qu’il s’est peuplé, en 2 vagues successives puisque Loire-Auvergne part vers 8h alors que Rhône Ouest quitte le village en fin de matinée. Le tout pour se rassembler vers le podium central et comater 2h sur les sacs en attendant le départ du car… Ces départs se révèlent plus compliqués que prévu, et la présence de quelques équipiers du village ne sera pas de trop pour organiser un peu tout ça et s’assurer que personne ne manquera dans les cars !

A peine les jeunes partis, même pas le temps d’avoir le blues, le rangement du village commence. Y’a pas à dire, tout ce que nous avions construit comme décor va bien plus vite à démonter ! En fin de journée, tout a disparu, et on n’imaginerait pas que le matin encore il y avait 900 personnes qui s’agitaient là… si ce n’est les traces de boue un peu partout ! Il est temps pour nous de faire nos sacs aussi et de regagner nos pénates à notre tour…

Vivre le Jamborée en équipe village, c’est le vivre de façon particulière. Du fait qu’on est avec les jeunes une bonne partie du temps, ça permet de profiter du Jamborée bien plus qu’on ne le ferait en étant dans l’équipe service. Notre rôle au global est plus discret, mais on est fiers que les jeunes rentrent chez eux en ayant noués de vrais contacts sur le village ! Chiche, on remet ça pour le prochain Jamborée ?

Notes

[1Pour les non-initiés aux acronymes des SGdF?, le BET, c’est le Brevet d’Éclaireurs de Tribu, qui réunit tous les scouts et guides de 3e année le temps d’un WE pour acquérir des compétences dans un domaine précis, et notamment la construction sur le parcours Robinson

[2Temps que les jeunes avaient pour se promener dans Jambville à la découverte de l’histoire du Parc ou de rêves vécus, aller à la Boutique ou dans les espaces spirituels, rendre visite à tel ou tel ami d’un autre village,…

PS

Photos : Maëlle Romier

Publié le