VERSION BETA
Donne ton avis !

tag : Vie

La Vie

La vie est une chance, saisis-la La vie est une beauté, admire-la La vie est une béatitude, savoure-la La vie est un rêve, fais-en une réalité La vie est un devoir, accomplis-le La vie est un jeu, joue-le La vie est précieuse, prends-en soin La vie est une richesse, conserve-la La vie est amour, jouis-en La vie (...)

Le générateur de vies

Avec le générateur de vies, fini de s’amuser à copier-coller des images dans un tableau sur ton éditeur de texte pour créer les vies pour un jeu de camp, les rôles d’un stratégo ou la monnaie d’un jeu.

L’inspirant poème d’Evan, scout décédé d’un cancer

Evan Mario a 11 ans quand il apprend qu’il est atteint d’un cancer. 17 chimiothérapies, 6 semaines de radiations et diverses interventions chirurgicales. Pendant ce temps, Evan ne lâche rien : il rate le moins possible ses réunions scoutes et en particulier ses week-ends et camps avec la troupe 22 de Tampa. Il (...)

Tu seras un Homme mon fils

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties Sans un geste et sans un soupir ; Si tu peux être amant sans être fou d’amour, Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre Et, te sentant haï sans haïr à ton tour, Pourtant lutter (...)

Si je pouvais vivre une nouvelle fois ma vie ...

Tout d’abord, j’essaierais de commettre plus d’erreurs, je n’essaierais pas d’être si parfait. Je me relaxerais plus. Je serais plus fou que ce que j’ai été. Je prendrais très peu de choses au sérieux. Je serais moins hygiénique. Je courrais plus de risques, je ferais plus de voyages. Je contemplerais plus souvent les (...)

Quelques leçons de vie d’un Tour du Monde à la voile

Navigateur chilien, Felipe Cubillos (décédé en 2011) a écrit ce texte quelques heures avant de franchir la ligne d’arrivée de son Tour du Monde à la voile. Il y décrit de façon simple ce qu’il a appris de ce tour du monde et donne à ses lecteurs ce qu’on pourrait appeler des leçons de vie, tirées de sa propre expérience.

Le texte d’origine étant en espagnol, sa traduction est approximative.

La Mort n’est rien

La mort n’est rien, je suis seulement passé, dans la pièce à côté. Je suis moi. Vous êtes vous. Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours. Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné, parlez-moi comme vous l’avez toujours fait. N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste. (...)