Huitpat

LaToileScoute

LaToileScoute.net

Culture / Scout un jour / Personnages du scoutisme français / Le Père Pierre-André Liégé (1921-1979) / Un Pasteur et un Educateur Scout : le Père P.-A. Liégé

Un Pasteur et un Educateur Scout : le Père P.-A. Liégé

Je reprends ici, sous la forme d’un article, ce que j’avais déjà écrit sur le forum général… Mon texte sans prétention reste évidemment ouvert à vos critiques et à vos suggestions.
Jean-Marie Vonau


Pierre-André Liégé

Décidément, le dominicain Pierre-André Liégé (1921 - 1979), dont la route (hem !) aura croisé plusieurs fois celle des Scouts de France, mérite bien qu’on s’y intéresse un peu aujourd’hui, plus de trente ans après sa disparition !

Le P. Liégé à Jambville, Pâques 1957
Assis à la droite du P. Liégé : Claude Lefebvre.

En effet, on connaît un peu (pas assez, me dis-je) le théologien, souvent précurseur dans les années 50, à la fois imaginatif et combattif mais surtout fidèle à une démarche de foi fondée sur le Christ, attaché à une ecclésiologie de « communion » (ne vous braquez pas sur cette expression d’initié mais qui peut se comprendre entre les lignes, je crois), bien avant les percées du concile Vatican II, et probablement l’un des fondateurs de la « Théologie Pastorale » moderne .

Quelques étapes marquantes

Rappelons quelques étapes marquantes de sa biographie de religieux, montrant qu’il était à la fois homme de réflexion (c’était incontestablement un intellectuel) et d’action (son engagement religieux l’aura conduit à innover et à bâtir, jusqu’au sein même de l’Institution) :

  • Professeur de Théologie Pastorale, à partir de 1950, à l’Institut Catholique de Paris,
  • Professeur aux Universités de Montréal et de Québec, à partir de 1960 - « assimilé aux experts » de Vatican II par Jean XXIII. (il y a eu de vifs débats avant de l’accepter parmi les experts qui ont aidé les Pères conciliaires. Finalement, il n’aura pas été accepté comme « expert » mais « assimilé » à ces derniers !
  • Prieur du Couvent St Jacques (dominicains), de 1967 à 1970,
  • « Définiteur Général » au Chapître Général des dominicains, en 1971,
    - Doyen de l’UER de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris, de 1970 à sa mort (9/2/1979),
    - Membre fondateur de ce qui est devenu l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (dans les années 1950 - 51) de l’Institut Catholique de Paris,
  • Membre fondateur du Cycle C (formation théologique universitaire des laïcs, bien de connue de certains scouts et de bien d’autres gens) de la Faculté de Théologie de l’Institut Catholique de Paris. Notez qu’il a aussi fortement contribué à la création du CETAD (Centre d’Enseignement théologique à Distance) et de la Collection « Croire et comprendre ». C’est clair, dans son action pastorale, tout ce qui relevait de la formation (des jeunes, mais aussi des adultes) constituait un axe important de son action.

Une prochaine thèse…

Je ne peux donc que me réjouir de la prochaine publication de la thèse, soutenue en 2004, du Père Gérard Raynal (www.ict-toulouse.fr), Professeur de Théologie Pastorale à l’Institut Catholique de Toulouse : « Pierre-André Liégé, o.p. (1921 - 1979), pionnier? et initiateur de la théologie pastorale en France ». Avec de la chance, une recension pourrait en être donnée sur ce même site …

Dans le milieu du scoutisme en particulier — nous sommes sur un site qui vise à restituer un peu de l’histoire savoureuse et riche du scoutisme ! — on pourrait le connaître un peu mieux (peut-être pas toujours pour des raisons bien ajustées à son envergure intellectuelle et humaine). On remarquera que son passage dans le scoutisme s’est fait alors qu’il était déjà absorbé par ses responsabilités d’universitaire à la « Catho » de Paris : il n’est pas interdit de se poser la question de l’enrichissement réciproque de ses diverses activités et préoccupations (le scoutisme a-t-il bénéficié de sa démarche d’universitaire et de religieux ? La question pastorale s’est nourrie dans ses rencontres et dans les rassemblements scouts ?).

Un acteur engagé

Quoi qu’il en soit, je plaide pour qu’il ne tombe pas dans l’oubli (chose qui est fréquente, je crois, quand on n’a plus d’activités scoutes) :

L’équipe national Route, années 50
De gauche à droite : P.-A. Liégé, Paul Rendu, Michel Rigal, Pierre Chesnais
  • Le Père Liégé a d’abord été scout lui-aussi ! Ancien Routier lui-même (il s’agit des « Compagnons » de l’époque), avant la Seconde Guerre Mondiale puis, entre 1947 et 1949, prenant alors la succession du Père DONCŒUR s.j., il devient l’Aumônier d’un Clan routier qui avait connu une certaine notoriété (le « Clan des Rois Mages », à l’École Polytechnique)(Cf. : Pierre Schaeffer, « Les Enfants de Cœur » (c’est un jeu de mots !), publié en 1949, mais aussi : « Albert-Marie BESNARD, frère précheur » in : La vie spirituelle, n° 627 - 28). Si des anciens de l’X pouvaient nous en donner quelques témoignages …
  • comme Aumônier National de la Branche Route (de nov. 1951 à 9 mai 1957), il fait partie de l’Équipe Nationale Route (dont le Commissaire était Paul Rendu) qui a collectivement démissionné à la suite d’une crise profonde qui aura secoué les SDF (mais aussi, à peu près à la même époque, la JEC, l’UNEF ou l’ACJF), autour de la révélation de la torture en Algérie (et de la douloureuse question de la (dé)colonisation, dans la deuxième moitié des années 50).
    De droite à gauche au premier rang : Jean Muller, X, Paul Rendu et Père Liégé en 1955

    Du côté des SDF, c’est l’allusion, dans la revue La Route, aux fameuses lettres, publiées sous la forme d’un « dossier » dans « Témoignage Chrétien », de Jean MULLER (ce jeune membre de l’ENR tué en Algérie en 1956 qui se dira choqué par ce qu’il côtoie ou entend là-bas) qui aura mis les feux aux poudres, notamment au QG des SDF… Lors du Centenaire du scoutisme, en 2007, cinquante ans auront passé : peut-être y aurait-il lieu de réévaluer à nouveaux frais les positions antagonistes des uns et des autres, chez les scouts mais aussi dans l’Église Catholique, quelques années avant l’ouverture de la démarche conciliaire …

  • il faudrait également faire mention de son compagnonnage avec le Mouvement « La Vie Nouvelle », animé par André CRUIZIAT, un ancien responsable de la Branche Route des années 30. (Je cherche d’ailleurs des écrits et des témoignages sur cet aspect des engagements du P. Liégé …).
Un topo du P. Liégé au Breuil, années 50.

Dans les éloges, nuancés quoique élogieux, adressés à la mémoire du Père Liégé (voir, par exemple : « Pierre-André Liégé, témoin de Jésus-Christ », Cerf, 1980), Paul RENDU, l’ancien Commissaire de la Route SDF a pu écrire :
« Certains ont peut-être pensé que l’intelligence et la culture de l’ancien étudiant de Tübingen ne trouvaient pas leur plein emploi dans l’aumônerie d’un mouvement où le débat intellectuel tenait moins de place que la marche ou les activités socio-culturelles. (…) Je crois cependant qu’il était particulièrement à l’aise à la Route et je rends hommage au discernement de ceux qui ont compris quelles affinités profondes existaient entre sa spiritualité et celle du mouvement. »

Il me semble, pour ma part, que cet homme de haute culture, ce pasteur à la foi communicative mais exigeante, mérite mieux qu’une place anecdotique dans nos mémoires « scoutes » facilement défaillantes : il faudrait pouvoir le rencontrer dans les écrits qu’il nous a laissé, comme théologien et/ou comme responsable scout (tiens, en consultant la bibliographie, non exhaustive, reprise dans l’ouvrage d’hommages de 1980, je constate qu’il aura produit près d’une cinquantaine de publications, alors même qu’il était Aumônier National de la Route, de 1951 à 1957 ! Bon, c’est vrai, ceux qui le fréquentaient soulignaient souvent qu’il ne dormait que très peu …

Recherche de documents

Pour aller plus loin enfin, il faudrait encore pouvoir accéder à un certain nombre de textes (pourquoi pas consultables un jour prochain sur www.scoutunjour.org ?) et de témoignages (c’est parfois plus savoureux pour des gens pressés comme nous). Il y aurait là pas mal de matériaux pour approcher et comprendre quelqu’un qui savait également se montrer éducateur, pas seulement enseignant. Ainsi, pour ne m’en tenir qu’à ce qui suit :

  1. Je recherche les Numéros de « La Route » (Scouts de France) suivants : déc 51 ; mars 52 ; mai 52 ; juin 52 ; septembre-octobre 54 ; nov 55 ; avril 56 ; juin 56 ; novembre 56 ; janvier 57 ; mai 57. Pourriez-vous m’aider ?
  2. Disposerait-on des témoignages écrits (existerait-il encore des témoins directs qui accepteraient d’être interviewés) à propos des camps-écoles suivants : celui d’août 55, dans le Jura, où aurait en particulier participé Jean MULLER, juste avant d’entrer à l’EN Route ? Celui de juin ou juillet 1956, en Provence ? Quelqu’un aurait-il conservé des notes de ses « causeries » et de ce que lui et Paul Rendu (et son équipe) proposaient aux Routiers ?
  3. Je suis à la recherche de six textes du P. Liégé, produits alors qu’il faisait partie de l’Équipe Nationale de la Branche Route :
    1. « Mystère pascal et pédagogie chrétienne », in : L’aumônier scout, n°18, 1953,
    2. « Exigences d’une catéchèse chrétienne », in : L’aumônier scout, n°22-23, 1954,
    3. « Découverte du mystère de l’Église à la Route », in : L’aumônier scout, n°28-29,
    4. « Grandes lignes d’une pédagogie du mystère de l’Église », in : Les Cahiers des aumôniers scouts, Bruxelles, oct. 1955,
    5. « Sens évangélique du péché », in : L’aumônier scout, n°26, 1955,
    6. « Scoutisme et Politique », in : Le Chef, 1956 (c’est sur ScoutUnjour !?!)
  4. Je cherche, enfin, un texte scout postérieur : « Jeunesse DE l’Église, Jeunesse DANS l’Église », in : Le Chef, Août-Sept 1961.

Attention, mon intérêt n’est pas celui d’un retour sur un hypothétique âge d’or du scoutisme et de l’Église catholique ni d’une relecture partisane mais plutôt de comprendre l’actualité du Père Liégé.

Merci par avance pour vos informations et vos suggestions. Et bonne visite à celles et ceux qui voudront découvrir (ou re-découvrir) le Père P.-A. Liégé, lui qu’il convient, à mon sens, de rattacher au patrimoine le plus précieux des Scouts de France et du scoutisme !


© Photos aimablement fournies par le P. Gérard Reynal, tous droits réservés. Pour tout renseignement complémentaire sur les photos, contacter l’auteur de l’article.
Cet article était originellement publié sur Scout un jour, un site animé entre 2004 et 2014 par des passionnés de l’histoire des Scouts de France.
Page créée le , mise a jour le
LaToileScoute 2001-2018

Vos réactions

(1)

Vos commentaires

  • , par Philippe Schmitt En réponse à : Un Pasteur et un Educateur Scout : le Père P.-A. Liégé

    Cet article, dont je viens de prendre connaissance, m’a vivement interéssé dans la mesure où le Père LIEGE n’a pas laissé indifférents ceux qui l’ont connu, même si les appréciations divergent !

    Quoi qu’il en soit, les personnages consensuels sont souvent fades et ce n’était pas le cas du Père LIEGE, d’où l’intérêt de cet article.

    Des « anciens » me disent que le père LIEGE avait été sanctionné par Rome avant de devenir aumonier de la Route pour ses prises de position au moment de « l’affaire » des prêtres ouvriers.

    Qui peut me confirmer ou m’infirmer ce fait et m’éclairer ?

    Encore bravo pour ce site

    • , par Antylope En réponse à : Un Pasteur et un Educateur Scout : le Père P.-A. Liégé

      Je ne pense pas qu’on puisse dire que : « le père LIEGE avait été sanctionné par Rome avant de devenir aumonier de la Route pour ses prises de position au moment de »l’affaire« des prêtres ouvriers. »

      Il y a un PB de chronologie : le Père Liégé était déjà Aumônier de la Route SDF (depuis 1951) quand ce que vous appelez l’ « affaire des Prêtres-ouvriers » a pris un tournant douloureux. Deux moments de ce tournant : d’abord avec la Lettre du Nonce Apostolique au Cardinal Liénard (23 septembre 1953), constituant une sorte d’ultimatum, puis avec la décision de Pie XII (1er mars 1954) imposant aux prêtres-ouvriers de « quitter les usines et les chantiers ». Les prêtres ne devaient pas exercer une activité salariée. Pour votre information, le Concile Vativan II est « revenu » sur cette rupture avec le monde ouvrier, en 1965 (je n’ai pas le nom du document en tête, au moment où je vous écris …).

      Peut-être confondez-vous le Père Liégé, sur cette question, avec un autre de ses frères dominicains, le Père Marie-Dominique CHENU, une personnalité majeure !

      Sur la douloureuse question des rapports de Rome avec le mouvement des Prêtres-Ouvriers (les fameux « P.O. »), la rébellion de la cinquantaine des « Insoumis », voyez, par exemple : François LEPRIEUR, « Quand Rome condamne. Dominicains et Prêtres-Ouvriers », Cerf, 1989, 802p. (On le trouve chez Amazon.com).

      Sur la question des rapport des chrétiens avec l’athéisme, le Père Liégé avait écrit :
      « L’Athéisme, tentation du monde, réveil des chrétiens ? », in : Cahiers Parole et Missions n°6, 1963. Ce texte devrait être accessible dans une Bibliothèque spécialisée (genre Institut Catholique, par exemple).

      jmv

    • , par Philippe Schmitt En réponse à : Un Pasteur et un Educateur Scout : le Père P.-A. Liégé

      Merci d’avoir pris la peine de répondre à mes interrogations.
      Mes informations étaient erronées.
      Pour autant, et par souci d’objectivité, je crois néanmoins pouvoir avancer, sans me tromper, que les positions du Père Liégé, professeur de théologie fondamentale à l’Institut catholique de Paris, étaient fort peu appréciées au Vatican.

      Cette impression fut accentuée en 1953 quand le Vatican mis à l’index les numéros de « Evénements de la Foi »que le père Liégé avait approuvés.

      Cela n’enlève rien à la qualité du Père Liégé.

      Par ailleurs, Vatican II n’est pas « revenu » sur une rupture avec le monde ouvrier car là n’était pas la question. Il s’agissait plutôt de savoir quel bout de chemin des prêtres ouvriers pouvaient faire avec des organisations marxistes, et, dans cet ordre d’idée, Vatican II marque une évolution … tempérée par l’élection d’un pape d’origine polonaise qui avait vu de près les désastres de cette idéologie appliquée dans son propres pays.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

0 vote

Les Auteurs

Jean-Marie Vonau

Ancien animateur régional Compagnons d’Ile-de-France-Centre (Paris et petite couronne)

En Savoir +

Qui sommes nous ?

LaToileScoute n'est pas une association de scoutisme. LaToileScoute est une association au service du scoutisme, de ses membres et de ses associations.

Encore + de LTS

Galaxie LaToileScoute

Réseaux sociaux

Smartphones

je suis perdu :(

Participe au site !