Le Groupe St-Do d’Alger (1935-1962)

Cet article est paru sur le site du Centenaire du scoutisme dans le Bas-Rhin-, il est publié ici avec la permission de l’auteur.

Bref historique du Groupe St-Dominique d’Alger

  • été 1923 : création à Annecy (à l’occasion d’un camp d’été en France) de la 1re Alger : Troupe Psichari (lieutenant), renommée peu de temps après Troupe de Sonis (général).
  • automne 1934 : la Troupe de Sonis bat de l’aile. Le curé de la paroisse qui l’héberge la met à la porte de son local pour y installer un patronage.
  • janvier 1935 : Les Scouts sont recueillis par le couvent de Dominicains d’Alger et, en remerciement, la Troupe prend le nom de Troupe St Dominique 1re Alger. Aumônier : Père Lefèvre, dominicain (1900-1978) qui sera l’aumônier du Groupe de 1935 à 1963 puis des Anciens du Groupe de 1963 à son décès en 1978.

C’est à cette date, janvier 1935, que le foulard noir et blanc devient le foulard du Groupe St-Do. À ma connaissance, nous avons été les seuls à porter ce foulard. À la fin des années 40, début des années 50, il y eut une Troupe St-Dominique à Paris portant ce même foulard. Elle avait été créée par des Anciens du Groupe d’Alger qui étaient rentrés s’établir en métropole. À Alger, nous l’appelions la « St-Do de Paris ».

À Alger, le succès de la Troupe est considérable : rapidement d’autres Troupes sont créées au sein du Groupe : St-Albert le Grand (4e Alger) puis St-Jacques de Compostelle (12e Alger). Aux trois Troupes on doit ajouter trois Meutes (St-Michel, St-Gabriel, St-Raphaël), une pré-Route, un Clan.

Bande de groupe, insigne de la Province d’Alger (à droite) et le blason du Groupe St Do (à gauche) avec sa devise : Non Multa Sed Multum (pas la quantité mais la qualité)

Une revue interne au Groupe est éditée. Elle s’appelle « FEUX ». Elle n’a pas cessé d’être éditée. À Pâques 2007 a été publié le numéro 342 de la 71e année…. À raison de 4 sizaines par Meute, de 4 à 5 patrouilles (de 6 à 8 éclaireurs chacune) par Troupe, le Groupe St Dominique est puissant : 80 louveteaux? et cheftaines, une centaine d’éclaireurs et de chefs. Cette photo de 1947 montre les Clans de la St Do d’Alger et de la St Do de Paris en pèlerinage commun à Lourdes.

Il y avait également une structure équivalente chez les Guides de France : elles fournissaient l’essentiel de nos cheftaines de Meute. Mais le cloisonnement entre Scouts et Guides était, à l’époque, total et les Anciens d’aujourd’hui ont du mal à reconstituer l’histoire des Guides du groupe St-Do…

2e guerre mondiale : des Routiers?, des Chefs et des Anciens du Groupe St-Dominique font partie de l’armée d’Afrique (celle du général Juin) qui se bat très durement en Italie (Monte-Cassino) puis débarque en Provence (1re armée du général de Lattre de Tassigny) et participe, au côté de la 2e DB de Leclerc, aux durs combats de libération de l’Alsace. C’est le début d’un attachement profond, sincère, inaltérable entre la St Do d’Alger et l’Alsace.

Comme il est expliqué dans ce texte, nous sommes venus à de nombreuses reprises en Alsace pour camper, pour nous souvenir… C’est là, à Oberhaslach, sur le pré situé en face de la maison forestière de Weinbaechel, que le Groupe fut officiellement dissous le dernier jour du dernier camp d’été de 1963. Quelques jours auparavant, les ultimes Promesses du Groupe avaient été prononcées au Mont Ste-Odile.

Comme indiqué dans le document sur La St Do et l’Alsace, nous sommes revenus à plusieurs reprises en Alsace depuis 1963. Mr. Grebert, qui était le garde forestier de Weinbaechel pendant les années 56-63, est enterré au petit cimetière d’Oberhaslach. Sur sa tombe, on peut y voir une plaque de remerciement des Anciens de la St-Do d’Alger.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui les rangs des Anciens de la St Do s’éclaircissent : le fondateur que vous voyez sur la photo de 1936 à côté du Père Lefèvre est décédé en 2005. Deux Anciens de l’époque 1934 (Troupe de Sonis) sont toujours en vie. Les Anciens de la St-Do se réunissent plusieurs fois par an : nous sommes regroupés en 3 Provinces (Ile-de-France, Lyonnais, Sud-Est) regroupant une grande majorité d’Anciens (certains vivent dans l’ouest de la France, certains même à l’étranger). Chaque « Province » fait deux réunions annuelles dans « sa » Province. Tous les 3 ou 4 ans, il y a en plus une réunion nationale regroupant toutes les Provinces. Celle de 1993 s’est faite en Alsace (lire 4-La St Do et l’Alsace). Celle de 2006 s’est faite à Prouilles-Fanjeaux (près de Carcassonne) lieu où St Dominique fonda son premier couvent en 1206. Près de 200 anciens et famille d’Anciens étaient présents. Certains étaient venus spécialement des États-Unis.

Parmi les membres illustres de la St-Do aujourd’hui décédés, outre les combattants de l’Armée d’Afrique, on peut citer Pierre Claverie, évêque d’Oran (Algérie), mort tragiquement en 1996, une semaine après le massacre des moines de la Trappe de Thibirine (qui eut un très grand retentissement dans les médias français).

On peut également citer Jacques Campredon, amiral, décédé en 2005, qui commanda en « pacha » le porte-avion Clémenceau.

Parce que la population des Anciens vieillit, a de plus en plus de mal à se déplacer, est dispersée un peu partout dans le monde (Chine, Nouvelle-Calédonie…) mais que notre désir de continuer à vivre notre scoutisme de la St-Do est toujours intact (il y a quelque chose d’inexplicable dans cette communion de pensée et d’action), j’ai pris l’initiative de créer un site Internet où chacun, éventuellement aidé par son petit-fils, peut à toute heure du jour et de la nuit, sans quitter son domicile, se replonger avec délices et voluptés dans ses souvenirs de scout à la St-Do.

J’ai créé ce site Internet en janvier 2004. A ce jour, nous y avons collecté plus de 2000 photos (dont la moitié datant d’avant 1963) et plusieurs milliers de pages de souvenirs, tous en relation directe et exclusive avec le scoutisme…

Nous y avons recensé les dates et lieux des camps de 1935 à 1963, les noms, dates et lieux des promesses des louveteaux, des éclaireurs, des investitures, les totémisations, les compositions des maitrises, des patrouilles, des sizaines…. Bref, notre histoire…

Les documents que je vous envoie aujourd’hui sont extraits de ces archives collectées grâce à Internet Elle est pas belle la vie ? Elle est si belle qu’elle m’a donné envie de venir, ce 1er juillet 2007 à Strasbourg, capitale de cette Alsace si chère à nos cœurs. Sur cette place portant un monument rappelant le « serment de Koufra » Et je vous ai donné notre foulard. Et vous l’avez porté sur cette estrade lors de l’envoi. Merci.

Je remercie tous les membres de l’équipe territoriale avec qui j’ai eu l’occasion de discuter lors de cette journée. Chacun d’entre eux m’a accueilli gentiment, m’a écouté avec patience sans bien comprendre pourquoi j’étais là, avec mon foulard noir et blanc, à prendre des photos, à m’imbiber une fois encore de cette atmosphère délicieuse de scoutisme.

Maintenant vous savez. Merci pour tout.

Je n’ai qu’un seul regret mais je sais que vous n’y êtes pour rien : j’aurais aimé pouvoir rencontrer des Scouts Musulmans. La paix entre les peuples ne peut venir que du dialogue constant entre personnes de cultures différentes.

Promenade furtive d’une Souris dans les rues de Strasbourg un dimanche 1er juillet 2007
PS

Cet article était originellement publié sur Scout un jour, un site animé entre 2004 et 2014 par des passionnés de l’histoire des Scouts de France.

Publié le (mis à jour le )