Huitpat

LaToileScoute

LaToileScoute.net

Déjà Culte / Scout un jour / Dossiers / Église et scoutisme / Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon  (...)

Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

Article paru dans le numéro 7 de mai 2001 du trimestriel « Histoire du Christianisme Magazine »

Lord Baden-Powell of Gilwell ? Un homme dangereux. Motif : il a inventé le scoutisme ! Une institution inutile et dangereuse, voire « pire que les soviets », pour ses plus ardents détracteurs. Au début du XXe siècle, échaudés par les luttes qui les opposent à l’État, beaucoup de catholiques français ne voient dans le scoutisme qu’une invention protestante et franc-maçonne. Bref, une école initiatique pour les enfants et les adolescents.


"Nous supplions nos amis de repousser énergiquement cette société, [les Éclaireurs de France] qui n’est qu’une franc-maçonnerie déguisée pour enfants. (…) Nous adjurons nos amis qui seraient invités à soutenir cette œuvre de la combattre énergiquement (…) Leur but [celui des fondateurs du scoutisme] est d’enlever l’adolescence à l’Église catholique et de préparer des générations de futurs francs-maçons." C’est en ces termes inquiets que la revue catholique L’Idéal présente le scoutisme dans son numéro d’octobre 1912.

Cet article n’est que l’un de la multitude de ceux qui vont être publiés sur ce sujet entre 1911 et 1914, dans pratiquement toute la presse catholique. Dans la dénonciation du scoutisme, les Semaines religieuses, hebdomadaires publiés par les évêques, seront souvent à l’avant-garde du combat. C’est l’une d’entre elles, la Semaine religieuse de Cambrai, dirigée par Mgr Henri Delassus, infatigable dénonciateur de la conjuration antichrétienne, qui le 21 octobre 1911, publie le premier article dénonçant le scoutisme. La Semaine religieuse ne cache pas l’origine de ses informations sur le scoutisme : il s’agit d’articles publiés par la Correspondance de Rome. Ce bulletin est l’organe de la Sapinière [1], actif réseau intégriste, qui depuis Rome combat par tous les moyens les ennemis de l’Eglise ou ceux qu’il juge tels. Jusqu’à sa disparition, fin 1912, la Correspondance de Rome ne mentionnera pas moins de dix-sept fois des articles hostiles au scoutisme publiés dans la presse en France, en Belgique, en Allemagne, au Canada, aux États-Unis. L’Agence internationale Roma qui succèdera à ce bulletin continuera à publier jusqu’en 1914 de nombreuses dépêches de dénonciation du scoutisme dans le monde entier, des Philippines à l’Uruguay. La presse catholique va abondamment reprendre ces informations. Plusieurs évêques prennent officiellement position contre le scoutisme.

Ainsi, Mgr Gieure, évêque de Bayonne, publie, le 10 mai 1914, dans son bulletin diocésain, une circulaire de seize pages A l’occasion des boy-scouts qu’il qualifie « d’institution suspecte, dangereuse, inutile, réprouvée par l’Eglise ». Mgr de Cormont, évêque d’Aire-et-Dax consacre tout un développement condamnant le scoutisme dans son mandement de Carême 1913. Plus d’une trentaine d’autres Semaines religieuses publieront ou reproduiront des textes hostiles au scoutisme. Les congrès diocésains des œuvres de jeunesse vont aussi le dénoncer vigoureusement.

Le dieu de Baden-Powell

La principale critique faite au scoutisme par les catholiques est sa neutralité religieuse. Baden-Powell (1857-1941), général anglais inventeur de cette méthode éducative en 1907 est, circonstance aggravante pour eux, protestant. Certes, l’un des buts du scoutisme est la découverte de Dieu. Mais le dieu de Baden-Powell est plus une divinité supérieure que celui d’une religion déterminée. D’autre part, les membres des Unions chrétiennes de jeunes gens [2] sont des promoteurs actifs du scoutisme en France. Et dès fin 1911, une association de scoutisme protestant, les Éclaireurs unionistes, a été fondée. Ne s’agit-il pas d’une tentative de prise de contrôle de la jeunesse catholique par les protestants ?

Parallèlement aux Éclaireurs unionistes, deux autres associations ont été fondées à la même époque, la Ligue d’éducation nationale et les Éclaireurs de France. Celles-ci sont neutres au plan religieux, par volonté d’union nationale. Elles se veulent ouvertes à tous les jeunes français, quelle que soit leur religion. Et elles les encouragent à la pratiquer. Un certain nombre de catholiques font de plus partie du comité directeur des Éclaireurs de France aux côtés de personnalités d’autres sensibilités. Mais pour les catholiques d’avant 1914, neutralité religieuse signifie opposition au catholicisme. Dans le passage de son mandement sur le scoutisme, Mgr de Cormont n’hésite pas, à propos de la neutralité, à citer l’Évangile : « Qui n’est pas avec moi est contre moi. »

Certains aspects étranges du scoutisme choquent également les catholiques : "Afin de se reconnaître entre eux et de distinguer les grades, les patrouilles, il existe tout un code de signes secrets, d’habillements divers, d’insignes, de cris d’animaux qui semblent bien puérils (…) et ont un vague relent de franc-maçonnerie ", affirme la Correspondance de Rome. L’uniforme scout, inspiré de celui du corps de police créé par Baden-Powell en Afrique du Sud en 1900, apparaît d’une grande étrangeté ainsi que les cris de reconnaissance « des patrouilles » (unité de base de la troupe scoute). Et les trois grades du scoutisme (aspirant à la promesse, scout de 2e classe, de 1re classe) qui permettent à l’enfant de mesurer sa progression personnelle ne sont-ils pas un démarquage des trois grades maçonniques d’apprenti, compagnon? et maître ?

Apprenti franc-maçon

La promesse scoute, engagement de l’adolescent à suivre la loi scoute, code moral en dix articles, apparaît tout aussi suspecte. Qu’est-ce que ce serment qui n’évoque pas Dieu, au moins chez les Éclaireurs de France et à la Ligue d’éducation nationale ? Ce serment n’est-il pas celui d’une obéissance passive envers les chefs scouts ? N’y a-t-il pas un parallèle avec le serment fait par l’apprenti franc-maçon ?

Enfin, la place que le scoutisme accorde à la nature semble bien suspecte aux catholiques. N’est-ce pas tout simplement du naturalisme, courant philosophique s’opposant à l’existence de Dieu ? Pour nombre de catholiques, ces éléments signifient clairement que le scoutisme est contre les catholiques puisque créé à côté d’eux. De plus, ceux-ci rappellent que le pape Léon XIII dans son encyclique du 20 avril 1884 Humanum genus a condamné la franc-maçonnerie et les sociétés secrètes. Or, celles-ci sont celles où il y a la loi du secret et le serment de ne rien révéler. Donc, on retrouve dans le scoutisme une partie des éléments qui caractérisent les sociétés secrètes condamnées par l’Église.

La situation des catholiques dans la société française d’avant 1914 explique largement ces prises de position. Depuis les lois contre les congrégations et surtout la loi de séparation des Églises et de l’État de décembre 1905, l’Église catholique a le sentiment d’être attaquée sur tous les fronts. Et c’est un fait que les anticléricaux et les francs-maçons ne lui font aucun cadeau. Les associations anti-maçonniques, souvent liées au monde catholique, sont d’autant plus actives que le pape a officiellement condamné la franc-maçonnerie.

L’Église réagit donc avec une mentalité de forteresse assiégée. Dans le combat qu’elle mène contre les forces du mal, la jeunesse représente un enjeu important. Si un général anglais a créé une nouvelle structure un peu étrange pour la jeunesse, religieusement neutre, encouragée par les protestants, c’est bien qu’il s’agit de faire contre-poids à la puissante fédération des patronages catholiques, la Fédération gymnique et sportive des patronages de France (FGSPF) crée en 1898 qui regroupe trois cent mille jeunes.

Écho dans l’Église

À partir de ces éléments, les associations de lutte contre la franc-maçonnerie vont rivaliser dans la polémique contre le scoutisme. Leur discours va trouver un écho dans l’Église avant 1914 et se prolongera jusqu’à la fin des années 30. Les révélations les plus étonnantes se succèdent : c’est le convent maçonnique [3] de septembre 1909 qui a décidé de la création des Éclaireurs de France. Ce qui n’est pas étonnant puisque Baden-Powell est un franc-maçon de haut grade. De plus, parmi les membres du bureau de la Ligue d’éducation nationale, se trouvent « un juif, trois francs-maçons dont l’affiliation maçonnique est certaine et deux membres éminemment suspects d’affiliation maçonnique ». Des polémistes incisifs, tels Paul Copin-Albancelli, Joseph Santo, avant 1914, Mgr Ernest Jouin ou l’abbé Paul Boulin, après 1920 vont multiplier brochures et articles.

En 1921, Mgr Jouin découvre ainsi que le scoutisme est l’un des éléments du complot juif contre la chrétienté. En 1924, l’abbé Boulin signale gravement : « Les Soviets font peur. Un danger plus pressant parce que plus subtil, c’est le boy-scoutisme dont personne ne s’alarme. » En 1924, un religieux lié à la Sapinière prépare un dossier très argumenté en vue d’aboutir à la condamnation du scoutisme par Rome. Il tente de démontrer comment le scoutisme n’est qu’une création de la Société théosophique, organisation ésotérique empruntant au bouddhisme et à la franc-maçonnerie. La tentative échouera mais inquiétera vivement les scouts catholiques.

Action française

La méfiance de l’Église vis-à-vis du scoutisme explique qu’il faut attendre 1920 pour qu’un mouvement de scoutisme catholique, les Scouts de France, puisse se créer. Les changements d’évêques qu’induiront le renouvellement des générations et la condamnation de l’Action française en 1926 permettront de rattraper le retard initial et un développement rapide du scoutisme catholique en France.

Deux exceptions notables doivent toutefois être notées : celle du Sillon et celle du diocèse de Nice. Marc Sangnier, fondateur du Sillon prend en effet très tôt nettement position en faveur de la création de scouts catholiques. « Il me semble que les catholiques auraient mieux à faire que de critiquer et de rejeter en bloc l’institution des boy-scouts. Pourquoi n’y aurait-il pas des boy-scouts catholiques ? », écrit-il dans un éditorial de son quotidien La Démocratie le 28 avril 1912 intitulé Boy-scouts catholiques. Ce journal présente avec sympathie le scoutisme et l’engagement des catholiques en son sein. C’est ainsi qu’il détaille longuement la création à Nice d’un groupe de scouts catholiques au sein d’un patronage catholique animé par des prêtres proches du Sillon. En juillet 1913, ce groupe se constitue en association sous le nom d’Éclaireurs des Alpes. Dès janvier 1914, il regroupe cent cinquante jeunes à Nice et s’organise dans tout le diocèse, appuyé par l’évêque, Mgr Chapon, évêque proche du Sillon. La Semaine religieuse de Nice rend compte également avec sympathie de leurs activités. Enfin, dans un certain nombre de villes (Montélimar, Avignon, Sète, Paris, Mâcon…), des initiatives locales de jeunes catholiques ou de prêtres, souvent liés au Sillon, sans coordination entre eux, tendent à créer des scouts catholiques dès avant 1914. Ce n’est qu’après 1920 que leurs efforts seront couronnés de succès. C’est donc dans les milieux catholiques les plus avancés que l’idée d’un scoutisme catholique chemine dès avant la Première Guerre mondiale.

Vénérable de la loge

L’idée du scoutisme constituant une franc-maçonnerie pour enfants a donc semblé relever du fantasme… jusqu’au jour où un scout franc-maçon publie des textes allant dans ce sens. En effet, en 1938, la revue maçonnique La Chaîne d’union publie un texte de Pierre Deschamps, commissaire Éclaireurs de France, vénérable de la loge Les Amis du Travail du Grand Orient de France, analysant précisément les points communs entre scoutisme et franc-maçonnerie. En 1952, il revient sur le sujet, toujours dans le même sens, en publiant dans cette revue un autre texte sous le pseudonyme maçonnique de Ben-Hiram. « Quand un franc-maçon s’intéresse au scoutisme, il ne fait que veiller sur la croissance d’un enfant dont les liens de parenté avec la franc-maçonnerie sont certains et que les adversaires de notre Ordre voudrait lui ravir », écrit-il. Il remarque de nombreuses analogies entre la franc-maçonnerie et le scoutisme et définit celui-ci comme une société préinitiatique. Les deux méthodes emploient des gestes rituels et des symboles communs, telle la chaîne d’union [4]. Mais surtout, la méthode de formation du caractère du scoutisme s’apparente à la méthode ésotérique de la franc-maçonnerie : nul ne s’initie réellement que par lui-même. La promesse scoute est considérée comme le début d’une initiation. Quant à la place de Dieu dans le scoutisme, elle est très comparable à celle qu’elle a dans la franc-maçonnerie britannique : Dieu est indispensable mais chacun adore le sien. D’autre part, le scoutisme et la franc-maçonnerie se définissent tous deux comme des fraternités mondiales animées du désir de servir. Et Deschamps revendique la qualité de franc-maçon de Baden-Powell.

Il pourrait être tentant de voir dans ces textes un phénomène marginal aujourd’hui dépassé. Or, dans les pays anglo-saxons, des loges de francs-maçons scouts existent très officiellement. C’est le cas notamment en Grande-Bretagne, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, au Canada.

Compas et fleur de lys

Rassemblant des cadres ou des anciens du scoutisme et des maçons s’intéressant à la jeunesse, ces loges combinent dans leur emblème l’équerre et le compas maçonniques avec la fleur de lys du scoutisme. Leurs noms font généralement référence à des éléments du scoutisme : la boussole, la fleur de lys, le foulard, voire à Baden-Powell lui-même. Celui-ci, toutefois, n’était pas franc-maçon quoiqu’il ait pu être dit ou écrit. C’est pourquoi aucune loge scoute anglaise ne porte son nom. Cet usage n’est toutefois pas suivi dans les autres pays. La première loge scoute a été créée le 29 septembre 1930 en Australie, à Victoria. Elle prit le nom du fondateur du scoutisme et fût baptisée Baden-Powell Lodge 488. Baden-Powell lui a rendu visite le 12 mai 1931 et a dédicacé le volume de la Loi sacrée de la loge en y notant : « Avec les meilleurs vœux pour le succès de la loge dans son bon travail, Baden-Powell of Gilwell ». Son petit-fils David Michael Baden-Powell est membre de cette loge. En juillet 1944, la première loge de ce type a été créée en Grande-Bretagne. Les activités de ces loges scoutes peuvent facilement être suivies sur Internet.

Le scoutisme, une franc-maçonnerie pour enfants et adolescents ? Le débat ne présente plus aujourd’hui qu’un intérêt limité. Mais avec le recul, il est manifeste qu’un certain aspect ésotérique existe dans le scoutisme. Des francs-maçons y ont (ont cru ?) retrouvé une partie de leur spiritualité. Mais, bien évidemment, le scoutisme n’a pas été créé par la franc-maçonnerie pour combattre l’Église catholique ou protestantiser la jeunesse. Dans les deux cas, des jeunes ou des adultes se sont rassemblés pour, à la fois, venir en aide aux autres et pour se développer sur le plan personnel. Il n’est donc pas étonnant que malgré leurs différences, leurs routes comportent un tronçon commun.

Notes

[1Fondé en 1907 par un prélat de la curie romaine, Mgr Benigni, ce réseau secret international antimoderniste a beaucoup frappé les imaginations. Regroupant une centaine de membres en Europe, il lutte contre tous les adversaires de l’Église et constitue le noyau de l’intégrisme catholique jus-qu’à sa disparition en 1921. Utilisant une correspondance codée, diffusant La Correspondance de Rome jusqu’en 1912, puis les dépêches de l’Agence internationale Roma et Les Cahiers Romains, la Sapinière est soutenue par le pape Pie X.
Elle entretient des polémiques impitoyables avec ses adversaires, notamment les catholiques libéraux. A partir de 1911, elle mène un combat incessant contre le scoutisme naissant. « Quant au bar anglais (le scoutisme dans le langage rodé de la Sapinière), il faut lui faire une guerre sans pitié (…) mais avec beaucoup d’adresse », affirme une correspondance de Mgr Benigni du 3 février 1913, Cette campagne aura de nombreuses retombées dans les milieux catholiques.

[2Les Unions chrétiennes de jeunes gens (UCJG) sont un grand mouvement international de jeunesse protestant créé en 1855.

[3Assemblée générale de francs-maçons.

[4Les bras croisés devant lui, chaque scout (ou franc-maçon !) donne la main à ses voisins au moment de la fin d’un rassemblement, ce cérémonial s’accompagnant en général du chant des adieux. Elle symbolise l’union fraternelle autour du monde.


Cet article était originellement publié sur Scout un jour, un site animé entre 2004 et 2014 par des passionnés de l’histoire des Scouts de France.
Page créée le , mise a jour le
LaToileScoute 2001-2016

Vos réactions

(9)

Vos commentaires

  • , par ancienne scoute En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Bonjour,
    Étant allé moi même a une conférence donnée par le maitre du grand orient de france,j ai été étonné du discours et des idées de celui ci qui correspondent largement à ma propre expérience du scoutisme. Néanmoins je lui ai demandé si ce lien existait réellement et celui ci a semblé très étonné. S il existe réellement un lien, pourquoi ne pas l avouer, a l heure où il semble avoir une stratégie de « normalisation » de la maçonnerie ?

    • , par Jean-Jacques Gauthé En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Les franc-maçons connaissent aussi parfois mal leur histoire ! Il est vrai qu’il n’y a plus eu depuis bien longtemps de textes maçonniques sur le scoutisme, les derniers que je connaisse datant du début des années 60.

      Il ya un certain nombre d’éléments commun à la méthode scoute et à la maçonnerie qui peuvent tous deux être vus comme des systèmes initiatiques. C’est ainsi par exemple qu’on trouvera dans le dictionnaire de la Franc maçonnerie de Daniel Ligou, ouvrage de référence, une entrée « scoutisme » et « Baden-Powell »

      Il semble toutefois peu probable que ces éléments communs impliquent un lien effectif ou une origine maçonnique du scoutisme.
      _

    Répondre à ce message

  • , par John Ray’n’Bow En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Diviser pour régner ;unir et aider…Je suis scout de 1è classe,mon père scout de 1è classe ayant servi sa patrie !L’histoire évolue,les philosophies religieuses restent PRETEXTES pour attiser toute différences dans les concepts d’éducation,de formation professionelle,de diversification d’activités « SAINES »à toute collectivité… Accordez à tous ces humbles guides actuels ,le plaisir de voir LES ETINCELLES DANS LES YEUX de ces jeunes louveteaux?-éclaireurs-routiers?,ETINCELLES DEVENANT RéALITéS DANS LEURS PROJETS,d’abord sous forme de jeux en plein air,et plus tard en projet concret d’aide aux « nécessiteux » !Eux,autant que ces futurs SCOUTS de la planète,découvrent cet univers dans toute sa puissance et sa violence.EUX,AU MOINS,AGISSENT VOIRE INTERAGISSENT AVEC L’ENTHOUSIASME ET LE SOURIRE CENSé REPRESENTER L’HUMAIN !!! Certes,tout jeune est tributaire du vécu des« barbus »,mais la métamorphose de ce monde actuel ne peut être freiné par d’esprits obtus… Ne mondialisez pas votre peur de l’autre ;NOUS SCOUTS GLOBALISONS UN SAVOIR-VIVRE ET UN SAVOIR-FAIRE UNIVERSEL !honneur aux aînés,respect aux fers-de-lance actuels,espoirs à nos futurs scouts… P.S. : DIALOGUE POSITIF-CONSTRUCTIF,LE PASSé NE PEUT ETRE CHANGé !

    • , par Philippe Giron En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Le message ci-dessus n’est pas très compréhensible… Son auteur peut-il nous donner des clés de lecture ?
       :-O

    • , par John Ray’n’Bow En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Merci pour le signe de vie. Par respect pour un prédécesseur natif d’Afrique et ayant marché dans ses pas, le peu de vécu d’un scout affricain d’Europe me permet de corriger toute erreur sur la vision d’un natif métis quant à l’histoire du scoutisme. Cette institution reste en Afrique le seul moyen d’alphabétiser les masses populaires, d’unir chrétiens, arabes, animistes sur un concensus constructif à toute société à chaque échelon. L’Europe reste focalisée sur les guerres intestines, l’Afrique assimile tout les bienfaits de sociétés paramilitaires ou autre afin d’évoluer. Je tiens à rendre honneur à tous mes prédécesseurs qui par le biais du scoutisme se sont affranchis et sont devenus les premiers européens d’Afrique.

    • , par John Ray’n’Bow En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Cher AMI,à défaut de te suggérer quelque écrit,je te propose de visionner un entretien avec un VIEUX LOUP DU SCOUTISME AFRICAIN… Tu comprendrais l’impact de ce mouvement sur le jeune continent,ce qui à la base,était un mouvement paramilitaire est devenu un TRAIT D’UNION pour toutes tribus, toutes castes de sociétés…avec les abstractions faites aux origines« soi-disants ma¢oniques » ! DJIBITV !Devenez citoyen du monde-Le scoutisme à la loupe,17 aout 2010(google page15) Au plaisir de lire tes appréciations

    Répondre à ce message

  • , par John Ray’n’Bow En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Diviser pour régner ; Unir et aider… Je suis scout 1re classe issu d’un père scout 1re classe. L’histoire évolue, les religions restent prétexte pour attiser une différence palpable que sont l’éducation, la formation, la diversification d’activités « saines » pour la collectivité. Laissez à ces guides actuels le plaisir de voir les étincelles dans les yeux des jeunes louveteaux?-éclaireurs-routiers?-aînés devenir réalités !!! Car eux découvrent le monde dans toute sa puissance, sa violence et sa beauté. Certes, tout jeune et tributaire du vécu des « barbus », mais la métamorphose de ce monde actuel ne peut être freiné par d’esprits obtus. Mondialisez votre peur, les scouts globalisent un savoir-vivre et un savoir-faire universels.
    P.S. : Enseigner le respect et l’altruisme demande plusieurs vies ; Critiquer et blasphémer ceux qui agissent est aisément fait d’un souffle de vie.

    Répondre à ce message

  • , par Maman Hermine En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Bonjour Philippe, je prends connaissance de ce magnifique travail dont vous nous faites profiter. Je prépare une planche sur le sujet des correspondances entre scoutisme et maçonnerie : je compte m’intéresser aux différentes ressemblances des grades par exemple. J’aimerais beaucoup pouvoir me procurer un exemplaire de la Chaine d’Union de 1938 dont vous parlez, pensez vous que ce soit possible d’acheter une copie ? merci

    Répondre à ce message

  • , par Jean-Dominique En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Etant moi-même franc-maçon, la filiation directe du scoutisme avec la franc-maçonnerie saute aux yeux et ce qui est difficile à admettre pour certains cercles catholiques obtus, c’est de se rendre compte que l’église catholique catholique doit à la franc-maçonnerie l’organisation de son principal mouvement de jeunesse.

    En effet Baden Powell ne fut pas seul et c’est avec des frères maçons, principalement des militaires de l’armée des Indes, qu’il crée le scoutisme, sur le modèle à peine modifié d’une oge maçonnique anglaise. Les premiers scouts furent des enfants de militaires maçons, d’où l’uniforme para-militaire qui est resté jusqu’à nos jours. A cet époque, bien plus qu’aujourd’hui, foi et franc-maçonnerie fonctionnait très bien en Angleterre et surtout, dans l’Empire. L’objectif non dissimulé de Baden Powell était de fournir à l’Empire des jeunes gens aguerris, sachant vivre dans la nature, doté d’un sens moral et solidaire, attachés aux valeurs patriotiques britanniques.

    Le terme de louveteau? (lowton) en anglais désigne en maçonnerie un enfant de maçon adopté par la loge. Cette pratique date du Moyen-Age dans les loges anglaise de constructeurs, avant l’apparition de la franc-maçonnerie moderne. Les loups étaient en effet le nom que se donnaient certains membres de loges de constructeurs. Baden Powell a directement transposé le terme dans le scoutisme.

    La spiritualité maçonnique se fonde sur une forme de déisme englobant la nature. Même si l’on appelle Temple le lieu de réunion des francs-maçons, en vérité la loge se tient symboliquement à l’extérieur, sous la voute étoilée, avec comme « limites » les quatre points cardinaux. Les maçons se placent donc au coeur de la nature universelle, ce qui est fortement repris par le scoutisme.

    Il n’y a évidemment pas d’opposition entre le scoutisme et la religion, même si, dans l’esprit des fondateurs du scoutisme (comme dans l’esprit des inventeurs de la franc-maçonnerie un siècle plus tôt), il n’est pas logique d’avoir un scoutisme chrétien, un scoutisme juif, ou musulman ou laïque, le scoutisme étant conçu, comme la franc-maçonnerie, pour rassembler ce qui est épars, dans un esprit de tolérance et d’ouverture à l’universel.

    • , par Jean-Jacques Gauthé En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Merci de votre témoignage, Jean-Domique.

      Le témoignage de franc maçons contemporains sur le scoutisme sont nettement plus rares aujourd’hui qu’à d’autres époques. Ben Hiram, en fait Pierre Deschamps, avait dressé dans la revue maçonnique La Chaine d’union, en 1938 et en 1950, un parallèle très complet entre le scoutisme et la maçonnerie. Il était commissaire régional des Éclaireurs de France à Marseille. Son engagement au Grand Orient lui vaudra de figurer sur les listes de dénonciation publiée par le gouvernement de Vichy au Journal officiel

      Je serai toutefois moins affirmatif que vous sur le fait que BP aurait lancé le scoutisme avec des frères maçons de l’armée des Indes. il n’y a pas, à ma connaissance, de documents en ce sens. De même, il semble à peu près certain que BP n’était pas franc maçon. C’est d’ailleurs la position de Daniel Ligou dans son « Dictionnaire de la franc maçonnerie ». Il n’en demeure pas moins que l’analogie entre les deux méthodes est réelle et assez frappante.

      Le terme de Louveteaux? a été introduit par référence au Livre de la jungle de Rudyard Kipling dont l’engagement maçonnique est certain. Ce livre est une allégorie de l’éducation et il est possible que Kipling ait aussi utilisé le terme de Louveteaux dans le sens que lui donne la maçonnerie.

    Répondre à ce message

  • , par Tilleul En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Veuillez m’excuser mais vous n’y êtes pas du tout. Sans vouloir vous offenser vous me paraissez un peu paranoïaque. On est au 21e siècle vos pensées sont un peu rétrograde. Les scouts ne vont pas renverser l’Eglise que je sache ce n’est nullement dans leurs intentions, ce n’est qu’un simple mouvement pour les jeunes pour qu’ils apprennent a s’épanouir et apprendre diverse chose. Vous devez vous être arrêté à la première troupe que vous avez vu passer à mon humble avis, si vous dites que CERTAINES troupes sont neutres je le concède même si je n’en ai jamais rencontré, toutes celles que je connais sont bel et bien catholiques et la religion fait bien partie du mouvement. Les lois guides ne sont la que pour mettre un peu de discipline et de respect dans la troupe et si vous les aviez bien lues attentivement vous auriez remarqué que l’une d’elle dit ceci « Le Scout est fait pour aider son prochain » n’est ce pas exactement ce que Dieu a demandé ? Servir son prochain ? Il n’y a aucun mal à le retranscrire. Et celle ci :« Le Scout voit dans la nature l’oeuvre de Dieu, elle aime les plantes et les animaux » n’est ce pas Chrétiens ? Et enfin lors de la promesse tout scout ou guide doit réciter au moment solennel de cette promesse : « Le devoir du Scout commence à la maison. Fidèle à sa patrie, le Scout est pour l’Europe unie et fraternelle. Fils de la Chrétienté, le Scout est fier de sa foi : il travaille à établir le règne du Christ dans toute sa vie et dans le monde qui l’entoure ». Si ça ce n’est pas assez clair pour vous, eh bien, je ne sais que dire ! Retournez chasser vos sorcières, vous vous êtes trompés d’époque… (excusez-moi, mais vous l’avez chercher)

    • , par Jean-Jacques Gauthé En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Chèr (e ?) Tilleul,

      Ce texte ne constitue pas une opinion sur le scoutisme et n’est pas une présentation du scoutisme contemporain, C’est un texte d’histoire comme tous ceux de ce site qui relate ce qu’a été la position d’une grande partie de l’Eglise catholique de France vis-à -vis du scoutisme jusque vers 1925-1930.

      Ton adresse Internet suggérant que tu es belge, on trouve aussi en Belgique ce genre de débat jusqu’en 1914. Je les ai présentés dans le livre « Scoutisme et guidisme en Belgique et France, regards croisés sur l’histoire d’un mouvement de jeunsse ». J’en tiens le texte à ta disposition.

      Les associations catholiques de scoutisme ont généralement occulté cet aspect de l’oppostion de leur église au scoutisme et je comprends ta surprise. Mais c’est une réalitié historique qui ne peut être niée. Aujourd’hui, seuls des milieux catholiques marginaux (sédévacantistes et quelques élements de la Fraternité Saint X) défendent ces thèses auxquelles Internet donne une seconde jeunesse. Regarde le lien ci desssous

      Plus globalement, il ya dans cette opposiiton la difficulté de l’Eglise catholique à accepter une méthode éducative née en dehors d’elle à une époque où elle se perçoit (particulièrement en France) encerclée par un monde hostile et où les catholqiues ne peuvent être rassemblés que dans des associaitons qu’ils dirigent. C’est le sens de l’encyclique « Il fermo proposito » du pape Pie X en 1905. Or, Baden-Powell n’est pas catholique et le scoutisme peut s’adapter à toutes les religions : les différentes confessions chrétiennes, mais aussi les juifs, l’Islam, les bouddhistes ou simplement ceux à la recherche d’une spiritualité non religeuse (Éclaireuses et éclaireurs de France, Scouts et guides pluralistes de Belgique). A une époque où les catholqiues estimenaient avoir seuls la Vérité, c’était une réalité difficile à admettre…

      Le scoutisme est très loin de n’être que catholique. C’est une dimension souvent oubliée dans les pays latins. En Belgique, certains scouts catholiques refuseront pendant des années tous contacts avec les scouts d’autres confessions. Ils formeront les Belgian Catholic scouts à partir de 1920 (association homonyme de celle créée en 1910 en Belgique et devenue les Baden-Powell Belgian Boy-scouts en 1913)

      Les textes que tu cites sont ceux de la loi scoute réécrite par le RP Sevin pour les Scouts de France en 1920. Ta version est encore ultérieure, reprenant le texte des scouts d’Europe. C’est le texte d ’une association, ce n’est pas celui de tout scout ou guide. Le texte de la loi et de la promesse de Baden Powell sont sensiblement différents de ceux que tu cites et la loi de Baden-Powell ne fait pas référence à Dieu. Tu en trouveras facilement le texte originel sur Wikipedia par exemple http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_scoute#La_Loi_Scoute_de_Baden-Powell

      L’histoire du scoutisme est sensiblement plus compliquée que les raccourcis auxquels les associations se sont habitués !

      A ta disposiiton pour d’autres précisions.

    • , par Philippe Giron En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Dans le site en référence, les délires de l’abbé Grossin sont quelque chose qu’il faut avoir lu. De même qu’il est intéressant de faire une recherche sur « abbé grossin » dans Google. :-)

    Répondre à ce message

  • , par Tilleul En réponse à : Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Veuillez m’excuser pour ma réaction virulente, je suis tombée par hasard sur ce texte et croyant qu’il parlait d’une situation actuelle, les premières lignes m’ont révoltées. J’ai donc écrit sous le coup de l’émotion sans poursuivre ma lecture jusqu’au bout. Ce fut une erreur de ma part, j’en suis désolée.

    Répondre à ce message

  • , par ? En réponse à : > Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    comment peut on se désinscrire du site

    Répondre à ce message

  • , par Pascal Monet En réponse à : > Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

    Bonjour,

    A t-on idée des dates d’autorisation de scoutisme catholique par diocèse ?

    Y a t-il eu des évêques qui ont tout d’abord refusé le scoutisme puis accepté après la reconnaissance du Pape ou a t-il fallu systématiquement que les évêques changent pour que les SdF s’installent ?

    • , par Jean-Jacques Gauthé En réponse à : > Le scoutisme, école initiatique inventée par un général franc-maçon ?

      Les évêques sont canoniquement seuls responsables dans leur diocèse. Ce n’est pas parce que le Pape encourage le scoutisme, ce que fait Pie XI dès le début de son régne (1922) que les évêques opposant changèrent d’avis. Le réglement des SDF précisait d’ailleurs que les troupes ne pouvaient être crées dans les diocèses qu’avec l’accord de l’évêque.

      La génération des évêques qui s’opposa au scoutisme avait souvent été nommé par Pie X. Il fallu souvent attendre leur départ. D’après le « Que Sais-Je » de Henri Van Effenterre sur le scoutisme, le dernier diocèse - il ne précise pas lequel - n’admit le scoutisme qu’en 1943. Il s’agit donc certainement d’un diocèse du sud de la France puisque le scoutisme était interdit au Nord par les Allemands.

      Le livre de l’abbé Lenoir « Le scoutisme français » paru en 1937 donne la liste des diocèses où les SDF ont des aumônires diocésains. Cinq n’en ont pas : Cahors, Coutances, Mende, Pamiers et Nantes.

      Le cas du diocèse de Nantes est exemplaire. Dès 1925, le scoutisme catholique s’y implante. L’évêque est Mgr Le Fer de La Motte, intransigeant proche de l’Action française qui ne veut pas entendre parler des Scouts de France. Ceux-ci se livrent alors à un étonnante opération. Puisque leur réglement leur interdit de se créer dans un diocèse sans l’accord de l’évêque, il suffit de créer des SDF … qui n’en soient pas. Et dès 1925, ils créent à Nantes l’association Saint Louis, association de scouts catholiques, copie conforme des SDF. Ce n’est qu’en 1938 que l’association St Louis intégre les rangs des SDF. Mgr Le Fer de la Motte était décédé le 20 juillet 1936.

      La même opération eut lieu dans le diocèse de Bayonne où avant que les SDF ne s’implantent officiellement vers 1927-28, en raison de l’opposition de l’évêque, les Scouts du Béarn, « clones » des SDF furent crées. A Coutances, c’est Mgr Louvart qui s’opposa au scoutisme. Il ne semble pas qu’une association « clone »y fût crée. A vérifier, toutefois.

      L’histoire « officielle » des SDF, pour des raisons diplomatiques, a gommé ces difficultés. Il faudrait avoir des études locales sur toute la France pour apprécier exactement la situation, ce qui n’existe pas encore. Des maitrises d’histoire peuvent parfaitement remplir cette fonction. Le site de l’association 1907 Histoire-du-scoutisme répertorie toutes celles qui existent. Avis aux amateurs !

      La nouveauté du scoutisme, son origine étrangère et son caractère bizarre (totems, vie dans la nature….) ont rebuté plus d’un évêque. Mais il ne faut pas oublier aussi que dans l’Eglise « le dernier venu est souvent le mal venu » comme l’a écrit le professeur Cholvy. Bien des années plus tard, les mouvements charismatiques se heurteront souvent aux mêmes genres de réactions dans les diocèses lors de leur apparation !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Les Auteurs

Jean-Jacques Gauthé

Animateur régional Nord-Pas-de-Calais, branche scouts de 1982 à 1989 Coreg adjoint de la région scoute Nord-Pas-de-Calais de (...)

En Savoir +

Qui sommes nous ?

LaToileScoute n'est pas une association de scoutisme. LaToileScoute est une association au service du scoutisme, de ses membres et de ses associations.

Encore + de LTS

Galaxie LaToileScoute

Réseaux sociaux

Smartphones