La 200e Paris

Chapelle Saint Charles de la Croix Saint Simon (XXe arrondissement)

La 200e Paris est crée en 1945 sur la Chapelle de la Croix Saint Simon qui dépend de la paroisse Saint Germain de Charonne. Elle souffre chroniquement de manque de chefs et pour cette raison disparaît en 1962 en fusionnant ses deux patrouilles à la 37e.

La chapelle Saint Charles de la Croix Saint Simon abritait L’Œuvre de la Croix-Saint-Simon, un des plus grands patronages de Paris, avec Saint-Hippolyte, Sainte-Mélanie, Plaisance, les deux Bon-Conseil, Championnet et le Chantier, mais aussi l’un des plus imperméables à la forte pression du diocèse en faveur de l’Action catholique. Le patronage faisait partie des œuvres que Marie de Miribel a multipliées pour ce quartier populaire.

La Chapelle Saint Charles de la Croix Saint Simon en 2007

On note que, le Chantier, le Bon-Conseil de Clignancourt et Sainte-Mélanie mis à part (sauf information nouvelle), tous ces patronages se dotent d’un groupe scout dans les mêmes années.

200e Paris

(Province Sainte Jehanne d’Arc, puis région Ile de France, district Paris Est II puis Ménilmontant).

La 200e Paris est vraisemblablement fondée en 1945. En septembre 1946, le Chef de Troupe fondateur, Henri Vicherd, entre au séminaire. La meute est attestée cette même année, qui correspond au numéro d’ordre.

La fondation de la 200e a peut-être été appuyée par le groupe de Saint-Sulpice (59e, etc.), dont on sait qu’il a créé une troupe dans ce quartier, mais elle a surtout bénéficié de l’aide efficace du Commissaire de Province de Saint-Louis, Gabriel Bréjeon, Chef du Groupe en 1946-1949.

Le local se trouvait 18, rue de la Croix-Saint-Simon, c’est-à-dire au rez-de-chaussée de la chapelle. Celle-ci était originellement destinée à l’hôpital de la Croix-Saint-Simon, une œuvre privée qui est aujourd’hui gérée par les Diaconesses (protestantes) de Reuilly, mais malgré les créations des paroisses Saint-Gabriel et Saint-Jean-Bosco, le Petit-Charonne avait toujours besoin d’une chapelle succursale et la Croix-Saint-Simon sert à cela depuis cinquante ans.

Quelques dates.

Trois Chefs se succèdent de 1945 à 1950 : Le fondateur, Henri Vicherd, C.T. de 1945 à 1946 ; Louis Canouil, C.T. de 1946 à 1949, puis C.G. ; Jean Pilorge C.T. en 1949-1950.

Dès 1950, la troupe souffre de ce qui sera sa principale faiblesse : le manque de chefs et leur trop rapide passage.

1950-1951. — C. T. par intérim, Philippe Bressy, de la 17e (Notre-Dame-de-Lourdes), âgé de dix-huit ans. Une patrouille de la troupe (la seule alors ?) est rattachée en 1951 à la 37e, la troupe de la paroisse mère Saint Germain de Charonne, et campe avec elle à Pâques.

On n’a pas d’information concernant la période 1951-1957. Philippe Bressy reste peut-être après 1951. On sait aussi que Josette Vatier est ACM de 1956 à 1958.

la troupe regroupe cependant trois patrouilles en 1958, lorsque son C. T. Pierre Renard est investi.
Françoise Pierre est assistante meute en 1958, puis C.M. , avant de prendre la Direction de la meute 37e en octobre 1959. Elle deviendra A.C.D.L. de Ménilmontant.

Les chefs se succèdent ensuite très rapidement : 1959-1960 : C. T., Edmond Ortu, A. C. D. E. de Paris Est II jusqu’en 1959, ancien de la 84e (Saint-Gabriel). 1960-1961 : C. T. par intérim, Alain Teste (de la 37e). 1961-1962 : C. T., Jean-Pierre Kervarec.

En 1962, Le Père Pierre Mercadier ex aumônier de la 37e prend la responsabilité de la Chapelle Saint Charles.

En octobre de cette même année, La 200e toujours par manque de chefs, disparaît en fusionnant ses deux patrouilles à la 37e.

Route.

Le clan était celui de Paris est II, « Notre-Dame Sainte Marie ». La 200e a souvent accueilli des équipes de novices routiers? de la 37e (1949, 1956 par exemple), ce qui leur permettait de s’éloigner un peu du groupe, mais pas trop loin !

PS

Cet article était originellement publié sur Scout un jour, un site animé entre 2004 et 2014 par des passionnés de l’histoire des Scouts de France.

Publié le (mis à jour le )