Le jeu de la ficelle

Ou comment découvrir ce qui se cache derrière notre assiette

Le jeu de la ficelle est un outil interactif permettant de matérialiser, à l’aide d’une ficelle, les implications et les impacts de nos choix de consommation alimentaire.

L’enjeu éducatif

À partir du contenu de nos assiettes, le jeu de la ficelle propose aux participants de se rendre compte de la diversité des acteurs qui entrent en jeu dans la chaîne agroalimentaire, ainsi que des problématiques que génère son fonctionnement… et pour cause : un aliment servi à la cantine, au restaurant ou cuisiné chez soi n’est pas arrivé là comme par magie !

Avec la mondialisation, il n’est pas rare de consommer en un seul repas des produits issus de plusieurs continents. Or, les impacts du fonctionnement de l’industrie agroalimentaire sont à la fois climatiques, avec le transport de marchandises, et humains, avec l’augmentation des inégalités sociales à travers les pays. Face à ces problématiques, il semble essentiel de (re)sensibiliser les différents publics aux aberrations de la société de consommation.

Public

Un jeu de 6 à 99 ans, alors autant en profiter !

En groupe variable, quinze est une bonne base.

On te conseille de séparer les moins de 12 ans du reste du groupe pour faciliter les discussions.

Le jeu

Au début du jeu, les participantes et participants sont invités à se placer selon trois cercles concentriques et reçoivent chacun une identité qui correspond à l’un d’entre eux :

  • Les personnes placées dans le premier cercle de l’assiette reçoivent une carte d’identité comme « je suis le boeuf », « je suis la laitue », « je suis la banane »…
  • Celles installées dans le second cercle des organisateurs reçoivent des identités du type « je suis une multinationale », « je suis la publicité »…
  • Tandis que celles placées dans le troisième cercle, celui des impacts, reçoivent des cartes telles que « je suis l’océan », « je suis un paysan belge », « je suis un enfant du Kenya »…

Crédit illustration : http://rencontredescontinents.be/ - Creative Commons BY-NC-ND 4.0 International License

Déroulé
Au cours de l’animation, les différents éléments des trois cercles vont progressivement être mis en lien à l’aide d’une ficelle, pour former une grande toile complexe qui relie tous les participants et participantes entre eux.

Chaque joueur et chaque joueuse, lorsqu’il ou elle a reçu son identité, dispose d’un moment au cours de l’animation pour exprimer son identité et pourquoi il ou elle se sent en lien avec d’autres éléments du cercle.

La première phase du jeu s’achève lorsque tout le monde a décliné et joué son identité, qu’ils et elles sont toutes et tous reliés les uns aux autres et qu’ils et elles visualisent et sentent physiquement, grâce à la ficelle qui les relie, les liens et les interactions qui existent entre eux et elles.

Mise en place
L’animateur ou l’animatrice distribue une carte d’identité à chaque joueur et joueuse, selon leur place sur les trois cercles. S’il y a des éléments que les participants et participantes ne comprennent pas, il ou elle leur propose de poser des questions, en aparté, sur leur identité. Ensuite il ou elle invite une identité de l’assiette à se présenter. Puis demande : « Dans le cercle des organisateurs ou des impacts, qui pense être en lien avec cette identité de l’assiette ? Et pourquoi ? ».

La ou le responsable du jeu relie les personnes au fur et à mesure avec la ficelle, chaque fois que l’une d’elles se présente. Ainsi, si le morceau de bœuf débute le jeu, il pourra être relié à Monsanto, à l’eau, à la terre agricole… jusqu’à ce que plus aucune autre personne ne lève la main. Ensuite, une autre identité de l’assiette se présente : par exemple la courgette du Kenya, pour se relier à Wambe, à l’eau, au pétrole… Et ainsi de suite… Lorsque tous les éléments de l’assiette se sont présentés, les identités des cercles impacts et organisateurs peuvent aussi se relier entre-elles.

Le chef ou la cheftaine peut relancer le jeu d’anecdotes ou de données relatives aux identités et inciter les participantes et participants à exprimer pourquoi ils et elles se sentent reliés les uns aux autres. Lorsque chacun et chacune s’est exprimé, pour clore l’exercice, l’animateur ou l’animatrice du jeu invite les joueurs et joueuses à tirer sur le fil qui les relie aux autres afin de sentir toutes les tensions et relations au sein du système.

Variantes

Le jeu de la ficelle a été conçu de sorte à pouvoir être adapté à différents publics et contextes.

Un parallèle intéressant peut être fait entre une assiette « classique » (soit approvisionnée *via* les grandes surfaces) et une assiette « locale » (soit faite de produits locaux).
Les toiles créées par les participants et participantes dans l’un et l’autre cas seront différentes et l’intérêt du local n’en sera que plus visible.

Il est possible d’utiliser cet outil pour des domaines différents de l’agroalimentaire comme le textile.

PS

Le jeu de la ficelle étant un outil pédagogique à part entière, un site web lui est dédié ; n’hésite pas à le consulter pour avoir plus de contenu ! Ce dernier est libre de droit : tu peux donc réutiliser le contenu et le modifier tant que tu cites l’auteur et que tu n’en fais pas un usage commercial.

http://www.jeudelaficelle.net

Pour les moins de 12 ans :
http://www.jeudelaficelle.net/spip.php?article238

Idées de thématiques :
http://www.jeudelaficelle.net/spip.php?rubrique12

Complément :
http://www.jeudelaficelle.net/spip.php?rubrique2

Publié le