VERSION BETA
Donne ton avis !

Organiser une randonnée de nuit inoubliable

Les randos de nuits sont une une expérience unique à vivre. La nuit, tout est calme, nos oreilles s’ouvrent : on ressent le monde différemment.

Je te conseille vraiment d’organiser ce genre de randonnée avec tes jeunes, mais cela nécessite une préparation spécifique, un petit peu différente de d’habitude.

Cependant, il faut distinguer les randonnées de nuit, entre 2 et 5h du matin avec des jeunes réveillés sauvagement, de la randonnée de nuit parce qu’il est 18h en hiver ou de la petite randonnée de nuit pour aller voir le lever de soleil en haut de la montagne à 5h. L’article ne traite que du second cas, le premier étant, évidemment, proscrit.

Pour vivre pleinement cette expérience, l’idéal est d’être entre 5 et 7 personnes (1 équipe + 1 chef par exemple) ; au-delà il y aura trop de monde.

Règles et bon sens

  • Le groupe doit rester ensemble.
  • On adaptera les distances, la nuit on marche moins vite.

Règles spécifiques sur route :

  • sur la route, l’ouvreur porte une lumière blanche, et la personne fermant la marche doit avoir une lumière rouge. (Article R412-42 du Code de la Route)
  • Ce n’est pas dans les textes mais nous recommandons de rendre le groupe le plus visible possible : multiplication des lumières de balisage (pas forcément pour s’éclairer), gilets jaunes sur chaque jeune, chefs en amont et aval du groupe pour faire ralentir les voitures.

La sécurité

Préparer l’itinéraire

  • L’itinéraire privilégie autant que possible les petits chemins (grande et petite randonnée, chemins forestiers & co).
  • En préparant la randonné, on indique sur notre carte les points de repère proches (croisements, calvaires…) ou sonores (bruit d’un court d’eau, son de cloche…).

De nuit, les points de repère lointains (clochers, châteaux d’eau, ligne à haute-tension…) sont invisibles, donc inutilisables.

Avec ou sans lampe ?

Par sécurité, chaque personne doit avoir une lampe. Cependant il n’est pas forcément nécessaire de l’utiliser tout le temps.

Si tu fais ta rando dans le noir (lampe éteinte), nous conseillons à l’ouvreur de « tester » l’itinéraire de jour pour repérer les passages compliqués.

Dans ces passages compliqués, l’allumage d’une lampe est évidemment nécessaire.

Point de vigilance

Pour les scouts vivants la pédagogie unitaire, on évitera les rando de nuit pour les Raids de classes. C’est à proscrire pour le raid d’aspirant, de l’expérience est nécessaire.

Vivre l’expérience

Découvrir l’adaptation de ses yeux

La nuit, les yeux ont une faculté étonnante d’adaptation à l’obscurité. En environ 15mn, tu verras très correctement dans le noir.

C’est une expérience comme magique pour les jeunes.

Pour ne pas perdre cette adaptation, quand il y a besoin de lumière d’appoint, nous te recommandons d’utiliser des lumières rouges. Si tu allumes en blanc, tu vas devoir attendre à nouveau 15 minutes pour que les yeux s’adaptent à nouveau.

Les sens en éveil

« La nuit, la nature dort ». Ah ouais ?
Invite les jeunes à marcher en silence, les sens en éveil. L’odorat, l’ouïe prennent le dessus. La nuit, il y a des bruits, un tas de bruits. Des animaux, des rivières. Un tas de bruits que nous n’entendons pas le jour alors qu’ils sont aussi présents.

C’est une autre expérience sympathique pour les jeunes, à la fois un peu effrayante, mais sécurisante par la présence des chefs et cheftaines qui ont tout préparé. Et une expérience qu’aujourd’hui, seul le scoutisme propose.

PS

Crédit Photo : Pierrick LENOIR

Publié le (mis à jour le )