VERSION BETA
Donne ton avis !

Aquile Randagie : un film sur la résistance scoute au fascisme

Il n’est pas si courant de voir un film avec des scouts. Ce film italien rappelle en plus une belle histoire du scoutisme italien pendant le fascisme de Mussolini.

Ce qui est encore moins courant est certainement qu’un film sur un épisode de l’histoire scoute soit 2d au box office italien, juste derrière le dernier Tarantino. Les médias italiens mettent ce succès sur le compte des 200 000 scouts italiens qui attendaient ce film. Soutenu par les associations italiennes de scoutisme et par un crowdfunding, ce film est à lui seul une belle histoire.

Une belle histoire aussi parce que non seulement, il crée la surprise au box-office, mais il a créé aussi la surprise au festival du film de Giffoni, où le film a été très applaudi.

Un film sur les scouts résistants au fascisme

Aquile Randagie est un film indépendant de Gianni Aureli, réalisateur … mais aussi chef scout. Son titre pourrait être traduit par « Aigles Errants ».

Le film raconte un épisode méconnu de la période fasciste en Italie : comment des scouts, d’une association alors interdite, ont permis à 2000 personnes recherchées de s’enfuir à travers les montagnes en Suisse. C’est une histoire vraie.

Le film est divisé en plusieurs parties racontant l’histoire de ce groupe de garçons de 14 à 20 ans, depuis 1928, période où le scoutisme est alors interdit au profit des jeunesses fascistes, jusqu’à 1945.

Nous suivons alors les scouts qui trouvent une plaine cachée à quelques heures de Milan, entourée de forêts impénétrables, une plaine qui leur permettra de vivre clandestinement leur scoutisme.

Le film montre aussi la traque par les fascistes de ce petit groupe de jeunes scouts, dirigés par Andrea Ghetti et Giuloio Cesare Uccellini, dit « Kelly ».

Malgré cette traque, les scouts continuent de vivre leur promesse : servir leur patrie, aider les autres.

Les protagonistes de ces aventures étaient des garçons de 14 à 20 ans qui ont fait preuve de courage, d’adhésion, d’esprit de sacrifice et de loyauté pour leur pays.

Avec cette citation, le réalisateur explique profiter de ce film pour montrer la vie en Italie sous le fascisme, tout en proposant une histoire réelle, inspirante pour la jeunesse d’aujourd’hui, « d’une jeunesse à la fois fidèle et rebelle, qui rêvait d’un autre monde paraissant alors impossible ». C’est d’autant plus important à ses yeux que le projet a été lancé il y a plusieurs années, et que le dernier « Aigle » vivant s’est éteint à l’âge de 96 ans l’an dernier. C’est lui qu’on suit au début du film alors qu’il a 23 ans, à la fin de la guerre.

Ils avaient fait une promesse : servir la Patrie et aider les autres. Alors, avec leur uniforme scout sous leurs vêtements bourgeois, toujours à la recherche d’un endroit où pouvoir vivre tranquillement leurs activités de plein air, ces jeunes, fidèles (à leur promesse) et rebelles (au régime), ont défié le fascisme pendant des années, en vivant leurs idéaux de solidarité et d’espoir propres au scoutisme. Leur participation à la résistance a progressivement accru, jusqu’à la fondation de l’OSCAR.

L’OSCAR est l’ Organisation Scoute Catholique d’Assistance. Elle est fondée en 1943. Cette organisation est aussi remarquable pour autre chose : à la fin de la guerre, ils vont protéger des allemands et fascistes italiens, exigeant des procès justes et équitables, au lieu des exécutions sommaires.

Un clip musical et vidéo a été extrait à partir du film :

Ce film est soutenu par les organisations italiennes de scoutisme. Il a fait l’objet d’un crowdfunding il y a 3 ans. La vidéo du crowdfunding montre quelques photos de l’époque :

Voir le site officiel >>>

En savoir plus sur l’histoire des Aquile Randagie

Les vrais Aigles Errants :

Publié le