VERSION BETA
Donne ton avis !

La bataille d’Alésia, le court-métrage

La IIIe Rouen des Guides et Scouts d’Europe a réalisé un court-métrage de 25 minutes sur la bataille d’Alésia. Un exemple de ce qui peut se faire.

Il y a bien quelques petites galères techniques de son, de cadrage ou d’envois de projectiles à la catapulte, mais c’est un énorme travail, et incroyable serait l’unité scoute qui ne rencontrerait pas ces petites galères.

On ajoute une mention spéciale sur les décors, qui sont juste fous. Et une autre mention spéciale à l’organisation des chefs : ils ont réussi à tourner en un seul week-end, signe que tout était prêt avant, sinon c’est l’échec garanti ! Et enfin une dernière mention spéciale à des prises de vues audacieuses, vue d’en haut, tel un drone … mais humain. Bien trouvé !

Si tu dois te lancer dans un court-métage avec ton unité scoute, tu dois regarder celui-ci. Une source d’inspiration de choses à faire ou à ne pas faire, avec en plus, le making-off.

Le film

La description de la IIIe Rouen

Nous reprenons leur description sur YouTube :

En 2014, les 4 patrouilles de notre troupe, la IIIe Rouen, ont été reconnues patrouilles Cimes. En parallèle, elles ont mené un projet de troupe qui tenait à cœur aux chefs depuis déjà plusieurs années. Ces patrouilles ont tourné un court-métrage intitulé : La bataille d’Alésia.
Pour ce faire, chaque patrouille a construit en froissartage, lors de son camp de Pâques, un des éléments essentiels au tournage, ces mêmes éléments constituant à la fois leur défi technique pour le défi Cimes. Le Che-vreuil a construit une catapulte. L’Ecureuil et le Faucon ont construit la forteresse d’Alésia.
Enfin, le Lièvre a construit un bélier auquel il a fixé une tête de loup patiemment sculpté par son CP de l’époque, aidé par son prédécesseur. De plus, l’un des chefs, a construit une tour d’assaut. Chacun de ces éléments était opérationnel au moment du tournage. Ce projet a aussi, hors le travail cité ci-dessus, nécessité un temps considérable, en amont du tournage : écrire le scénario, mettre en place la distribution, récolter tout le matériel nécessaire,…
Le tournage en lui-même a pris un WE entier. Au mois de mai, nous nous sommes retrouvés chez les parents de l’un des scouts, où nous avions tous construit nos chef-d’œuvres (et je ne pense pas exagérer, vous en jugerez par vous-même). Nous ne saurons d’ailleurs jamais assez remercier les parents en question pour tout ce qu’ils ont fait pour nous : prêt du terrain, de matériel d’animaux… Bref, nous nous retrouvons là-bas avec force matériel, en commençant par les déguisements person-nels, pour aller aux différents accessoires, en passant par le matériel de tournage (spots, caméras, rallonges,…). Notre WE a été consacré au tournage. Même la veillée fait partie du film. Les prises de vue ont été nombreuses et parfois laborieuses. Cependant, le projet a été mené à sa fin.
Cette expérience nous a tous apporté quelque chose. D’abord de magnifiques souvenirs, une idée de ce qui peut se passer sur les plateaux de tournage, parfois, tout simplement, de la gaieté,…
J’adresse, de la part de tous les scouts, un immense merci, d’abord à Julien, notre CT qui, mal-heureusement nous a quittés pour suivre une autre route. Je m’adresse aussi à tous les chefs qui l’ont soutenu. Merci aussi à tous les parents qui ont permis ce tournage, que ce soient ceux qui ont prêté du matériel, ou tout simplement ceux qui ont permis aux scouts d’être là, pour nous permettre de vivre cette aventure magnifique et peu courante.

Jean-Vianney, 2nd du Lièvre

Le Making Off

PS

Pour plus d’information : http://www.fse3rouen.fr/

Publié le (mis à jour le )