VERSION BETA
Donne ton avis !

Essai de chronologie des événements

Scout Pionnier 32-33 de mai 68

Le premier article de la revue Scouts de France résume les événements, très peu de temps après, ce qui n’est pas forcément évident pour avoir une vue d’ensemble.

Cet article fait partie d’une série d’articles présentant le regard de chaque association scoute sur Mai 68, regard véhiculé par leurs revues. Retrouver les différents regards.

Lire aussi :

Mai 68 vu par les revues scoutes de l’époque

Depuis les EEDF ? jusqu’aux Scouts d’Europe, en passant par les Guides de France ou les Scouts de France sur Mai 68, nombreuses sont les (...)

VENDREDI 3 MAI
Meeting de protestation. A la Sorbonne le recteur fait appel à la police pour évacuer les étudiants. Manifestations… Premières violences…, premières arrestations.

LUNDI 6 MAI
A l’appel de l’UNEF, des milliers d’étudiants investissent le quartier. Bagarres toute la journée. La population du quartier soutient les étudiants.

MARDI 7 MAI
Grande manifestation pacifique de I’UNEF et du SNESup. Longue marche dans Paris. A la dispersion, le soir, nouveaux affrontements avec les forces de l’ordre.

MERCREDI 8. JEUDI 9 MAI
Tentative d’apaisement de la part du gouvernement qui cependant ne cède pas sur les trois points exigés par les étudiants.

VENDREDI 10 MAI
Les étudiants, rejoints par des jeunes travailleurs, se rassemblent au Quartier Latin, attendant la réforme du gouvernement. Des barricades s’élèvent et se renforcent à la suite du refus de négociation des autorités. Le samedi à 2 h. du matin, les forces de l’ordre dispersent les manifestants et forcent les barricades. Nombreux blessés. Nombreuses arrestations. Dégâts matériel très importants.

SAMEDI 11 MAI
Paris prend conscience de la violence des combats et vient défiler sur le champ de bataille. Le soir, allocution télévisée du Premier Ministre. Les Syndicats lancent un mot d’ordre de grève générale pour la journée du lundi suivant. Occupation de diverses facultés en France. Les lycéens suivent…

LUNDI 13 MAI
Grande manifestation de travailleurs et étudiants de la place de la République à Denfert-Rochereau. Forte participation de jeunes. Le soir, occupation de la Sorbonne.

MARDI 14, MERCREDI 15 MAI
Débat : occupation de certaines usines (Sud-Aviation à Nantes, Renault A Cléon). Le mouvement démarre chez les jeunes ouvriers.

JEUDI 18 MAI
Le mouvement de grève s’étend dans les usines. Chez les étudiants, début du travail de refonte de l’Université. Dans beaucoup de lycées, création des CAL. Certains professeurs prennent leurs responsabilités et participent. La grève s’étend au secteur public (SNCF, RATP, ORTF) et paralyse l’activité du pays. L’isolement grandit entre les régions (faute d’informations et de relations).

SAMEDI 18, DIMANCHE 19 MAI
Mouvement de panique des Français qui stockent des produits alimentaires et l’essence.

LUNDI 20, MARDI 21 MAI
La grève généralisée touche l’enseignement. Des consultations ont lieu entre P.C. et Fédération : CFDT et UNEF mettent l’accent sur la réforme des structures mais mise en garde de la CGT.

MERCREDI 22 MAI
La censure est repoussée à l’assemblée. La CGT se déclare prête à la négociation. Les pompes à essence sont vides à Paris et dans de nombreuses villes de province. Cohn Bendit est interdit de séjour en France. Le soir, nouvelle manifestation au Quartier Latin.

JEUDI 23. VENDREDI 24 MAI
Barricades et blessés au Quartier Latin. L’UNEF soutenue par la CFDT et FO maintient sa manifestation. Les discussions commencent.
Allocution du Président de la République annonçant un référendum sur la participation. Violences à Paris.

SAMEDI 15 MAI
Manifestations et violences en province (Lyon, Bordeaux). Ouverture des négociations rue de Grenelle. Opposition générale des partis au référendum.

DIMANCHE 28, LUNDI 27 MAI
Lee accords de Grenelle sont repoussés par la base.

MARDI 28 MAI
Face à un Gouvernement qui apparait désemparé, M. F. Mitterrand propose un Gouvernement provisoire avec Pierre Mendès France et pose sa candidature d’éventuelles élections présidentielles.

MERCREDI 29 MAI
Les négociations piétinent ou sont interrompues. La CGT défile à Paris et en province et réclame un gouvernement populaire, seul interlocuteur valable. Départ du Président de Gaulle à Colombey.

JEUDI 30 MAI
Appel du Président de Gaulle : je reste, je garde M. Pompidou. Je dissous l’assemblée. Réactions violentes des syndicats et partis politiques. Manifestation massive de soutien au Président à Paris et en province.

VENDREDI 31 MAI
Nouveau Gouvernement. Les syndicats négocient.

SAMEDI 1er JUIN
Les partis se lancent dans la préparation des élections. L’essence retrouvée provoque un départ massif des Français pour le long week-end de Pentecôte.

DIMANCHE 2, LUNDI 3 JUIN
Les négociations aboutissent dans de nombreux secteurs de l’activité économique à des protocoles d’accord devant être saisis A la base. Rome. Belgrade, manifestation étudiante.

MARDI 4 JUIN
Faible reprise de l’activité économique. La consultation de la base est longue et difficile.

MERCREDI 12 JUIN
La reprise économique est presque complète. Les dates du bac sont fixées. Lee lycées rouvrent, les étudiants sont toujours en grève. Quelque chose a-t-il changé ?

Publié le (mis à jour le )