VERSION BETA
Donne ton avis !

Le Judaïsme

Fondateur

Les trois patriarches : Abraham, Isaac et Jacob sont les pères du peuple d’Israël.
Treize siècles avant l’ère chrétienne, Moïse reçoit la Torah (les cinq premiers livres de la Bible) sur le mont Sinaï, après la Révélation des Dix Paroles ou Commandements à tout le peuple d’Israël.

Convictions fondamentales

Dieu est un et unique, Il a créé l’univers et tout ce qu’il contient.

Il a créé l’être humain à Sa « ressemblance », le dotant du libre arbitre et lui assignant le rôle de parfaire la création.

Par le don de la Torah, Dieu fait alliance avec son peuple.

L’histoire a un sens, et par son action, l’homme peut la mener vers son but : l’ère messianique dans laquelle la violence et les affrontements auront disparu et où régnera la justice pour tous.

Texte sacré

La Torah a un caractère saint.
La « tradition écrite » est constituée de la Torah et des autres livres bibliques (les Prophètes et les Écrits).
Fixée par les rabbins dans le Talmud (IIe-VIe siècle), la « tradition orale » est interprétée dans des codes (Choulhan Arouh), des commentaires (Rachi), des ouvrages théologiques (Maïmonide) et mystiques (la Cabbale).

Préceptes de conduite

La vie juive est marquée par la mise en pratique des commandements - mitzvot - de la Torah ; en priorité : « Tu aimeras l’Éternel ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir » (Deutéronome 6, 5) et « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lévitique 19, 18), sans oublier l’étranger (Lévitique 19, 34).

Prières et pratiques

La journée est scandée par trois offices, soir, matin et après-midi, dont les textes sont tirés de la Torah, des Psaumes, du Talmud et de textes plus récents.

La prière publique a lieu habituellement à la synagogue, mais de nombreux moments liturgiques se déroulent à l’intérieur du foyer.

Nourriture

Les viandes permises sont les parties avant des ruminants à sabot fendu et toute volaille de basse-cour.
Les poissons doivent avoir des nageoires et des écailles.
On ne mélange pas les produits laitiers et la viande.
Traditionnellement, les animaux doivent être rituellement abattus et vidés de tout leur sang.

Principales fêtes

Le Chabbat, septième jour de la semaine, est la journée de repos, d’étude et de méditation. La cessation de toute activité évoque la création du monde et la libération d’Égypte.

Fêtes de Pèlerinage

  • Pessah (la Pâque) : rappel de la sortie d’Égypte et de la libération de l’esclavage.
  • Chavouot (Pentecôte) : commémoration du don des « Dix Paroles » au Sinaï.
  • Souccot (Cabanes) : souvenir de la vie du peuple d’Israël dans le désert.

Fêtes Austères

  • Roch Hachanah (Nouvel An) : anniversaire de la création et jour du jugement ; l’homme fait le bilan de ses actions pendant l’année écoulée. Il cherche à réparer ses fautes et à obtenir le pardon de ceux qu’il a heurtés.
  • Yom Kippour (Jour du Grand Pardon) : jeûne de 25 heures où le fidèle, réconcilié avec les autres, demande le pardon de Dieu et l’inscription au Livre de la Vie.

De la naissance à la mort

Les garçons sont circoncis au 8e jour.

La majorité religieuse est à 13 ans pour les garçons, généralement à 12 ans pour les filles.
L’adolescent lit dans la Torah, réaffirmant ainsi son adhésion à la Révélation.

Le mariage religieux ne constitue pas un sacrement, mais l’affirmation devant témoins de la volonté du couple de construire ensemble un foyer.

L’ensevelissement se déroule de façon dépouillée ; il est suivi d’une période de deuil.

Courants

Conséquence de la dispersion, les juifs se sont trouvés répartis entre ashkénases, en Europe orientale et occidentale, et sépharades dans le bassin méditerranéen.

Le monde religieux juif contemporain répond à une diversité de sensibilités à travers principalement deux courants.
Le premier (judaïsme orthodoxe et traditionnaliste) est attaché au respect de l’ensemble des prescriptions de la tradition écrite et orale.
Pour le second (judaïsme libéral), les textes de la tradition demeurent une référence essentielle et incontournable, mais leur approche et l’application des commandements sont susceptibles d’adaptations.

Attitude face aux autres religions

Le judaïsme est opposé à toute forme de prosélytisme actif. En dehors de tout compromis doctrinal, la plupart des Juifs sont favorables à une collaboration interreligieuse dans le domaine moral et social.

PS

Source : Plateforme Interreligieuse de Genève

Publié le