VERSION BETA
Donne ton avis !

Les 7 astuces du chef sur Facebook avec ses jeunes

To accept or not, that is the question !

Souvent la question revient : dois-je accepter mes jeunes sur Facebook en « amis ». Et si oui, comment faire ? Peut-on intervenir sur leur profil ? Comment me protéger de photos de soirées qui pourraient leur apparaitre ?

Mes jeunes m’ajoutent sur Facebook, que dois-je faire ?

Tu as deux solutions :

  • Tu les refuses tous : et tu leur expliques : « Je suis ton chef, pas ton pote ».
  • Tu les acceptes tous : Facebook est un outil pratique pour communiquer avec eux. Sur Facebook, ils te répondent alors que par mail, c’est plus dur. Pas de problème mais dans ce cas, n’oublie pas de garder la distance qui se doit d’exister en tant que chef. La mise en place de protections de ton profil est nécessaire.

Évite par contre le mix « lui je l’accepte, et lui pas », ce serait incompréhensible pour tes jeunes.

Il existe aussi un intermédiaire : les accepter quand tu ne les as plus sous ta responsabilité. Cela n’ôte pas le fait de maintenir quelques précautions tant qu’ils sont « jeunes ».

Comment protéger mon profil ?

1/ Classer tes jeunes dans une liste à part (l’arrivée des nouveaux groupes Facebook ne change rien à cette méthode, de loin la plus efficace)

2/ Réduire leurs possibilités de visibilité sur ton profil (en particulier les photos taguées)

3/ Faire attention à son statut. Éviter le genre « trop bonne cuite chez Popaul, j’ai vomis partout, on a pété le lustre, mais comment ça envoyait du fat poulpe ! » ;)

4/ Faire attention à ses albums photos et ses liens qu’ils pourraient voir.

5/ Ne plus mettre plus à jour ton statut de relation ou le limiter à quelques amis … Ils n’ont pas besoin de compter tes conquêtes ;)

6/ De temps en temps, passer vérifier ce qu’ils voient de ton profil.

Je peux commenter les statuts de mes jeunes ?

Tu t’imagines toi, à 14-15 ans, en train de rire avec tes amis à la sortie de ton école, et avoir à chaque fois le chef s’incruster et rire avec tes potes ? Là c’est pareil. Alors de temps en temps, pourquoi pas, mais pas trop souvent, laissons-les tranquille avec leurs amis.

Je connais tout de la vie de mes jeunes ! Et franchement, ça va pas du tout là !

Prudence. Ce n’est pas parce que tu vois beaucoup de choses de leur vie qu’ils veulent te le montrer à toi. Ce n’est pas parce qu’ils hurlent en parlant de choses personnelles dans leur tente qu’ils veulent que les chefs le sachent. C’est exactement pareil. Alors la discrétion est de mise.

Cela n’empêche pas de les inviter à plus de discrétion, ou de prudence. C’est aussi important de les sensibiliser au sujet de la vie privée. Je te conseille de le faire lors d’une rencontre plutôt que par message ou commentaire ! (ou alors par le chat). Ils apprécient vraiment cette démarche !

Mon jeune vient de se faire plaquer, je peux le consoler ?

Nan ! Laisse le (ou la) crever de chagrin !

Euh en fait … c’est plus compliqué. Grandir, c’est aussi apprendre par soi-même à se dépatouiller sans l’aide d’adultes. Alors, toujours sur ce maitre mot de la discrétion, tu peux montrer ta présence, mais ce n’est pas rendre service que de s’incruster. Ainsi, si le jeune vient te parler, tu es disponible. Sinon, c’est qu’il n’avait pas besoin de toi !

Je viens de voir sur une photo qu’un de mes jeunes a pris une cuite mémorable … et en plus, il fume ! Et pas que du tabac !

Et ?

Avant Facebook, tu crois qu’ils ne le faisaient pas ? Allez, laisse courir. Tu as l’information, cela peut t’aider pour accompagner ton jeune, mais pas de quoi lui faire un scandale. Oh s’il te dit « je ne fume pas », tu pourras toujours lui dire « tu bluffes, Martoni, j’ai des preuves ». Ou si tu vois qu’il abuse réellement de l’alcool tous les week-ends, cela peut valoir le coup de lui en parler. Mais laisse-leur aussi leur « jardin secret ».

Je met les photos du camp sur Facebook, je peux les taguer ?

Ah ah ! Tu les connais, tu sais s’ils assument leur scoutisme ou pas. Pour ma part, je ne les identifie pas. A eux de choisir.

Mais plus loin que cela, se pose la question du niveau d’accès des photos du camp. Uniquement les jeunes du camp ? Tous tes amis ? Les amis de mes amis ? Cela dépendra déjà de tes amis. Si tu crains des remarques graveleuses de tes potes hors scouts, alors, limite aux jeunes du camp. Si tu ne crains pas ce risque, la question reste entière. Distingue alors les photos de délires de camp de « photos vitrines », parce qu’un album vitrine visible aux amis de tes jeunes, ça peut faire un beau coup de pub aussi !

En bref …

Souviens-toi d’une chose simple : Facebook est peut-être un site virtuel, mais cela a de vrais impacts sur le monde réel. Alors, sur Facebook, tu te dois d’avoir le même positionnement qu’en tant que chef. Tu es un mélange entre le pote, le grand frère et le père, tout en étant vigilant sur les interdits que sont la fusion, violence, mensonge. Or la fusion est un vrai risque sur Facebook.

Souviens-toi que la clé de la relation éducative est la confiance et la cohérence. Avec Facebook, tu ne peux plus te permettre d’être incohérent avec eux. Ce qui est indiqué dans cette page t’es tout aussi applicable. « Eh chef chef ! tu fumes ? » « non » « ah oui, pourtant sur Facebook … ».

Tu ne te sens pas les épaules ? Alors n’accepte pas tes jeunes en ami sur Facebook. Tu arriveras quand même à communiquer avec eux, si si, je te jure.

Publié le (mis à jour le )