VERSION BETA
Donne ton avis !

Les réseaux sociaux des ados en 2018

Mais ils sont où ? Mais ils sont où ? Mais ils sont où les ados … Et bien probablement pas là où tu le crois, si tu es un adulte en tous cas.

L’Association Génération Numérique a publié des indicateurs, suite à une enquête auprès de 11056 jeunes de 11 à 18 ans en France, y compris des plus jeunes. C’est très intéressant car les enquêtes se limitent souvent aux plus de 18 ans, ou aux 13-18 ans, ou se limitent à un public américain. Nous verrons que cette enquête française a aussi quelques limites car elle n’explore pas tous les territoires d’Internet.

Tu vas trouver dans cet article des chiffres qui viennent de cette enquête que Génération Numérique nous a autorisé à rediffuser (merci !), mais aussi d’autres chiffres trouvés par ailleurs.

C’est un état des lieux assez précis à début 2018. Les réseaux prennent un virage fort et très rapide depuis 2017, les tendances qu’on indique semblent aller vers un renforcement.

5 ans après notre article de 2013, la roue a tourné ! Mais pas tant que ça, des tendances que nous avions vu venir se confirment.

Lire aussi :

Les réseaux des ados 2013

Tu trouves que Facebook est devenu bien calme côté jeunes ? Normal, ils maîtrisent de plus en plus leur paramètres de vie privée, mais surtout, ils (...)

Les 11-18 ans sont massivement sur les réseaux sociaux.

68% des garçons et 78% des filles de 11 à 18 ans y sont présent. C’est massif. Et attention, 60% des 11-12 ans y ont aussi au moins un compte. Parents, rassurez vous, 17% des 11-18 ans ne vous ont pas parlé de tous leurs comptes / profils. Eh eh.

Pour y faire quoi ? Massivement, discuter avec des amis (voire la famille), regarder des vidéos, et publier et partager … seulement en 3e position.

61% des 11-18 ans ont un appareil numérique en permanence avec eux. 31% se réveillent pour le consulter.

Parlons maintenant des réseaux où trouver les ados en 2018.

Facebook : le réseau des vieux

Facebook ne fait plus partie du Top 3 des réseaux sociaux des ados. C’est une étude communiquée par USA Today qui l’indique.

Aux Etats-Unis, un cap symbolique a été franchi : moins de 50% des 12-17 ans vont créer un compte cette année. Cette année, Facebook va perdre 2 millions de membres de moins de 25 ans. La contagion de la baisse a atteint pour la première fois les 18-24 ans (-10%).

Depuis les débuts d’internet, la France suit toujours de près, à moins d’un an d’écart, la tendance américaine.

Une petite enquête de nos membres LaToileScoute auprès de 11-14 ans, en camp des Scouts Musulmans de France cet été ou des non scouts en séjour neige cet hiver confirme cette tendance :

  • « Jamais je n’aurais de compte Facebook »
  • « Facebook, tu sais pas ce qui ressortira de toi plus tard »

Même pour les « vieux », une réelle usure de Facebook apparait. Fatigue de voir des amis se fâcher sur des sujets politiques, sentiment dépressif quand on voit les mises en avant d’une vie idéale par des comptes d’amis. La roue tourne, et fort, en défaveur de Facebook. L’algorithme a été modifié pour tenter de changer les choses mais il est probable qu’il est temps de se préparer à l’après Facebook.

Aux Etats-Unis, une partie de la population bascule vers la haine de Facebook, les enquêtes récentes démontrant l’impact de l’algorithme et des ciblages publicitaires sur leur vie. Pour les anglophones, il faut lire cet article de Wired qui démontre la technique dans le cadre de l’élection de Donald Trump. Wired est un site technophile, très sérieux, peu habitué à charger ainsi. Le succès américain (probablement éphémère) du réseau social Vero va aussi dans ce sens, succès qui laisse les ados de marbre, puisqu’ils ne sont déjà plus sur Facebook ;)

Certains jeunes restent sur Facebook mais leur usage se limite à Messenger ou aux groupes Facebook, sur une de leur passion (club de foot par exemple) ou lié à un groupe « fonctionnel » (groupe scout, classe, etc).

Réfléchissons à nos usages : il est probable que certains jeunes doivent créer un compte Facebook pour juste être présents sur un groupe imposé par un adulte (leur chef scout par exemple).

Numéro 1 : Snapchat

Et numéro 1 de très loin auprès des 11-18 ans. D’après l’étude d’association Génération Numérique, 83% des 11-14 ans ont un compte Snapchat. 92% des 15-18 ans. 92% ! Rarement un réseau aura eu un tel taux de pénétration, sauf Facebook vers 2013. Snapchat a aussi comme particularité d’être très fréquenté aussi par des moins de 11 ans, hors étude.

L’étude de USA Today confirme cette tendance en indiquant que les jeunes se détournent de Facebook au profit de Snapchat d’abord et avant tout.

La roue a tourné. En vieux briscards des Zinternets, nous pouvons ajouter un successeur à notre roue des solutions de chats à succès auprès des jeunes :

Snapchat permet aussi de créer des groupes de discussion, qui sont de plus en plus utilisés, en remplacement, avec nettement moins de fonctions, des groupes Facebook ou Whatsapp.

Numéro 2 : YouTube

Numéro 2, YouTube est l’autre réseau préféré des jeunes. 73% des 11-14 ans y ont un compte, 81% des 15-18 ans. Les YouTubers sont plus lucides, indépendamment des comptes : la population des 8-13 ans y est massive, c’est une cible marketing majeure.

Il répond au besoin majeur de regarder des vidéos, de tous types et origines. Les lives permettent des interactions sociales assez fortes. C’est un réseau qui se consomme assez passivement, sauf pour les créatifs, y compris ados.

Numéro 3 : Instagram

66% des 11-14 ans y ont un compte, 70% des 15-18 ans. Dépourvu de posts politiques, avec relativement peu de publicité (vis à vis des concurrents), Instagram connait un fort succès. Ses stories, copiées sur Snapchat cartonnent. On y retrouve les stories publiques comme des stories privées sur le mode de Snapchat.

Le réseau est plus privé que Facebook mais il reste assez facile de consulter les comptes des uns ou des autres, en tous cas plus facile que Snapchat.

Avertissement : cet article date de Mars 2018. Le classement bouge, Instagram remonte très très fort en quelques mois.

Les autres réseaux

Peu suivis dans les études, on devrait aussi parler des réseaux autour des jeux vidéos, très utilisés par les garçons. Steam permet d’accéder aux jeux vidéos, avec des groupes de discussion. Twitch est un réseau très fréquenté aussi, dès très jeune, pour regarder des vidéos de gens qui jouent à des jeux vidéos, ainsi que des lives. En appui de ces réseaux, Skype est un outil qui reste (étonnamment) très utilisé. Teamspeak est toujours présent chez les gamers. Discord prend une place de plus en plus importante chez eux aussi. On pourrait aussi citer le jeu ultra fréquenté par les ados et préados garçons : Fortnite qui relève du jeu vidéo mais aussi d’une forme de réseau social autour de ce jeu.

On pourrait aussi parler du réseau plus féminin en termes de fréquentation Pinterest, où on peut aussi trouver des jeunes, surtout filles mais aussi garçons, qui y suivent des boards correspondant à leurs passions.

Les messageries instantanées sont aussi très fréquentées, en particulier Whatsapp, qui appartient à Facebook.

On devrait parler aussi de Twitter, car on y trouve encore quelques jeunes, mais c’est de plus en plus du domaine de l’anecdote, le réseau ne réussissant pas à être compréhensible assez vite.

Enfin Musical.ly, renommé récemment TikTok, très présent à l’étranger, est arrivé aussi en France. Sur une musique, l’ado danse, et obtient des likes.

Les outils parasites aux réseaux sociaux

Annexé à Instagram ou Snapchat se trouvent des réseaux qui permettent de poser des questions anonymes, comme Curious Cat (et plusieurs équivalents à Ask.fm dont nous parlions déjà en 2013). L’usage est très douteux, comme Ask.me le faisait par le passé. La démarche est que n’importe qui peut poser des questions sans s’identifier. Ce sont souvent des personnes proches, qui posent des questions qui peuvent alimenter rumeurs et autres pressions sociales sur chaque jeune.

Lire aussi :

Que font nos ados en 2018 sur les réseaux sociaux ?

Après avoir vu les réseaux les plus fréquentés, parlons de ce que les adolescents y font, de leurs usages. Cet article fait suite à l’état des (...)

Et aux scouts, nous aimons réfléchir aux enjeux éducatifs :

Lire aussi :

Les enjeux éducatifs des réseaux sociaux

Découvre ici notre proposition d’enjeux éducatifs, mais attention, nous n’avons pas la prétention d’être exhaustifs : le sujet est vaste. N’hésite pas à (...)

Publié le (mis à jour le )