Huitpat

LaToileScoute

LaToileScoute.net

Camper & Randonner / Installations scoutes / Autres installations scoutes / Pont 100% Bois « Limousin-Picard »

Pont 100% Bois « Limousin-Picard »


Tu cherches à réaliser un « truc de ouf » et tu maîtrises les techniques de froissartage ? Ou alors tu veux plus simplement faire un pont mais tu n’as pas de ficelle ? Alors cette construction est peut-être pour toi.

Avant de commencer, assure-toi que :

  • Tu en as le temps : ce n’est pas comme monter une table modulo, il faut du temps pour faire les trous à la tarière, assembler… Une unité bien coordonnée de 15 scouts (11-15 ans) doit pouvoir réaliser ce pont en une journée, s’ils sont motivés et un petit peu expérimentés.
  • Tu as le bois nécessaire, notamment les dosses (ou, à défaut, des planches), et le matériel nécessaire (tarières, scies …).
  • Tu as les compétences nécessaires : si tu ne sais pas ce qu’est une cheville, un tenon ou une mortaise, apprends d’abord à maîtriser ces techniques de froissartage avant de te lancer dans la construction de ce pont, tu risquerais d’être déçu par le résultat.

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>

Histoire du pont 100% bois « Limousin-Picard »

Pour l’histoire, ce pont a été construit lors d’un camp Scouts de France en 2003 en Allemagne, d’après l’imagination d’un chef. Il avait pour but de remplacer les planches qui permettaient de franchir un passage boueux donnant l’accès au campement et la ficelle manquait cruellement. L’anecdote ne serait pas complète si on ne précisait pas qu’à l’achèvement du pont, il ne pleuvait plus depuis une semaine et le passage boueux était complètement asséché !!!

Matériel

  • Des tarières : plus tu en as, plus rapide sera la construction (4 tarières ne seraient pas de trop) ;
  • Un maillet ;
  • Des ciseaux à bois et d’autres maillets (si tu utilises la technique des mi-bois).

Bois d’œuvre

  • 4 perches de 5 mètres de long et 13 centimètres de diamètre (deux d’entre elles peuvent être un peu plus fines) ;
  • 6 perches de 2 mètres de long et 13 centimètres de diamètre ;
  • 7 perches de 1,5 mètre de long et 13 centimètres de diamètre ;
  • 6 tenons de 50 centimètres de long et 8 centimètres de diamètre ;
  • une centaine de chevilles (voire plus si tu as tendance à les casser facilement), la moitié à 15 centimètres de long et l’autre moitié à 25 centimètres de long ;
  • beaucoup de dosses (le nombre dépend de la largeur qu’elles ont).

Note : le bois est donné pour un pont de 5 mètres de long. Pour un pont plus court, il est possible de supprimer la pile du milieu. De même, pour un pont plus long, il est pertinent de rajouter une autre pile. Également, ce pont fera un mètre de large, mais il est possible de le faire plus large ou, pourquoi pas, plus étroit. Enfin, la hauteur du tablier, sur lequel on marche, sera de 50 centimètres si l’on suit les indications suivantes, mais rien n’empêche de le faire plus haut. Pour faire varier les dimensions du pont, lis les étapes et tu verras de quoi tu as besoin.


Réalisation

Maintenant que tu as tout ce qui est nécessaire à la réalisation (ne pas oublier d’inclure la main d’œuvre dans le nécessaire), tu vas pouvoir passer à la réalisation. Attention : lis attentivement (et non en diagonale) toutes les étapes une première fois pour avoir une vue d’ensemble plutôt que de te lancer en aveugle étape par étape.

Étape 1 : fabrication du tablier

Il s’agit ici de construire le tablier, c’est-à-dire la plateforme sur laquelle on marchera et qui sera posée sur les piles du pont. Pour cela, prends deux perches de 5 mètres et 3 perches de 1,5 mètre et assemble-les comme sur l’illustration. Attention, il est capital de laisser dépasser 25 centimètres de chaque côté du tablier, tandis que 5 centimètres seront largement suffisants aux extrémités. Par ailleurs, les traverses doivent être absolument perpendiculaires aux deux grandes perches.

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>

Comme on n’utilise pas de ficelle, il faut faire des chevillages comme indiqué sur le schéma, les chevilles étant en rouge. Ici, les mi-bois ne sont pas montrés, pour la simple raison que lorsque ce pont a été réalisé, c’était sans mi-bois. Cependant, à cette étape comme à toutes les autres, il est possible et même recommandé de faire des mi-bois. C’est plus long, mais aussi plus solide.


Étape 2 : élévation du tablier

C’est vrai que pour l’instant ça ressemble à tout, sauf à un pont. Tu vas voir qu’à la fin de cette étape, ce sera déjà plus évocateur. Dans cette étape cruciale, on va élever le tablier sur les piles. Pour cela, prends les perches de 2 mètres. Il faut les fixer, là encore par chevillage (sauf si tu as retrouvé la ficelle) de manière à ce qu’elle soient bien verticales. Suis le schéma pour bien comprendre (le schéma à droite montre le chevillage pour une pile en particulier) :

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p> <p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>


Étape 3 : consolider l’ensemble

C’est bien beau, tout ça, mais comme tu le constates, ça manque de solidité, c’est même plutôt instable. Ne t’aventure pas dessus pour l’instant, tu pourrais casser des chevilles (si tu as la chance de ne pas tordre la tienne avant !), d’où la raison de cette étape. On va donc poser des tenons dans les angles fragiles, comme indiqué sur le schéma. C’est une étape difficile, car il faut percer des mortaises borgnes en oblique sur une structure déjà en place. Une possibilité est de marquer les 12 trous à faire, de tout démonter en enlevant les chevilles, faire les mortaises, et tout remonter en commençant par les tenons (on procède angle par angle, en mettant le tenon, les 3 chevilles, et en passant à l’angle suivant). L’autre possibilité, plus simple à première vue mais en fait plus difficile, est de percer les mortaises directement et de monter les tenons sans toucher aux chevilles, en exploitant la souplesse de la structure. Voilà à quoi ça doit ressembler à la fin de cette étape (là encore, le schéma de droite montre un angle en particulier) :

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p> <p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>

Au passage : tu as sans doute remarqué que les tenons empêchent le pont de se « balancer » dans le sens de la longueur seulement, pas de manière latérale. A priori, c’est suffisant (du moins, lorsque le pont a été construit, ça tenait assez bien), mais rien ne t’empêche d’ajouter des tenons entre les piles et les traverses.


Étape 4 : mettre les rampes et les barrières

Tout cela est bien joli, mais il faut pouvoir monter sur le pont (surtout si tu fais un pont plus haut que celui-ci) et une fois dessus il faut encore éviter une chute, des fois que tu perdrais l’équilibre. Nous allons donc poser une rampe d’accès de chaque côté, et des barrières sur la section haute du pont. Cela se fait ainsi, toujours par chevillage :

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>

Remarque : les barrières peuvent être montées après la dernière étape. De plus, elles ne sont pas nécessairement aussi grosses que celles du tablier. Si tu es limité dans le nombre de grosses perches, fais le bon choix.


Étape 5 : couvrir le tablier et les rampes

Fini ? Pas encore. Il manque quelque chose, non ? Nous allons terminer la construction de notre pont en couvrant le tablier et les rampes par des dosses, ou à défaut des planches (c’est tout de même plus joli avec des dosses). Pour cela, commence par les répartir sur les rampes et le tablier comme sur le schéma :

Il reste maintenant à les fixer, sans quoi elles vont glisser et quelqu’un va se retrouver dans la mare (si le pont enjambe une mare). Pour cela, on va à nouveau utiliser des chevilles. Cependant, il n’est pas nécessaire qu’elles soient aussi longues que les précédentes, car le trou dans le rondin n’a pas besoin de le traverser complètement (un trou jusqu’au milieu du rondin suffira, et ton pont n’en sera que plus solide) et il vaut mieux éviter que la cheville ne dépasse de la dosse (ceci pour prévenir des accidents). Place deux chevilles par dosse, comme suit :


Étape 6 : admirer ton œuvre

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>

Ça y est, c’est fini ! Il ne te reste qu’à te féliciter (et au passage féliciter ceux qui t’ont aidé) de ce travail. N’oublie pas de donner un nom à ton pont. Les scouts qui ont construit ce modèle de pont en 2003 l’ont baptisé : « Pont de l’Île Perdue ». S’il n’est pas tombé depuis le temps, il est toujours en place au lieu de rassemblement des DPSG (les scouts allemands).

<p>Pont 100% Bois «<small class="fine"> </small>Limousin-Picard<small class="fine"> </small>»</p>

Maintenant, à toi d’imaginer une construction qui sorte de l’ordinaire. Si tu as réussi à mener à bien celle-ci, nul doute que tu as toutes les clés en main pour en réussir d’autres !!!


Source : Troupe Sud-Ouest-Limoges
Page créée le , mise a jour le
LaToileScoute 2001-2016

Tags associés

Vos réactions

(0)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 votes

Les Auteurs

Labrador Av.

En Savoir +

Qui sommes nous ?

LaToileScoute n'est pas une association de scoutisme. LaToileScoute est une association au service du scoutisme, de ses membres et de ses associations.

Encore + de LTS

Galaxie LaToileScoute

Réseaux sociaux

Smartphones