VERSION BETA
Donne ton avis !

Choisir et entretenir son sac de couchage

Du choix de ton sac de couchage va dépendre ton plaisir en camp : si tu as froid toutes les nuits, le camp est moins sympa que si tu es bien au chaud. Nous te rassurons tout de suite, le super sac de couchage ne coute pas nécessairement une fortune. Et bien souvent, un bon entretien fera de ton sac de couchage un fidèle compagnon? de bien des nuits mythiques !

Cet article s’applique aux sacs de couchages synthétiques. Le sac de couchage en plume est moyennement recommandé pour les camps scouts : ne supporte pas l’humidité, ne doit pas être lavé sauf avec certaines précautions, et souvent cher, et à la doublure relativement fragile (en tous cas qui supporte mal les batailles de serpents entre amis sous la tente, et ça, ça compte !)

Choisir un sac de couchage

Deux types de sacs de couchages

Il existe deux types principaux de sacs de couchage : le sac couverture et le sac sarcophage. Ils se distinguent par deux formes spécifiques. Le premier est rectangle avec des coins carrés. Le second ressemble à un sarcophage et épouse plus les formes de ton corps.

Le premier a comme avantage d’être souvent très bon marché, mais le second sera plus adapté à ta pratique aux scouts :

  • Pas de coins froids dans le sarcophage : les coins carrés du bas du sac couverture sont toujours très froids la nuit.
  • Système de capuche : souvent très appréciable dans le sarcophage quand il fait froid. Plus rare sur le sac couverture.

Bref, nous ne nous attarderons pas sur le sac couverture.

Les éléments du sac de couchage sarcophage

Tous les sacs de couchage sarcophage n’offrent pas de possibilités identiques. Idéalement, il faut les avoir toutes pour être à l’aise :

  • La fermeture éclair : en général, il y en a toujours une. Mais idéalement, il faut qu’elle s’ouvre par le haut ainsi que par le bas. Ca permet de ventiler un peu le sac l’été quand il fait chaud. Il y a un côté top aussi : tu peux marcher en sac de couchage avec les pieds dehors. Ah ? Ca ne sert à rien ?
  • Le bourrelet anti-froid : très appréciable l’hiver. C’est une sorte de petit coussin qui longe toute la fermeture éclair. Il empêche l’air froid de s’infiltrer par la fermeture du sac.
  • La capuche : elle te permet de mieux lutter contre le froid en réchauffant ta tête. Elle doit pouvoir se serrer avec une cordelette.
  • La collerette : sorte de petit coussin qui longe le haut du sac, de façon à faire le tour des épaules. Elle permet de mieux fermer le sac de couchage sans nécessairement fermer la capuche. Attention à ne pas trop la serrer, car ça peut te gêner pour dormir.
  • Le garnissage : plus il gonfle plus il est chaud. C’est pour cela qu’il est préférable de dérouler son sac de couchage 30 minutes avant de se coucher. Il existe des garnissages naturels (plumes d’oie ou de canard, l’oie est plus isolante) qui sont le top pour la chaleur, mais qui craignent l’humidité et peuvent aussi poser des problèmes d’allergie chez certains. Nous te conseillons un garnissage synthétique plus léger, et moins cher. Il est certes moins performant, mais il suffit en général pour les camps, même en hiver.
  • La couture : il faut être attentif aux coutures et veiller à ce que ce ne soit pas la même à l’intérieur et à l’extérieur, sinon tu risques d’avoir plus froid. De plus ces coutures empêcheront le sac de trop gonfler, donc de t’isoler. Il existe des systèmes de piqûres décalées entre l’intérieur et l’extérieur afin d’éviter ce souci.

La température annoncée

En général, on t’annonce deux températures pour un sac de couchage. Ne compte pas trop sur la température extrême. Ca veut dire que tu y as froid, mais ce froid est encore tenable. Fies toi plutôt à la température de confort. Ensuite selon tes activités, trouve le bon compromis entre les week-ends d’hiver et le camp d’été. Un sac de couchage chaud est top l’hiver, mais très gênant l’été ! Une température de confort autour de 0°C ou -5°C présente souvent un bon compromis.

L’entretien

Ce point est très important. Un super sac de couchage peut perdre toutes ses propriétés par un simple manque ou une erreur d’entretien.

  • Respecte scrupuleusement les consignes de lavage : la fibre est fragile et ne supporte pas l’erreur. Certains garnissages peuvent nécessiter un lavage à sec.
  • Ne le lave pas trop souvent : même en respectant les consignes du fabricant, il ne vaut mieux ne pas le nettoyer après chaque week-end. La fibre perdra alors beaucoup de ses propriétés. Privilégie un drap intérieur à ton sac pour moins le salir.
  • Ventile le souvent : en rentrant de week-end, ne le laisse pas macérer dans son sac. Ventile le. En camp, fais le bronzer un peu de temps en temps. Ca sera plus agréable le soir …
  • Ne le roule pas dans son sac : pour beaucoup de sacs de couchage, c’est une erreur de les rouler. En effet, tu plies toujours la fibre au même endroit, ce qui à terme, l’abime. Il vaut mieux mettre le sac de couchage en boule dans son sac de rangement pour que la fibre ne soit pas pliée toujours au même endroit. Pour une fois que c’est autorisé de ranger en boule, profite ! Chez toi, tu le sors de son sac de rangement, ou tout du moins, tu relâches les sangles du sac de compression pour qu’il garde tout son gonflant.

Le sac à viande

C’est l’accessoire ultra pratique avec le sac de couchage. C’est un drap en coton ou en soie, cousu, qui s’insère dans le sac de couchage. Ca ne vaut pas très cher dans des magasins comme Decathlon.
Il présente plusieurs intérêts :

  • Il absorbe la transpiration et peut être lavé à volonté, ce qui évite de laver le sac de couchage et donc évite de l’abimer.
  • Il est beaucoup plus agréable que les matières modernes des sacs de couchage.
  • L’été, quand il fait chaud, il permet d’ouvrir en grand le sac de couchage et de ne dormir que dans son drap, hyper agréable !
  • L’hiver, il permet de gagner quelques degrés de chaleur. Il existe même en version polaire, ou avec des tissus spéciaux (plus cher, difficile à trouver, plutôt au Vieux Campeur), ce qui l’hiver est un réel atout !

Publié le (mis à jour le )