VERSION BETA
Donne ton avis !

10 astuces : comment gérer ses règles en camp

Quel que soit le nom qu’on leur donne, les règles sont rarement les bienvenues en camp. Alors sans tabou, voici les 10 conseils que nous pouvons te donner !

Attention, tu es peut-être une toute jeune ado qui n’a pas encore ses règles et qui recherche des informations : notre article ne s’adresse pas vraiment à toi. Le plus simple est de trouver des proches autour de toi qui peuvent t’en parler notamment tes copines dans le scoutisme ou pas, tes sœurs, tes parents et tes cheftaines : ils sauront t’expliquer et te rassurer !

1. Bien se connaître

Pour être bien à l’aise avec son corps pendant les règles : il faut les connaître au mieux ! Arriver à les prévoir du mieux possible pour ne pas se faire prendre à court, connaître son flux et son évolution, savoir quelles sont les protections que l’on préfère et les adapter au fur et à mesure des règles pour que ce soit le plus confortable possible !

2. Toujours prête !

Hors de question de partir sans protections : à moins que tu ne prennes la pilule contraceptive, tes règles sont influençables par ton rythme de vie et ton environnement, ce qui est très largement perturbé pendant un camp. Tes règles peuvent donc se décaler bien qu’elles soient régulières avant. C’est normal et ce n’est pas inquiétant, tes règles retrouveront leur cycle habituel après le camp. Eh oui, c’est merveilleux ! Bref même si ça ne fait pas 28 jours : prévois ! ;)
Si tu n’as pas prévu, pas assez, pas comme il faut, le plus simple est d’en parler à tes chefs plutôt que de piquer les protections de tes amies ! Astuce : si tu envoies un chef t’acheter des protections, dis-lui précisément ce que tu veux ;)

3. Pour toutes les situations

Ca y’est tu es devant le rayon du supermarché … et tu sèches. Que prendre ?! Que choisir ?! Comme on te l’a dit plus haut, tu penses d’abord à ton confort et à tes habitudes (en camp scout c’est pas toujours le meilleur moment pour tester les tampons sans applicateurs … ). Ensuite, pense aux activités que vous allez réaliser et prévois des protections adaptées à celles-ci. Par exemple, un camp radeau avec que des serviettes maxi absorbantes risque d’être un peu beaucoup pénible … sans parler de l’esthétisme en maillot de bain ^_^

4. Se sentir propre

C’est si facile de sauter une douche de temps en temps aux scouts : il ne fait pas assez beau, le planning est un peu à l’arrache… Plein de bonnes excuses pour oublier la douche.
Pour se sentir bien pendant ses règles, c’est souvent important de se laver tous les jours et nue de façon à bien frotter partout ! ;) Il est mauvais de frictionner tes parties intimes avec du savon, même ceux soi-disant faits exprès : de l’eau suffit très bien.
Lève-toi un peu plus tôt si besoin, il y a moins la queue et puis un lieu de camp silencieux au petit matin, ça vaut le coup !

5. Faire de chouettes insta’ pratiques

Là où certains n’y voient pas de problème, avoir une poubelle et de quoi se laver les mains dans ou près des sanitaires : c’est simplement normal, hygiénique et agréable !
Alors hop, un petit trépied pour mettre un jerrican et du savon ; un autre pour accrocher une poubelle et le top est qu’elle ferme pour les odeurs et ne pas prendre la pluie !

Le conseil de Tomate :

Je pense qu’il est en revanche indispensable de mettre un coin lavage de main DANS les feuillets et pas « juste à la sortie » car 1) rincer sa cup devant tout le monde c’est franchement pas top (et il vaut mieux pas l’essuyer au PQ enfin vraiment le moins possible, c’est assez déconseillé) 2) même pour les guides qui utilisent des protections dites « standards » il peut y en avoir un peu sur les doigts et sortir des feuillets comme ça peut être gênant.
Alors le mieux : grande bâche autour des feuillets avec mini trou à eau grasse sous le robinet qui se déverse dans les feuillets.

Le conseil de Zygophycée :

Pour les install’, des bons feuillées vraiment privés, et de la sciure à disposition, c’est le top. Parce que ado (et même parfois après), on a souvent super honte des traces que ça peut laisser (le PQ tout rouge qui vous grille immédiatement… ouais, pas glam !).

6. Transformer ce calvaire en bon délire

Puisqu’on est toutes dans le même bateau, autant en faire quelque chose de sympa. Déjà on aime bien se trimbaler aux toilettes par bande, alors pourquoi pas faire des règles un bon délire dans l’équipe et dans la tente. Et finalement, ça facilite pas mal de choses et évite des malaises :

— Machine, n’entre pas, je suis en train de me changer !
—  Mais on s’en fout meuf, on le fait tout le temps ?!
—  Oui maaaaiiiiiis…

Et puis, c’est aussi une certaine complicité dans l’équipe de vivre cette galère ensemble ! En fait, c’est souvent assez naturel, il suffit de franchir le pas.
On en vient donc à notre septième point :

7. Com-mu-ni-quer

Alors peut-être pas avec toute votre unité, mais avec tes copines et surtout avec tes chefs, si c’est nécessaire. Si vous avez trop mal, si tu as besoin de te reposer, de prendre une douche quand c’est le rush, si te ne veux pas faire la baignade dans le lac avec tout le monde, etc. Parles-en à tes chef.taine.s !
Attention, avoir ses règles ne te donne pas la légitimité de ne pas participer aux activités ou aux services, les règles ne sont pas une excuse à la flemme généralisée :P il faut aussi prendre sur soi ! Mais il n’y a pas de raison qu’un chef se moque de toi, refuse de faire ce qu’il peut pour t’aider : une douleur reste une douleur même si elle revient tous les mois ! Au contraire, ça peut leur éviter des maladresses !

8. Gérer la douleur

La douleur à cause des règles, elle dépend énormément des personnes et de l’âge. Là encore, il faut bien se connaître. Certaines filles ne peuvent que se rouler en boule avec une bouillotte chaude la première journée, d’autres n’ont aucun problème. Heureusement, la médecine a inventé des médicaments plus ou moins efficaces. Quand on a vraiment trop mal mais qu’on aimerait bien pouvoir continuer à vivre normalement, c’est parfois nécessaire de faire quelque chose contre cette douleur.
Attention, l’automédication n’est pas une bonne idée.
En camp, il y a interdiction de prendre un médicament sans ses chefs : c’est très important si tu te retrouves à l’hôpital sans connaissance. Le responsable sanitaire décide s’il peut te donner quelque chose pour te soulager mais il ne peut pas toujours le faire sans ordonnance. Donc anticipe ! et demande une ordonnance à ton médecin traitant avec les médicaments que tu prends habituellement et les bonnes doses pour que tu puisses vivre sereinement en camp. Il vaut mieux que tu aies déjà essayé des antalgiques (anti-douleurs) auparavant, avec l’aide de ton médecin : en fait, sur la douleur de règles, il y a des antalgiques qui n’auront aucun effet et d’autres qui seront très efficaces, parce que chaque antalgique a sa "spécialité". Très mauvaise idée de prendre de l’aspirine (ou acide acétylsalicylique pour son petit nom sympa) qui a tendance à fluidifié les règles et donc augmenté la douleur !!!! Il ne vaut mieux pas prendre "au pif" et se planter !

9. En explo

Non les chefs ne vont pas décaler l’explo parce que tu as tes règles pile à ce moment-là. Il faut avouer que c’est pas de chance !
Quelques conseils et idées :

  • Assure-toi d’avoir des protections qui ne t’irritent pas pendant la marche !
  • Normalement, il y a du gel hydroalcoolique dans la trousse à pharmacie, pas forcément une mauvaise idée pour te nettoyer les mains avant de changer de protection dans la forêt, et après !
  • Les sacs pour les couches de bébés peuvent être une solution pour transporter tes protections usagées jusqu’à la prochaine poubelle. Bien fermés, ils limitent les odeurs et évitent de mettre ça dans la poubelle commune qui se fait trimbaler un peu partout !
  • Tu peux penser à emporter avec toi des lingettes pour l’hygiène intime, qui peuvent t’aider tout au long de la journée. Attention, cela ne remplace pas une douche et il ne faut pas en abuser : elles sont parfois irritantes, d’autant plus avec la randonnée et la friction des vêtements sur ta peau.

10. La cup et autres "nouveaux" types de protection moins connus

Que tu la connaisses ou non, cet article n’est pas là pour faire la pub de la coupe menstruelle aussi appelée à l’anglaise, la cup . Vous trouverez tout plein d’informations sur ce site plutôt bien foutu si ça t’intéresse et qui nous en donne une définition assez complète :

Une coupe menstruelle est une méthode de protection périodique alternative aux tampons et serviettes hygiéniques.
C’est un réceptacle en silicone médical et en forme de « cloche » qui une fois glissée dans le vagin, permet de récupérer les flux menstruels. Cette méthode de protection féminine, contrairement aux tampons et aux serviettes hygiéniques, est écologique (matériau sûr, protection réutilisable, aucune production de déchet), économique (sa durée de vie peut aller jusqu’à 10 ans) et ultra-confortable.

Méthode la plus écologique - mais pas que - à ce jour, cette option est donc séduisante pour toute guide digne de ce nom ! Mais est-elle toujours optimale quand on vit dans la nature ?
Le plus simple est probablement d’avoir stérilisé la cup avant d’être parti en camp… ce qui règle la question puisqu’a priori on a rarement deux fois nos règles en un mois - quoique. Sinon, faire bouillir la cup dans l’eau pendant trois minutes est envisageable sur feu de bois ! Pour le faire, il vaut mieux prévenir tes chefs.
Pour la rincer, on peut imaginer avoir une petite bouteille d’eau avant d’aller aux toilettes, la quantité devrait suffire.

Le conseil de Zygophycée :

Avoir de l’eau pour rincer la coupe : on avait institué le petit bidon de 5 L dans les feuillées des filles avec une copine cheftaine, c’était nickel. Même les filles non cupeuses qui voulaient se rincer les mains discrètement avant de sortir s’en servaient. Sinon, une bouteille d’eau fait l’affaire, mais il faut assumer d’aller aux feuillées avec sa bouteille d’eau… Ado, j’aurais pas aimé me prendre des remarques là-dessus :-(

Attention, la cup est uniquement personnelle : pour des raisons d’hygiène, il est vivement déconseillé de la prêter. Dès lors, il est inutile d’en avoir une dans la trousse à pharmacie. D’ailleurs, on déconseille de commencer à utiliser une cup en camp parce qu’il faut quelque fois avant d’être parfaitement à l’aise et maîtriser !

Les serviettes lavables et absorbantes comme unique protection semblent être aussi une solution plus pratique, confortable et écologique que les protections conventionnelles ! Vous nous les avez conseillées alors bien sûr on communique ;même si on ne peut pas encore vous donnez nos astuces : on n’a pas (encore) testé plus personnellement ! Le petit plus : c’est solidaire !

Tu es chef ou cheftaine ? On a aussi quelques astuces pour toi :

Lire aussi :

Mes jeunes ont leurs règles : 5 conseils aux chefs !

Chef ou cheftaine, on est facilement maladroit face aux jeunes filles que l’on encadre et qui ont leurs règles. Voici 5 belles consignes, règles (...)

Un grand merci à toutes celles qui nous aident à enrichir cet article ! :-D

Publié le (mis à jour le )