VERSION BETA
Donne ton avis !

L’Histoire du Pic Baden Powell (Himalaya)

Le grimper et obtenir un badge scout très rare

Le savais-tu ? Il existe un Pic Baden-Powell, dans l’Himalaya, à 160km de l’Everest. Haut de 5883m, il est resté invaincu jusqu’en 2007.

Depuis, moins de 50 scouts, essentiellement hommes, ont obtenu le badge de l’ascension remis par les Scouts du Népal. Un badge rare !

Nous te racontons l’histoire de ce pic, sa première ascension et les ascensions suivantes.

L’Histoire du Pic Baden-Powell

Il existait déjà un Mont Baden-Powell. Aux Etats Unis. Il a été baptisé ainsi en 1931, et fait 2867m. Vu de Bretagne, c’est une montagne. Vu des Alpes, c’est une grosse colline. Mais alors vu du Népal ….

Le Pic Urkema fait 5883m de haut. C’était son nom jusqu’en 2006. Et il était alors vierge de toute ascension, malgré sa hauteur relativement modeste pour le massif des Himalayas, ainsi que sa difficulté toute relative (cf le récit de Mark Mangles plus bas).

En vue du centenaire du scoutisme, le gouvernement népalais rebaptise le sommet en 2006 : Pic Baden-Powell.


Afficher une carte plus grande

Et évidemment, si on appelle un sommet pic Baden Powell, forcément, les scouts n’ont qu’une idée : le grimper ! Et puis bien sûr, faire un badge pour ceux qui réussissent.

Si les premières expéditions étaient complexes, désormais, l’itinéraire devient de plus en plus balisé, avec un base camp et un high camp identifiés, ainsi que des agences de guides qui peuvent fournir sherpas et porteurs. Indépendamment de monter le sommet, il existe aussi désormais le Baden Powell Trek, qui est proche du camp de base, et dure une dizaine de jours environ.

La première expédition

La première ascension est lancée en 2007, et est victorieuse. Une expédition de plus de 30 scouts est organisée, des scouts provenant de divers pays asiatiques et d’Australie.

Le vainqueur est Mark Mangles, scout australien. Il l’a vaincu très exactement le 12 septembre 2007, vers midi.

Mark a pris une photo du pic depuis le high camp à 4998m (800m en dessous du pic).

Mark en a encore sous la semelle. Ouvrir ce sommet ne lui suffira pas, il fera deux fois une expédition sur l’Everest par la suite.

Le récit de l’aventure :

Le 25 août 2007, les scouts sont emmenés à Kakakni où ils sont briefés pour le trek et l’ascension. Après avoir passé deux nuits à Kakakni, le groupe attaque le trek le 27 août. La route passe par Syabrubesi, Gatlang, Tatopani, Nagthali, Thuman, Rasuwa Gadi pour finalement revenir à Syabrubesi. Le groupe a mis 11 jours à réaliser le trek. Ils le finissent le 6 septembre. Cela permet à la fois de se chauffer, à la fois de s’acclimater à l’altitude.
Pour l’ascension du Pic Baden Powell, le groupe installe son camp de base Kyangjin Gompa. Le high camp est à 4,996 m.
Après avoir passé une nuit au high camp, le groupe commence la montée du Pic Baden Powell à 5h du matin. Il y avait 26 scouts de plusieurs pays d’Asie et Océanie. Seulement 15 ont réussi à atteindre le sommet. Mark Mangles a été le premier. C’est un beau symbole : c’est un scout qui a ouvert la voie vers le sommet du nom du fondateur du scoutisme.

Le récit de Mark Mangles :

Le 12 septembre, nous nous sommes réveillés à 3h30 du matin. Petit déjeuner, et nous étions prêts à grimper à 5h. Nous avons commencé l’ascension à 26, ensemble. Ça posait quelques soucis, car des scouts étaient plus rapides que d’autres, et nous devions attendre les plus lents ou moins expérimentés. Dans notre groupe, certains étaient des habitués des ascensions, mais plusieurs étaient débutants. Probablement que nous aurions dû faire un groupe de 10 plutôt que 26.

Nous avons réussi à atteindre le sommet en une journée. La première partie de l’ascension nécessitait d’escalader un glacier. Le glacier était très … glacé, et très raide. Nous avons dû fixer une corde pour le franchir. 4 sherpas ouvraient la voie et fixaient la corde pour nous. En cumul, nous avons fixé 6 cordes. 3 autres sherpas aidaient les alpinistes. Ils faisaient vraiment un super boulot. Après le glacier, nous avons dû grimper au dessus d’une chute de glace. C’était encore très raide, environ 80° de pente. Nous avons pu marcher un petit peu ensuite. Nous avons ensuite dû franchir un pic bien raide, autour de 60°, nous avons alors dû utiliser une nouvelle corde. Nous avons ensuite contourné un autre pic qui permettait d’accéder au pic principal. Nous l’avons alors franchi pour fixer une corde sur le pic principal. Nous avons passé beaucoup de temps à fixer les cordées.

Je suis le premier à avoir atteint le sommet. Je l’ai atteint vers midi. Après une demi-heure, un premier taïwanais m’a rejoint, suivi de trois autres. Ensuite 7 coréens. Je suis resté sur le sommet 1h environ. Mais il commençait à y avoir trop de monde en haut, je suis redescendu. Il n’y a guère de place pour plus de 8 personnes en haut. Je suis descendu seul et j’ai rejoint le high camp vers 15h. J’ai mis 2h à redescendre au high camp. En redescendant, j’ai croisé les autres grimpeurs. Je suis finalement redescendu au camp de base accompagné d’un porteur. J’ai appris que les derniers à avoir réussi l’ont fait à 19h30. Ils ont décidé de dormir au high camp. Ils m’ont rejoint au camp de base à 11h le lendemain.

J’ai trouvé cette ascension vraiment intéressante. J’ai fait plusieurs ascensions en Nouvelle Zélande et en Australie. En comparaison, celle-ci était assez standard. D’un point de vue d’alpinisme, cette ascension est probablement du niveau PD+. Mais je suggère de ne pas prévoir de trop gros groupes en ascension.

Je suis très fier d’être le premier à conquérir ce pic, en particulier du fait de son nom de Baden Powell. Que le gouvernement népalais ait nommé ce pic du nom du fondateur du scoutisme est un grand honneur pour nous, les scouts. Lord Baden Powell a permis beaucoup de choses dans ce monde, c’est vraiment bien d’avoir un pic à son nom. Je pense que c’est un bon défi pour les scouts de venir ici, pour grimper le sommet au nom du fondateur. C’est vraiment une activité mémorable, et je le referais probablement !

Un badge scout népalais uniquement pour les vainqueurs du sommet

Les scouts népalais ont créé un badge pour ceux qui réussissaient l’expédition et à vaincre le sommet. Moins de 50 scouts dans le monde l’ont. Voila un badge qui a une valeur de courage, et qu’on n’échange probablement pas entre scouts.

Ici, la remise du badge à Prakash Raj Pandey, le dernier scout, népalais, à l’avoir grimpé.

Liste des expéditions scouts

Passé la première ascension scoute, d’autres expéditions auront lieu. Scoutes, ou non. Nous ne recensons que les expéditions scoutes, et les scouts porteur du badge du Pic Baden Powell.

2006 - Ouverture du trail - Sommet non vaincu

  1. Rajon Kumar Prosad, Bangladesh
  2. Al-Fahad Akhand, Bangladesh
  3. Riyadh Hasan Khan, Bangladesh
  4. Anuj Kumar, India
  5. Amar Bahadur Chettri, India
  6. Rajendra Maharjan, Nepal
  7. Naresh Maharjan, Nepal
  8. Keshab Bohara, Nepal
  9. Bhakta Bahadur Gurung, Nepal
  10. Ajith Jayasekera, Sri-Lanka
  11. Chameera Chandrasena, Sri-Lanka
  12. Nalaka Hapuheenna, Sri-Lanka

2007 - Première ascension du sommet

(par ordre d’arrivée)

  1. Mark Mangles, Australia
  2. Hsiao-Tse Chang, Taiwan
  3. Lai Hsiu Hung, Taiwan
  4. Cheng Hsiu Lee. Taiwan
  5. Kim Hee Jeong, Korea
  6. Kim Young Sik, Korea
  7. Kim Jong Seok, Korea
  8. Woo Jin Ju, Korea
  9. Park Yeon Soo, Korea
  10. Pyo Soon Nam, Korea
  11. Song Yong Cho (Alex), Korea
  12. Sophia Ng Lin Ping, Singapore
  13. Kenny Leong Wai Seny, Singapore
  14. Naresh Maharjan, Nepal
  15. Wesley Tay, Singapore

16 autres scouts, hommes ou femmes, faisaient partie de l’expédition mais n’ont pas fait l’ascension finale.

2010 - Seconde ascension du sommet

Une équipe finlandaise réussit à vaincre le sommet à son tour.

  1. Haavikko Anna Henriikka
  2. Mulari Mikko Tapio
  3. Piitulainen Jaakko Matias
  4. Tarhala Ville Aleksi
  5. Valta Leena Talvikki
  6. Pietarinen Susanna Mirja Fanny
  7. Maharjan Naresh, Nepal

2012 - Deux ascensions

Deux ascensions ont eu lieu, individuelles.

  • Un rover japonais Masaki Nagashima
  • Un népalais : Naresh Maharjan

Il est probable qu’ils n’étaient pas si seuls, accompagnés par des sherpas.

2016-2017 - un népalais le monte deux fois !

Lui aussi est accompagné par au moins un sherpa, les éternels oubliés des expéditions, celui qui prend la photo en haut du sommet ;) On les distigue dans cette seconde photo, prise en 2017 :

Pour lui c’était un « tour de chauffe », il ne s’en cache pas : en 2018, il a hissé le drapeau scout mondial en haut de l’Everest, son rêve depuis des années.

2018 - Expédition britannique de trois femmes

Un an après la toute première expédition britannique (non scoute) sur ce sommet, trois femmes britanniques arrivent au bout.

2018 - Expédition australienne

Les rovers australiens préparent une nouvelle expédition. Une femme en fait partie. Nous le précisons car sa participation est fortement mise en valeur, répondant visiblement à un but de mixité de l’expédition.

Une page Facebook est dédiée à cette aventure. Pour donner un ordre d’idée de la difficulté, les scouts australiens indiquent recruter des rovers (nés entre 1995 et 2000), en très bonne forme physique, ayant démontré la capacité de marcher 20-25km par jour lourdement chargés. Et un budget douloureux (6500 AUD).

Publié le (mis à jour le )