Václav Havel, le scout de la Révolution de Velours

Scout, dramaturge, écrivain, révolutionnaire et président

Scout, dramaturge, essayiste, révolutionnaire et président d’un pays, ça commence à faire une vie bien remplie !

Václav Havel est étudié dans de nombreux livres d’Histoire. C’est un grand homme d’Etat tchèque, quasi adulé en République Tchèque. Son décès en 2011 a attiré un très grand nombre de Chefs d’Etat, Nicolas Sarkozy pour la France, pour un hommage unanime.

Dramaturge, essayiste, il a été dans l’opposition au régime communiste alors que la Tchécoslovaquie était dans le Bloc de l’Est. Il a été l’acteur le plus important de la Révolution de Velours qui a libéré la Tchécoslovaquie du communisme en 1989.

Et il a été scout !

Tout a commencé quand il avait 10 ans, en 1946. Sa famille a collaboré avec les nazis et a été dépossédée de tous ses biens. Ses parents doivent alors travailler à l’usine qu’ils avaient créé mais dont ils ont été dépossédés.

Vaclav a été alors à l’internat Poděbrady. C’est un collège très particulier, tenu par un médecin et scout Ladislav Filip « Brácha ». Cet homme a eu la bonne idée d’intégrer du scoutisme partout où il pouvait dans les activités du collège. Le nazisme avait interdit le scoutisme, c’était une manière de faire perdurer sa méthode. Officiellement, le scoutisme a repris en 1946.

Dans ce collège, les jeunes ont le choix de rejoindre deux sections pour les activités extrascolaires : terrestre ou nautique. Vaclav choisit la section nautique. Cette section était dirigée par Jiří Hofhans, chef de groupe scout. Il est cerné de scoutisme ! De nombreuses rencontres associent les jeunes de l’internat et les scouts de Jiří. Entre autres activités, Vaclav raffolait du rafting … ainsi que porter le tenue scoute. De manière surprenante, il aimait beaucoup ces activités alors qu’il raconte qu’il n’était pas très fort en sport, il était le premier à chavirer en canoë, à être terrorisé à chaque vrille ou descente de déversoir. Mais il n’empêche, il aimait profondément le scoutisme. Ça allait au delà.

On ne maîtrise pas tout des amitiés qui se tissent au collège. Mais là, c’est assez exceptionnel. On trouve dans le même internat un autre garçon de 4 ans son ainé. Miloš Forman. Celui-ci émigrera aux USA plus tard, et réalisera des films très connus comme « Vol au dessus d’un nid de coucou » ou « Amadeus ». Il avait repéré le petit Vaclav et il se dit que son surnom scout « Chobrak » (scarabée) vient de lui : un jour, vu des fenêtres du haut du pensionnant, Milos voit Vaclav, petit encore mais un peu gros, avec une cape de velours noir, avec des jambes noires. Son totem vient de là. Ils sont devenus amis, et réaliseront même un film ensemble des années plus tard.

En 1948, le scoutisme est à nouveau interdit. Oui ça n’aura pas duré longtemps. 2 ans. Les scouts sont invités à rejoindre un mouvement libre (hum), indépendant (hum), qui défile à la gloire du nouveau régime communiste : les pionniers du communisme.

Ça ne fait pas rêver les scouts. Plusieurs dirigeants du scoutisme finissent en prison. Nous t’avions raconté l’incroyable histoire de l’un d’entre eux, Jiri Navratil : 3 fois fondateur du scoutisme dans son pays !

Lire aussi :

Jiří Navrátil, le scout infatigable

Arrêté par la Gestapo, arrêté par les communistes, il a participé activement à la survie du scoutisme en République Tchèque. Infatigable, il a aidé 3 (...)

Le scoutisme devient clandestin. Vaclav Havel entre pour de bon dans le scoutisme, ce scoutisme clandestin, dans la 21e division de scoutisme, camouflée dans le mouvement de gymnastique Sokol.

En 1951, il est interdit d’études du fait du passé de sa famille, pas très communiste-compatible. Mais il arrive à poursuivre le scoutisme, jusqu’en 1952, date de sa toute dernière descente de rivière.

Il va alors sur ses 15 ans. Interdit d’études, interdit de scoutisme, marginalisé, ça commence à faire beaucoup. Il crée un groupe avec des amis nés comme lui en 36, le « groupe des 36 ». Ils y parlent très librement de l’oppression socialiste, recherchent des livres interdits, publient une petite revue. Ce sont ses premiers pas dans l’opposition. S’ils avaient été pris, s’ils avaient eu plus de 18 ans, c’était un voyage sans retour au goulag. Et qui rencontre-t-il par l’intermédiaire de son groupe, à la recherche d’auteurs interdits ? Un certain Kafka ! Impossible de ne pas voir dans cette façon d’organiser le groupe un héritage de ses années scoutes.

En 1989, les Junak, les scouts tchèques, sont relancés. Ils se rendent auprès de Vaclav Havel, tout nouveau président de la Tchécoslovaquie pour lui remettre la plus haute distinction scoute existante chez les scouts tchèques. Il l’accepte ainsi que le poste honorifique de protecteur, patron des scouts tchèques.

Il prononce alors ces mots :

Chers loups, chères lucioles, chers éclaireurs, chers vagabonds, je vous souhaite la bienvenue dans la cour du château de Prague. Je viens de recevoir la plus haute distinction de scout, que je respecte bien sûr beaucoup. J’étais scout quand j’étais jeune, mais c’était quand la plupart d’entre vous n’étaient pas au monde. Cependant, je peux dire que le scoutisme m’a beaucoup apporté. Il m’a appris la discipline, m’a élevé et rendu solidaire des autres, m’a appris le respect de la nature.

Le scout éduque les gens à la solidarité, les éduque à la compréhension mutuelle, au respect de la nature. Et je crois que toutes ces qualités sont un besoin urgent pour nos nations aujourd’hui.

PS

Articles sources : https://www.skaut.cz/skautvh/
Les photos issues de cet article source sont issues de la famille de Vlaclav Havel

Publié le (mis à jour le )