VERSION BETA
Donne ton avis !

Le développement, la participation et le poste

Scout Pionnier 32-33 de mai 68

Long, très long dossier sur la vision des Scouts de France des pionniers dans la société et de l’évolution du monde. Nous nous plaçons ici dans une branche, les pionniers, en création récente, qui forge son identité.

Cet article fait partie d’une série d’articles présentant le regard de chaque association scoute sur Mai 68, regard véhiculé par leurs revues. Retrouver les différents regards.

Lire aussi :

Mai 68 vu par les revues scoutes de l’époque

Depuis les EEDF ? jusqu’aux Scouts d’Europe, en passant par les Guides de France ou les Scouts de France sur Mai 68, nombreuses sont les (...)

Une seule entreprise, le développement

Notre entreprise n’est pas seulement organisation de la détente et des loisirs.
Elle est pour nous, à 15 ou 16 ans, doublement prise de possession de nous-même et du monde.

  1. parce que nous entreprenons utile : piscine, chantiers, défrichage, rencontre en tous genres, expéditions au-delà des frontières,
  2. parce que nous prenons en charge l’entreprise tel que nous y apprenons la responsabilité.

Nous savons ce que participer veut dire,
aujourd’hui encore plus qu’hier,
car tout le monde arrive bon gré, mal gré, au temps de la participation.

Étudiants, ouvriers, professeurs, ingénieurs, patrons, découvrent que sans cette raison de vivre, d’être un peu plus homme chaque jour, on devient une machine à consommer.

Au-delà de la lutte pour le pain, cette volonté d’être quelqu’un est la même que celle des hommes du Tiers-Monde, d’Afrique ou d’Asie.

C’est cette même raison de vivre qui, dans un monde presse-bouton, nous pousse, à 14 ou 16 ans, à organiser nos entreprises et nos loisirs, bientôt nos études.
Pour être un homme, il faut participer à la construction d’un monde plus fraternel, plus que participer, il faut l’entreprendre. C’est ainsi pour nous, chrétiens, que les hommes construisent le royaume du Christ.

CELA VEUT DIRE POUR NOUS, PARTAGE DANS TOUTE NOTRE VIE

I. DANS TOUTE NOTRE VIE,

En famille, avec les jeunes, garçons et filles du quartier, du lycée, au travail, à la paroisse, aucune raison de garder nos richesses, et de ne pas partager celle des autres.

Le développement du monde, c’est le développement de tous. Il passe par l’accueil, la disponibilité, le dialogue, la prise de responsabilité.

Ainsi tu l’as vu dans les témoignages qui précédaient, Michel et ses copains à Lyon, Olivier au Havre, tous ceux qui ont été délégués de classe.

Il n’y a pas 36 manières d’être chrétien et d’être pionnier? mais une seule.

II. AU POSTE
Plus que jamais, un objectif : l’entreprise.
Plus que jamais, une équipe où l’amitié permet l’exigence et à chacun d’aider l’autre à se développer.
Plus que jamais le camp, la vie de poste, les brevets qui sont entrainements à participation…
Et font de nous des Pionniers bâtisseurs de la Paix.

Un seul moyen pour construire le monde moderne, la participation de tous

POURQUOI ON NE PEUT VIVRE SEUL ?

Nous profitons des progrès du monde moderne, télé, transports, radio, journaux, chaleur, nourriture…
Pourtant nous avons souvent du mal à admettre que tous ces moyens de communication nous ont rapprochés les uns des autres au point que l’on ne peut plus vivre seul.
Si nous pouvons compter sur l’aide des autres, nous devons aussi compter avec leur avis.
La science augmente et personne ne peut encore tout savoir tout imaginer.
Le pourcentage des richesses et leurs utilisations posent des problèmes qui augmentent avec la production.
Une entreprise sérieuse, tu l’as vu au poste ne peut se baser que sur la participation, la coopération.
Dans l’industrie, la science, l’économie, c’est identique.
Votre génération fera la participation, il faut nous y préparer.

CHAQUE HOMME VEUT DÉCIDER DE SON AVENIR.

La participation est la condition du succès. Personne n’est sûr de posséder la vérité, tout change si vite.
Et pourquoi même si nous croyons posséder la vérité, l’imposer aux autres ?
N’est-ce pas plus valable de les laisser, de les aider à la découvrir ?
C’est plus long peut-être mais c’est plus efficace et c’est la condition, pour qu’eux-mêmes grandissent et deviennent des hommes libres.
Tous ensemble, nous avons plus de chance d’atteindre la vérité « Lorsque vous serez plusieurs réunis en mon nom … »
Mais pour cela il faut accepter, de ne pas être tout de suite d’accord et accepter de s’affronter en s’aimant.

LE CHRIST A PROPOSE AUX HOMMES DE PARTICIPER.

Pas de miracles à l’échelle universelle, pas de cataclysme, de guerre sainte, ni de génocide, 12 hommes, et pas des bons, un petit groupe qui participe a la révélation parce qui il marche avec eus, parle comme eux. Puis le groupe s’est séparé et chacun a pris un groupe et l’Église du Christ s’est répandue par toute la terre de petits groupes en petits groupes où chacun peut participer

Un exemple, la participation dans le poste

LIMITES DE LA PARTICIPATION

Dans un orage, à 3500 m d’altitude, on ne réunit pas un conseil de la loi pour voter une motion, une attitude, etc. Le responsable commande et les pionniers exécutent. Question de compétence et de responsabilité.
Au chantier de la piscine, on ne discute pas le maçon qui indique la proportion ciment-sable à mettre dans le bétonnière, mais on peut discuter la mission de chaque équipe. C’est le rôle du conseil d’entreprise. Ta voix y est présente par le chef d’équipe. Question d’organisation.

Lorsqu’un poste a voulu lancer des fusées ou lorsque Jacques a voulu apprendre la guitare, ils ont tâtonné pendant des mois puis finalement Jacques a pris des cours et les ainés du poste ont suivi un stage d’animation de club de l’Espace. Question d’instruction technique.

La participation a ses limites. Et ses formes. Dans la vie d’équipe, au lycée, en famille, tu trouveras les mêmes problèmes. Voyons ces formes de cogestion dans le poste.

Les chefs et les pionniers prennent ensemble des décisions importantes, choisissent une entreprise, la notifie, etc., fixe en gros le programme pour arriver au but : c’est une coproduction.

Les chefs et les conseils d’entreprise organisent le détail, l’horaire, etc. avec le conseil d’entreprise à partir des idées fournies par les équipes réunies séparément ou toutes ensemble : c’est une consultation.
Les chefs donnent un enseignement technique (comment faire un feu, un montage audiovisuel, monter la tente ou nager le crawl) ou des consignes (par exemple le résumé de conseil d’entreprise, le programme de la journée, la mise en scène du jeu scénique) : c’est une Information.
Concernant la réalisation d’un programme, une situation exceptionnelle décidée ensemble, d’urgence ou de danger. Le chef transmet un avis qu’on exécute sans discuter : c’est une communication.

LA PARTICIPATION

LA PARTICIPATION EN 1968, EN FRANCE, QUAND ON A 15 ANS.
Pour participer il faut s’organiser et accepter la participation de tous. Y compris de ceux qui sont d’un avis différent.
Participer c’est apporter sa part et non la prendre.
Et ses problèmes sont accrus par le fait que personne n’a jamais participé mais toujours consommé, du pain, de l’essence, du savoir, du cinéma.
Tous confondent les formes de participation : instruction technique, décisions, choix en commun, anarchie et inorganisation.
Et les résultats sont longs, difficiles, improductifs, ce qui fait que l’on perd beaucoup de temps.

TOI, QU’EST-CE QUE TU PEUX FAIRE ?
Ne pas imposer ton point de vue Immédiatement. Savoir qu’on ne peut pas être d’accord tout de suite.
Ne pas parler de ce qu’on ne connaît, d’abord s’informer.
Il faut être patient : expliquer, animer, réexpliquer, participer toi-même.
Ce n’est pas du temps de perdu, mais du temps de gagné pour chacun d’abord qui devient plus homme parce qu’il participe, et même pour l’efficacité du résultat, car la décision finale sera vraiment l’œuvre de tous.

Publié le (mis à jour le )