VERSION BETA
Donne ton avis !

Le scoutisme continue à Alep, en Syrie

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, le scoutisme continue à Alep, en Syrie. Nous avons pu avoir de leurs nouvelles.

Alep, la ville au cœur du conflit

Rends-toi compte, Alep, c’est la ville au coeur des multiples parties prenantes du conflit syrien. Le conflit a lieu dans la ville elle-même. Cela fait plusieurs années que les rues de cette ville sont le théâtre d’une véritable guerre de rue … agrémentée de bombardements des uns et des autres.

Là, c’est la carte de la ville au 11 septembre 2016. Ça bouge tous les jours, tu peux le suivre sur le site LiveUaMap.

  • En noir : ISIS
  • En rouge : les territoires conservés par les troupes gouvernementales de Bachar el-Assad
  • En vert : les rebelles, composés des groupes de l’Armée Syrienne Libre (que la France considère comme gentils) mais accompagnés des moins sympathiques Ahrar al-Sham, Al-Nusra - Al-Qaeda in Syria.
  • En jaune : les kurdes

Imagine ta propre ville, avec des rues ainsi séparées entre des camps se tirant dessus. C’est ce que vivent les habitants. Ci-dessous une vidéo du mois dernier, mais tu en trouveras des tas d’autres au fil des dernières années.

Comprends bien une chose : ça fait maintenant plus de 5 ans que c’est la guerre à Alep. Réfléchis à où tu étais il y a 5 ans, et imagine que depuis cette date, ta ville est un champ de bataille, avec des quartiers calmes, des quartiers dangereux et mortels, etc.

Les chrétiens à Alep

Cernés par le noir d’ISIS sur la carte, les verts avec certains groupes douteux, les chrétiens sont plutôt rassurés par Bachar El Assad qui a toujours préservé leur communauté. A Alep, on estime qu’il y avait 160 000 chrétiens en 2011. 25 000 aujourd’hui.

Nos guides de Syrie en font partie. Elles nous racontaient le bonheur de leurs activités en 2005.

Lire aussi :

Le camp des jeannettes syriennes d’Alep

Je m’appelle Maya, je suis syrienne, j’habite à Alep et je suis une jeannette ? scoute Saint Michel –Groupe N° 8– qui compte une cinquante de (...)

Et nous apprenions des nouvelles encourageants mais néanmoins plus tragiques en 2013.

Lire aussi :

Les Guides en Syrie : Soyons les couleurs de Joie

Nous sommes retombés par hasard sur cet article de 2005 sur le camp des jeannettes d’Alep en Syrie. Gros doute : Alep, là où la guerre fait rage (...)

Le 22 février 2014, le Thinking Day était fêté à Alep, et nous avions le récit :

Lire aussi :

Le Thinking Day, à Alep, en Syrie

3 ans, nous « fêtons » ces jours-ci les 3 ans de la guerre en Syrie. Et pourtant, le scoutisme, continue de vivre. Nous sommes très heureux de te (...)

Les dernières nouvelles de Syrie

Nous avons pu joindre Fabiola Affaki qui a été à l’origine de ces différents articles. Elle est prof de français. Elle a quitté Alep il y a un an mais reste en contact et en soutien des guides d’Alep. Elle est la correspondante pour la Syrie à la CICG (Conférence Internationale Catholique pour le Guidisme - les Scouts et Guides de France en font aussi partie).

En 2014 - il y a 2 ans ! - Fabiola a réalisé cette vidéo. Nous te proposons une version ici censurée, pour protéger les âmes les plus sensibles puisque LaToileScoute s’adresse aussi aux jeunes scouts. La version telle que donnée par Fabiola est aussi disponible. Fabiola nous indique que si elle devait refaire la vidéo, elle la referait encore plus violente.

J’ai fait cette vidéo en mai 2014 . Elle est en français. Elle montre la ville d’Alep avant et durant la guerre. Et le rôle des scouts et guides d’Alep durant la guerre.

Il y a beaucoup de photos qui sont dures mais la vérité est plus dure. Si aujourd’hui j’en faisais une autre, cela deviendrait un film de violence.

Précisant que nous allons probablement en faire deux versions, elle répond :

Ce n’est pas très grave j’ai déjà pensé à ça mais je te dis, la réalité est pire.

Ils ont vu là bas l’insoutenable, l’insupportable : la guerre, et ses morts. Parmi ces morts, des scouts et des guides. Ce qu’elle appelle pudiquement « des anges montés au ciel ».

Clique pour voir cette version sur mobile.

Lien vers la version complète non censurée.

Dans la vidéo, Fabiola parle de terroristes, qui est la terminologie employée par Bachar El-Assad. Sans prendre position, il faut préciser que la communauté chrétienne ne voit un salut que par le gouvernement et ses alliés Iran et Russie. Probablement un salut « moins pire » face aux groupes armés d’en face.

Des activités scoutes à l’Eglise et en solidarité avec la population

Les scouts et les guides continuent leur vie scoute, tant bien que mal. Activités à l’église, beaucoup. Soutien aux populations aussi, comme en 2014. Malgré les effectifs réduits.

Fabiola raconte :

La situation en Syrie et surtout à Alep est très mauvaise. La vie ne ressemblait plus à une vie. Pas d’eau, pas d’électricité, pas de moindre droit de vie. On a perdu beaucoup de membres de nos scouts. Certains ont émigré, d’autre sont devenus anges dans le ciel … Mais malgré cela le scoutisme continue avec le nombre qui diminue de plus en plus (en 2011 j’avais 55 jeannettes dans mon groupe scout, aujourd’hui j’en ai 6)

Vu de notre vision européenne, ceux qui émigrent de Syrie sont ceux qu’on appelle les réfugiés, soit en Liban ou Turquie (la grande masse), soit en Europe ou ailleurs dans le monde avec des parcours semés d’embuches. D’ailleurs deux jeunes syriens racontent leur expérience une fois arrivés en Australie.

Lire aussi :

Nous sommes scouts : depuis la Syrie jusqu’à l’Australie

C’est un témoignage fort de la vie scoute en Syrie et de la vie des réfugiés que nous livrent Omar et Saad. Ils étaient tous deux scouts en Syrie. (...)

Fabiola nous a transmis des photos des activités de l’année.

Accès direct à la galerie

Un camp sous terre

En France, nous sortons de notre période des camps, comment cela se passe en Syrie avec le conflit ?

Ca fait 4 ans qu’on n’a pas fait de vrai camp. Mais on a choisi un endroit calme à Alep (souterrain chez les franciscaines) pour vivre ce qu’on a appelé un CAMP.

Un souterrain ?

Oui c’est un couvent pour les sœurs franciscaines où il y a une grande salle sous la terre très calme et très tranquille. Là-bas, on a pu oublier ce qui se passe sur la terre. Chaque scout a passé 4 jours la bas.

Un camp d’une semaine à l’étranger

Cette année la plupart des scout d’Alep ont décidé de prendre un risque et de quitter Alep, quitter la Syrie, oublier la guerre et voir la vie au-delà de la guerre. La semaine prochaine, il vont au Liban. Avec toutes les difficultés financières et le danger du chemin qui mène au Liban (…) Ils s’y rendent du 10 au 17 septembre. Les autres ont déjà fait leur camp loin d’Alep mais en Syrie.

Un risque, un vrai risque. Regarde la carte du trajet pour le Liban. Il faut slalomer entre les positions des uns et des autres. Un avantage : cette guerre dans le désert est une guerre des axes et des routes : la route parait libre. Cependant le risque d’un bombardement de l’axe n’est jamais exclu. Double risque car il ne suffit pas d’y aller, il faut revenir dans la ville d’Alep à la fin.

En bleu, le parcours à suivre, au vu des lignes de fronts. Les ronds rouges les bombardements de la journée.

C’est dangereux mais possible.

On va au travail à l’école … La vie continue. On va au restaurant et même, on fait des fêtes. On est un peuple qui adore la vie.

Dieu nous garde !

Les guides en camp au Liban

Pendant que tu étais en week-end tranquillement, les guides des différents groupes d’Alep ont fait le parcours et sont arrivées au Liban ce dimanche 11 septembre. 350km qu’on ferait en Europe en 4h environ. Fabiola nous a envoyé un message le soir même de la parution de cet article.

Elles arrivent enfin au Liban trop fatiguées. Elles ont passé 25 heures en route. Mais maintenant c’est le bonheur pour elles. Tu peux voir leur sourire et leur amour de vivre

Oh oui. Bon camp !

EDIT du 13.09.2016 : une très bonne nouvelle, espérant qu’elle durera. Une trêve vient d’avoir lieu en Syrie, concernant en particulier à la zone d’Alep. Cet article de Midi-Libre t’explique de manière claire la situation. Si cette trêve dure, le retour samedi 17 septembre sera moins dangereux.

Publié le (mis à jour le )